Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

La majorité des substantifs français finissant par le son [ta] et formés à partir de verbes ou d'adjectifs, s'écrivent -tat : attentat, apostat, éméritat, consultat, excrétat, exsudat, habitat, résultat, …

Néanmoins, certains noms peu nombreux ont une graphie en -ta : éjecta, excreta (qui appartient donc aux deux catégories) sont les seuls exemples que j'ai trouvé.

Y a-t-il d'autres substantifs en -ta que je n'ai pas vu (et qui ne sont pas directement importés du latin, ce qui est différent) ? Pourquoi ces deux terminaisons coexistent-elles, et observe-t-on un mouvement de « normalisation » vers la terminaison en -tat ?

share|improve this question
add comment

1 Answer

up vote 8 down vote accepted

C'est bien une différence étymologique, comme souvent lorsqu'il s'agit d'orthographe française.

Les noms en -at proviennent en général d'une finale latine -atum, la finale du supin des verbes latins du premier groupe. Ainsi attentat de attentare, -atum (variante attemptare qu'on reconnaît en anglais dans un sens différent), habitat de habitare (via le nom habitatus en latin médiéval), résultat de resultare, etc.

La finale est suffisamment fréquente (et reconnaissable) pour que le suffixe -at soit productif de lui-même. Par exemple consultat semble avoir été formé sur consulter sans parenté directe avec le latin consultatum (qui se trouve exister), et on a sans parenté latine califat, rectorat, etc. C'est un suffixe de substantivation qui a un large éventail de sens. Il qualifie en général l'appartenance d'une personne à une catégorie telle qu'une profession, ou la catégorie en elle-même. Il y a un autre type de sens, plus rare, qui concerne le résultat d'une action (crachat, assignat, ...).

Les noms en -a sont ici des dérivations savantes d'un mot latin en -a (neutre pluriel). Par exemple, éjecta provient de ejectus (un adjectif, via son neutre pluriel). Et excreta vient de excretus, participe passé de excernere. Cette finale correspond exclusivement à des dérivations savantes (les dérivations populaires donnent une finale -e), rares en elle-même (peu de mots sont importés au pluriel), ce qui explique qu'elle ne soit pas productive.

Enfin il peut toujours y avoir des coïncidences, comme apostat qui vient du grec ἀποστάτης (encore que je crois que la finale a un lien de parenté).

share|improve this answer
    
You think -της and -tus (II) are etymologically related, or did I misunderstand? I believe the t's (adjectival morpheme) are related, and the s's (nominative morpheme), but not the vowels (different theme vowels?). –  Cerberus Sep 14 '11 at 2:03
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.