Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Intéressé par la précédente question sur les pronoms, je me demandais pourquoi lui peut être sujet dans certains cas, et pas moi (je parle ici de groupes nominals constitués d'un seul mot).

Hélène, silencieuse, sentait les larmes couler le long de ses joues, Gaston sentait sa poitrine chargée d'un poids énorme, car lui ne pleurait pas […]

(J'ai eu un mal fou à trouver une citation qui ne soit pas biblique, car les textes religieux abusent abondamment de « lui ».)

On se rend compte que le même effet aux premières et deuxièmes personnes demande une répétition du sujet : « car moi, je ne pleurais pas ». Au pluriel, la répétition est aussi nécessaire pour distinguer des nous et vous habituels : « nous, nous ne pleurions pas ».

Qu'est-ce qui peut expliquer que lui et eux peuvent échapper à la répétition, contrairement à moi, toi, nous, et vous ?


Note : Étrangement, moi seul possède aussi cette capacité à devenir sujet, comme lui, ou lui aussi, ou lui-même, ou lui seul ; et contrairement à moi, ou moi aussi, ou moi-même :

Car moi seul détiens le pouvoir — (suivi d'un rire démoniaque :) Ha… ha… ha… ha… ha.

share|improve this question
1  
@Stéphane, Grevisse décrit ce que tu observes (sauf pour moi aussi et moi-même) mais ne donne pas d'explications et le paragraphe n'a pas de section historique. –  Un francophone Sep 20 '11 at 4:42
    
@Unfrancophone: Je n'en avais as trouvé dans Grevisse non plus mais il y a des éléments historiques dans Histoire d'une langue : le français (Marcel Cohen, 1973) et Expression et position du sujet pronominal : évolution en français, (Sophie Prevost, CNRS, 2012) voir ici –  Laure Jul 22 at 6:48

4 Answers 4

up vote 3 down vote accepted
+100

On peut dire que tous les pronoms toniques peuvent être employés comme sujets, mais que toi et moi, quand ils sont employés pour marquer l'opposition et que le verbe est exprimé, au contraire des autres pronoms toniques, ne peuvent pas être employés seuls. Ceci est une question d'usage qui pourrait s'expliquer par des raisons historiques. L'expression du pronom sujet en français est beaucoup plus ancienne pour les deux premières personnes du singulier que pour les autres personnes et est serait donc ancrée dans l'usage.

En latin les pronoms personnels sujets n'étaient pas exprimés, et quand les pronoms de la 1re et 2e personne sont employés en fonction sujet, c'est pour insister sur la personne1. Les pronoms sujets des 1re et 2e personnes commencent à être régulièrement employés à côté du verbe en ancien français dès le XIe siècle, en particulier pour marquer une opposition, alors que les autres personnes ne sont généralement pas employés. Ce n'est qu'au XVIIe siècle que l'expression du sujet devient la norme et que son absence commence à être condamnée.

Qui sait si dans quelques siècles, une phrase comme

Ils voulaient venir, mais moi voulais pas.

ne sera pas considérée comme correcte ? Le français est une langue vivante, qu'elle vive!

1 laboro : je travaille, ego laboro moi, je travaille.

Sources : Histoire d'une langue : le français (Marcel Cohen, 1973)
Expression et position du sujet pronominal : évolution en français, (Sophie Prevost, CNRS, 2012)

share|improve this answer
    
J'accepte la réponse en espérant en savoir un peu plus un jour! –  Stéphane Gimenez Jul 22 at 22:17

Peut-être tout simplement parce que moi, toi, soi se réfèrent à la conscience intime qu'une personne peut avoir d'elle-même alors que lui se réfère à la perception physique d'un autre corps qui ne peut être celui de _oi.

L'insupportable moi je pense que... affirme bien que ma conviction, ma sensibilité, mon mental (entités détachées des sens) ne sont pas la réalité sensible, physique, perceptible de mon corps et que j'ai besoin ce dernier pour communiquer par l'attitude ou la parole.

Alors que si lui pense que ..., je ne perçois que la manifestation de son ego à travers la physionomie et l'expression de son corps ; mais lui qui pense que ... renvoie à quelque chose que je devine, que je pressent de son intimité que je renforce par le qui pour bien détacher le sujet imaginé de l'objet réel.

  • _oi comme référence à une entité abstraite ne peut être sujet, car il n'y a pas d'enracinement dans la réalité alors que lui en est un élément.
  • _oi qui pointe vers un objet, une réalité peut devenir sujet comme certaines réponses le mentionne.

Ajouter un sujet à _oi ne dépend pas de règles grammaticales, mais de l'intention, de la cible que le locuteur évoque plus ou moins consciemment.

share|improve this answer

Le huitième dictionnaire de l'Académie liste les cas où moi peut être sujet

MOI s'emploie comme sujet, à la place de Je :

  • dans une proposition elliptique : Qui veut aller avec lui? Moi. Il est aussi fatigué que moi. Feriez-vous comme moi?
  • dans une proposition dont le verbe est à l'infinitif : Moi, trahir le meilleur de mes amis! Faire une lâcheté, moi!
  • dans une proposition participe : Moi parti, ils ont continué à délibérer.
  • comme sujet réel : Il n'y eut que moi de cet avis.

Il s'emploie en outre comme sujet coordonné à un nom ou à un autre pronom : Mon avocat et moi sommes de cet avis. Son père, sa mère et moi, le lui avons défendu. Lui et moi l'avons ainsi décidé. Ni vous ni moi ne sommes contents de notre sort. Nous irons à la campagne lui ou moi.

Dans beaucoup de cas, donc.

Quant aux cas où il ne peut pas l'être, je suis tenté d'aller chercher dans l'étymologie. D'après le wiktionnaire

De l’ancien français mei, forme tonique de me, cas régime de jo, je « je »,

Le cas régime, de son petit nom tout sauf le cas sujet, me paraît être un bon candidat pour former un pronom ne pouvant pas toujours être sujet. Idem pour toi qui vient de l'accusatif te.

Je n'ai pas trouvé d'étymologie pour lui et eux, en revanche je ne comprends pas en quoi nous et vous ont un rapport.

share|improve this answer
1  
Grevisse cite en plus au moins le cas où le pronom est séparé du verbe par plus que d'autres pronoms et ne. (Ce qui explique moi seul détiens le pouvoir, mais interroge sur l'impossibilité de moi aussi détiens le pouvoir). –  Un francophone Sep 20 '11 at 7:57
1  
Ok, c'est intéressant, mais je vais tenter de préciser ma question. Dans le cas que je cite, moi ne peut pas être sujet directement : « moi ne pleure pas » n'est pas possible. Il faut dire « moi, je ne pleure pas », et au pluriel ça donne « nous, nous ne pleurons pas ». En revanche, à la troisième personne, ça peut donner « lui, il ne pleure pas », mais aussi « lui ne pleure pas ». Cette contraction n'est pas possible aux 1ère et 2e personnes, et c'est la 3e personne qui semble jouer un rôle particulier dans cette affaire. Pourquoi ? –  Stéphane Gimenez Sep 20 '11 at 12:51
    
@StéphaneGimenez: Ok pour lui, je vais tâcher d'améliorer. Mais on peut dire « nous ne pleurons pas ». –  Evpok Sep 20 '11 at 17:18
1  
Oui, mais « nous ne pleurons pas » ne met pas l'accent sur le contraste qui se forme avec les personnes précédemment citées. C'est compris de la même façon que « il ne pleure pas », et pas comme « lui ne pleure pas ». Il faut obligatoirement redoubler le sujet pour obtenir approximativement le même effet : « nous, nous ne pleurons pas ». –  Stéphane Gimenez Sep 21 '11 at 0:32
    
@StéphaneGimenez: je viens de voir ton commentaire - j'avais zappé cette question à cause de son intitulé (moi pouvant bien sûr être sujet....) j'ai complété ma réponse à la question de Hunter avec éventuellement une piste pour toi. De toute façon la raison est historique. –  Laure Jul 20 at 20:31

Il me semble qu'en réalité "moi" peut être sujet, par exemple dans cette phrase:

Moi qui ne pleurais pas sentais un poids énorme.

(Ce n'est pas une citation, j'ai écrit cette phrase)

share|improve this answer
1  
En effet, ça me paraît possible d'utiliser moi comme sujet immédiat dans ce cas. La répétition est possible mais ne semble pas nécessaire. C'est un exemple intéressant car il n'y a pas d'ellipse, seulement une subordonnée qui s'intercale sans influence sur la phrase principale. En ce qui concerne l'orthographe : cf. moi qui :-) –  Stéphane Gimenez Sep 20 '11 at 12:25
3  
Ce n'est pas « moi » le sujet ici, mais « moi qui ne pleurais pas ». En gros, on utilise « je » lorsque c'est le seul mot du sujet, et « moi » dans tous les autre cas. En revanche, « lui » peut des fois s'utiliser comme seul mot du sujet. –  Gilles Sep 20 '11 at 13:22

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.