Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

J'ai remarqué que plusieurs des personnes que je connais ainsi que moi prononceraient cette phrase :

C'est un grand homme. (Grand comme grandiose)

Comme ceci (je prononce un t lié entre grand et homme):

C'est un grand-t-homme.

Est-ce commun?

Si oui, d'où cette liaision provient-elle?

share|improve this question
1  
C'est une liaison parfaitement habituelle. Liaisons. –  Stéphane Gimenez Jul 29 at 13:09
    
@StéphaneGimenez Bien, au moins je n'ai pas inventé de toute pièce cette liaison. Mais ma deuxième question reste : D'où le "t" provient-il? Pourquoi ne prononçons-nous pas [gʁɑ̃d‿ ɔm]? –  Sifu Jul 29 at 13:16
1  
Les consonnes des paires sonores/sourdes (b/p, d/t, g/k, v/f, z/s, j/ch) se transforment facilement l'une en autre en fonction du contexte. Pour un autre exemple, voir french.stackexchange.com/q/11152/176, pour des détails techniques, attendre Evpok. –  Un francophone Jul 29 at 13:21

3 Answers 3

up vote 4 down vote accepted

Le glissement /d/ → /t/ fait partie de ce qu'on appelle en linguistique le « relâchement articulatoire », ou loi du moindre effort1 : ce qui est difficile à articuler est automatiquement simplifié quand c'est possible et que le sens est conservé.

Dans

Un grand homme [œ̃.ɡʁɑ̃.tɔm]

nous sommes face à un phénomène d'amuïssement d'une consonne sonore finale en une consonne sourde finale.

Mais l'amuïssement peut se faire dans le sens sourde → sonore, tout dépend de ce qui requiert le plus/le moins d'effort dans la réalisation de la prononciation. Par exemple /f/ → /v/ :

Il est neuf heures [il.ɛ.nœv‿œʁ]

Ou pour reprendre l'exemple de jlliagre le cas du /s/ → /z/

Trois agneaux. [tʁwɑ.z‿a.ɲo/]

Cette liaison par glissement du /d/ vers /t/ est obligatoire de nos jours dans le cas que tu cites car conserver le son /d/ pour la liaison rendrait : [œ̃.ɡʁɑ̃.dɔm] (on ne parlerait plus d'un homme qui a pour caractéristique d'être grand, mais d'un « grand » appartenant à un homme).

1 Introduction à la phonétique historique du français p.17

share|improve this answer
    
Merci beaucoup pour la réponse très détaillé explicant le sujet nébuleux du "relâchement articulatoire". –  Sifu Jul 29 at 15:48

Les liaisons suivant un «d» se font comme s'il s'agissait d'un «t», de même que les liaisons suivant un «s» ou un «x» se font avec un «z».

share|improve this answer

Certains mots comme petit se termine par une cosonne muette. Parfois à l'oral cette consonne est en relation avec la voyelle (ou au h muet) qui débute le mot suivant. c'est ce qui s'appele une liaison.

Petit enfant, se dit : Peti tenfant

On a trois types de liaisons : Obligatoire, Interdite et facultative. (plein d'exemples sur le net)

Dans ton cas on est dans une liaison obligatoire entre un adjectif et le nom. Dans le même ton, on trouve :

Un gros avion va décoller. De jeunes enfants.

Qui se prononce :

Un gro zavion va décoller. De jeune zenfants.

share|improve this answer
1  
Mais "grand" se termine avec un d, les examples que tu as écrites représentent la liaison de mots selon la dernière lettre du mot précédent. Ce qui est parfaitement normal. Si on se fit à ce que tu viens d'écrire, il faudrait prononcer : "C'est un gran d'homme". Ce n'est pas le cas ici. –  Sifu Jul 29 at 13:15
    
C'est la même chose avec grand qui est un adjectif et donc se comporte de la même manière. J'aurai pu dire un grand enfant qui se pronnonce un gran tenfant... –  Francois Borgies Jul 29 at 13:20
1  
Mais pourquoi le d se prononcerait soudainement comme un t? Le s possède déjà la prononciation z, mais le d se prononce toujours d. Vois-tu ce que je veux dire? –  Sifu Jul 29 at 13:22

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.