Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Intéressé par la précédente question sur les pronoms, je me demandais pourquoi lui peut être sujet dans certains cas, et pas moi.

Hélène, silencieuse, sentait les larmes couler le long de ses joues, Gaston sentait sa poitrine chargée d'un poids énorme, car lui ne pleurait pas […]

(J'ai eu un mal fou à trouver une citation qui ne soit pas biblique, car les textes religieux abusent abondamment de « lui ».)

On se rend compte que le même effet aux premières et deuxièmes personnes demande une répétition du sujet : « car moi, je ne pleurais pas ». Au pluriel, la répétition est aussi nécessaire pour distinguer des nous et vous habituels.

Qu'est-ce qui peut expliquer que lui et eux peuvent échapper à la répétition, contrairement à moi, toi, nous, et vous ?


Note : Étrangement, moi seul possède aussi cette capacité à devenir sujet, comme lui, ou lui aussi, ou lui-même, ou lui seul ; et contrairement à moi, ou moi aussi, ou moi-même :

Car moi seul détiens le pouvoir — (suivi d'un rire démoniaque :) Ha… ha… ha… ha… ha.

share|improve this question
1  
@Stéphane, Grevisse décrit ce que tu observes (sauf pour moi aussi et moi-même) mais ne donne pas d'explications et le paragraphe n'a pas de section historique. –  Un francophone Sep 20 '11 at 4:42
add comment

2 Answers

Il me semble qu'en réalité "moi" peut être sujet, par exemple dans cette phrase:

Moi qui ne pleurais pas sentais un poids énorme.

(Ce n'est pas une citation, j'ai écrit cette phrase)

share|improve this answer
1  
En effet, ça me paraît possible d'utiliser moi comme sujet immédiat dans ce cas. La répétition est possible mais ne semble pas nécessaire. C'est un exemple intéressant car il n'y a pas d'ellipse, seulement une subordonnée qui s'intercale sans influence sur la phrase principale. En ce qui concerne l'orthographe : cf. moi qui :-) –  Stéphane Gimenez Sep 20 '11 at 12:25
2  
Ce n'est pas « moi » le sujet ici, mais « moi qui ne pleurais pas ». En gros, on utilise « je » lorsque c'est le seul mot du sujet, et « moi » dans tous les autre cas. En revanche, « lui » peut des fois s'utiliser comme seul mot du sujet. –  Gilles Sep 20 '11 at 13:22
add comment

Le huitième dictionnaire de l'Académie liste les cas où moi peut être sujet

MOI s'emploie comme sujet, à la place de Je :

  • dans une proposition elliptique : Qui veut aller avec lui? Moi. Il est aussi fatigué que moi. Feriez-vous comme moi?
  • dans une proposition dont le verbe est à l'infinitif : Moi, trahir le meilleur de mes amis! Faire une lâcheté, moi!
  • dans une proposition participe : Moi parti, ils ont continué à délibérer.
  • comme sujet réel : Il n'y eut que moi de cet avis.

Il s'emploie en outre comme sujet coordonné à un nom ou à un autre pronom : Mon avocat et moi sommes de cet avis. Son père, sa mère et moi, le lui avons défendu. Lui et moi l'avons ainsi décidé. Ni vous ni moi ne sommes contents de notre sort. Nous irons à la campagne lui ou moi.

Dans beaucoup de cas, donc.

Quant aux cas où il ne peut pas l'être, je suis tenté d'aller chercher dans l'étymologie. D'après le wiktionnaire

De l’ancien français mei, forme tonique de me, cas régime de jo, je « je »,

Le cas régime, de son petit nom tout sauf le cas sujet, me paraît être un bon candidat pour former un pronom ne pouvant pas toujours être sujet. Idem pour toi qui vient de l'accusatif te.

Je n'ai pas trouvé d'étymologie pour lui et eux, en revanche je ne comprends pas en quoi nous et vous ont un rapport.

share|improve this answer
    
Grevisse cite en plus au moins le cas où le pronom est séparé du verbe par plus que d'autres pronoms et ne. (Ce qui explique moi seul détiens le pouvoir, mais interroge sur l'impossibilité de moi aussi détiens le pouvoir). –  Un francophone Sep 20 '11 at 7:57
    
Ok, c'est intéressant, mais je vais tenter de préciser ma question. Dans le cas que je cite, moi ne peut pas être sujet directement : « moi ne pleure pas » n'est pas possible. Il faut dire « moi, je ne pleure pas », et au pluriel ça donne « nous, nous ne pleurons pas ». En revanche, à la troisième personne, ça peut donner « lui, il ne pleure pas », mais aussi « lui ne pleure pas ». Cette contraction n'est pas possible aux 1ère et 2e personnes, et c'est la 3e personne qui semble jouer un rôle particulier dans cette affaire. Pourquoi ? –  Stéphane Gimenez Sep 20 '11 at 12:51
    
@StéphaneGimenez: Ok pour lui, je vais tâcher d'améliorer. Mais on peut dire « nous ne pleurons pas ». –  Evpok Sep 20 '11 at 17:18
    
Oui, mais « nous ne pleurons pas » ne met pas l'accent sur le contraste qui se forme avec les personnes précédemment citées. C'est compris de la même façon que « il ne pleure pas », et pas comme « lui ne pleure pas ». Il faut obligatoirement redoubler le sujet pour obtenir approximativement le même effet : « nous, nous ne pleurons pas ». –  Stéphane Gimenez Sep 21 '11 at 0:32
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.