Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Le nombre 36 apparaît dans plusieurs expressions :

Voir trente-six chandelles. (Être sonné, KO.)

Tous les trente-six du mois. (Jamais)

Il n'y a pas trente-six solutions. (Il y a une, éventuellement deux, solutions.)

Faire trente-six choses à la fois.

Et la liste est probablement incomplète.

Trente-six semble être utilisé pour dire « beaucoup ». Est-ce juste une valeur arbitraire ?

Y a-t-il d'autres valeurs typiques et récurrentes dans la langue française ? Pouvez-vous fournir une explication ou une origine ?

share|improve this question
    
Je pense à une autre qui m'a toujours intrigué: "22, voilà les flics". (Notons que dans l'article Wikipedia, parmi les 9 explications fournies, il n'y a que le premier qui tient un peu la route à mon avis). –  Benjol Aug 18 '11 at 11:12
8  
Sur fr.wikipedia.org/wiki/36_%28nombre%29 on lit que: "Ce nombre est parfois synonyme de beaucoup" mais ça ne nous aide pas 36. –  Joubarc Aug 18 '11 at 11:30
3  
En tous cas, c'est vieux: cnrtl.fr/definition/trente-six voire très vieux cnrtl.fr/etymologie/trente-six –  Joubarc Aug 18 '11 at 12:49
2  
Ne pas y aller par quatre chemins –  Joubarc Aug 27 '11 at 12:06
1  
Être au trente-sixième dessous (très inquiet). Trente-six métiers, trente-six misères… –  Alain BOUGERET Apr 13 at 8:12

5 Answers 5

Ce PDF1 soutient mon postulat de départ: les 36 décans en sont probablement à l'origine.

L'extrait :

Venons en, maintenant, à ce qui peut arriver brutalement à tout un chacun lorsqu'il éprouve un grand éblouissement à la suite d'une chute ou d'un traumatisme, tel un coup sur la tête. Il est de règle, dit-on, de s'exclamer lorsqu'on revient à soi : “J'ai vu trente-six chandelles !”. Parfois raccourcie ou amplifiée, cette formule, a priori bizarre par le choix de trente-six, perd beaucoup de sa vigueur lorsqu'elle est abrégée en “voir des chandelles” ou grossie jusqu'à “mille chandelles”. À nouveau, via les Grecs et les Romains, l'expression nous vient en droite ligne de la Vallée du Nil.

L'Égypte du passé, plus encore que les Babyloniens, a apporté à la définition du temps un soin extrême. Toute la science de ses prêtres astronomes s'est d'abord attachée à la définition de l'heure ; les observations nocturnes permirent ainsi d'établir le rythme diurne des douze heures que suivent douze heures de nuit débouchant sur notre conception, prétendument moderne, du “jour” de vingt-quatre heures. De leurs longues veilles dans l'obscurité et de l'observation du lever d'étoiles spécifiques dans les cantons géométriques d'un cercle de 360º résultant des 36 divisions théoriques qu'ils avaient calculées formant un arc de 10º chacune, dès le IIIe millénaire avant note ère, les astronomes de la Vallée avaient, par là, défini les trente-six décans du ciel que connaît toujours notre zodiaque.

Selon l'expression même qu'utilisaient les sacerdotes “observateurs du ciel” (baq pet), terme rendu dans les textes grecs à partir des Lagides par le vocable “horoscopes” équivalent à “observateurs de l'heure”, le “travail” de l'étoile se levant, brillant puis se couchant dans le décan de la zone observée du ciel selon la période de l'année définissait pour eux une durée de temps nocturne. À partir de là, l'on établit puis compléta régulièrement des tables horaires de référence. Ceci, résultant de la mise en place des trente-six décans célestes, eut pour conséquence, l'année nocturne étant de 360 “jours”, la définition d'une semaine de dix jours, réglée sur le nombre de divisions internes du cercle théorique d'observation des étoiles ; l'année solaire qu'il fallait naturellement compléter adjoignait à son comput les cinq jours supplémentaires, les “jours en plus de l'an” ou épagomènes.

Qui aurait imaginé, alors, que les révolutionnaires français de 1792 remettraient la décade à l'honneur, joueraient aux quilles ou au pharaon le décadi, croyant devoir aux Grecs “républicains” et à leur mois de trois décades ce qu'ils devaient, en fait, aux vieux Égyptiens enracinés dans leur idéal monarchique !

C'étaient ainsi trente-six luminaires, étoiles ou planètes décanales, que des yeux d'hommes dépourvus de tout moyen optique artificiel d'observation allaient scruter des siècles durant. De quoi, certes, être ébloui et, parfois même, y perdre la vue. Curieusement les observateurs du ciel du temps des Pharaons, malgré la vaste littérature conservée par les traités médicaux sur les maladies oculaires, n'ont pas laissé à la postérité le souvenir ou la plainte des tourments oculaires que beaucoup durent éprouver en avançant en âge. Il faut attendre leurs successeurs, astrologues, mages, devins astraux pour voir, dans leurs écrits, les maladies des yeux attribuées en vrac aux dieux sidéraux. Eux seuls étaient cause de tous les troubles visuels y compris ceux dont souffraient leurs interprètes… Et parfois, comme ils en arrivaient à voir, de même que les patients qu'ils prétendaient traiter, “trente-six” ou “mille chandelles”, c'étaient aux nébuleuses formées d'étoiles à peine distinctes, obnubilant la vision, qu'ils attribuaient l'action la plus nocive. Tombant du ciel, ceci valait bien un coup sur la tête !

1 J.-Cl. Goyon, Les nombres consacrés, 11-13.

share|improve this answer
1  
Très intéressant pour ces chandelles ! Ce serait bien d'arriver à trouver la référence de la note 11 (Franz Cumont, L'Égypte des astrologues, p. 173-174). Par contre, on ne peut peut-être pas en conclure que tous les trente-six viennent de là quand même ? –  Stéphane Gimenez Aug 30 '11 at 0:16

Voilà la seule piste que j'ai pu trouver sur un forum :

Selon le Petit Robert, 36 est un "nombre utilisé familièrement pour désigner un grand nombre indéterminé". Multiple de 12 (utilisé comme unité dans "une douzaine d’œufs") 36 remonte, dixit la Maison de la Francité spécialiste de la langue française, au système duodécimal (= par 12) de la civilisation babylonienne, dont on situe l’époque vers 4000 avant J.-C. Premiers à observer le mouvement des astres, à leur donner un nom, ils ont été aussi les premiers à avoir découpé l’écliptique en 12 parties égales (= les signes du zodiaque) et le jour en 12 heures en vertu de leur manière de compter par 12. On sait qu’ils comptaient également sur base de leurs 10 doigts, mais le système duodécimal était plus pratique, 10 se divisant par 2 et par 5, tandis que 12 se divise par 2, 3, 4 et 6.

Peut être hors sujet, mais j'ai également trouvé un site référençant les différentes apparitions du nombre 36 : http://membre.oricom.ca/sdesr/nb36.htm

share|improve this answer
    
La question n'est pas à propos du nombre 36, mais à propos de son utilisation dans des expressions. Ces « exemples » n'expliquent en rien pourquoi le nombre 36 a pris la signification de « beaucoup ». Je dirais qu'au contraire, plus un nombre apparaît fréquemment, moins il est souhaitable de le rendre ambigu en lui donnant un nouveau sens. –  Stéphane Gimenez Aug 18 '11 at 14:06
1  
Je pense qu'il y a quand même une piste: en cela que le système duodécimal était encore très fréquent vers l'époque médiévale (où certaines de ces expressions ont du naître) et "3 fois 12" serait alors un exemple de "plus grand nombre" pouvant venir à l'esprit de n'importe qui (à une époque ou le calcul n'était pas une science très répandue)... à comparer avec "cent", "mille", "millions" etc. de notre époque. –  Dave Aug 18 '11 at 15:34
    
@Stéphane Gimenez : certes, le lien sur le nombre 36 n'explique pas l'origine, mais je trouvais intéressant de recenser diverses utilisations, pour ce qui est de l'origine, la seule piste que j'ai pu trouvé est celle du système duodécimal, maintenant, ce n'est qu'une piste ;) –  Cédric Julien Aug 18 '11 at 15:37
3  
Ca reste quand même de la spéculation... Pour le même prix, on pourrait dire que "6" voulait dire "beaucoup" parce qu'on ne sait pas le montrer avec une main; et que donc 6 fois 6 est un choix logique pour "vraiment beaucoup" –  Joubarc Aug 18 '11 at 17:37
1  
Juste pour complémenter : les multiples de six me semblent une particularité du français parmi les langues latines. Dans d'autres langues (portugais et espagnol par exemple), il me semble que les multiples de 5 ou 10 soient plus fréquents. Éventuellement, les multiples de 7 aussi (notamment 49), sans doute à cause de l'influence chrétienne. –  dhekir Apr 29 at 13:24

Selon le Dictionnaire des Expressions et Locutions figurées (les usuels du Robert) : « Tous les trente-six du mois (jamais, ou très peu souvent), c'est à dire aussi peu souvent qu'un mois a trente-six jours, par référence plaisante à une division imaginaire du temps, basée cependant sur 12, c'est à dire jamais. »

J'ajouterais qu'on retrouve cette référence, à la fois au calendrier et à jamais, dans les expressions « aux calendes grecques » qui se comprend dans l'emploi actuel comme une division du temps qui n'a plus cours, à une date qui ne reviendra jamais.

Parmi les expressions qui comportent un nombre particulier, il y a aussi « la semaine des quatre jeudis » pour dire jamais : impossibilité d'une semaine avec quatre jours semblables, et peut-être aussi dans la première moitié du XXe siècle, rêve d'une semaine de vacances non prévue, le jeudi étant le jour où les écoliers n'avaient pas cours.

Autre expression utilisée comme un intensif et contenant un nombre : « être sur son trente-et-un » (mettre ses plus beaux habits), dans le Dictionnaire historique de la langue française Alain Rey suggère que c'est peut-être une allusion portant sur le jour excédant le compte des jours d'un mois « normal » (de trente jours).

share|improve this answer
2  
Pour les calendes grecques, la vraie raison est qu'elles n'ont jamais existé, puisque les calendes sont un terme romain... –  jv42 Aug 31 '11 at 9:36

Le Dictionnaire des expressions et locutions précise simplement : « La valeur générale de ce multiple de douze est celle d'un intensif ».

share|improve this answer

Pour ce qui est de 36

Mon sentiment est que ce nombre raisonne (harmonieusement) avec beaucoup de nombres liés à notre culture : multiple de 12 (mois), dixième de 360 degrés (3600 secondes par heure), jeux de cartes…

Et comme @Knu: Si j'ai cité d'abord les 12 mois de l'année instinctivement, je veux bien croire que le choix de ce nombre 36 a des origines célestes.

J'ai trouvé pas mal d'arguments sur

  1. wikipedia FR

    En voir 36 chandelles. Ce nombre est parfois synonyme de beaucoup : « il n'y a pas 36 solutions ».

  2. wikipedia EN (Notez les différences entre ces deux articles!)
  3. wiktionary FR Quelque compléments.
Je pense cependant qu'il sera difficile d'établir avec certitude l'origine de cette habitude linguistique, simplement par le fait qu'elle a été pratiquée oralement depuis très longtemps.

En y repensant et après lecture du PDF mentionné par @Knu, je me dis que cette notion de 12 - 36 - 360 est très probablement liée à beaucoup de choses qui diffèrent radicalement entre les grandes régions de notre planète, comme le système MKSA et les degrés, minutes et secondes.

Les pays anglo-saxons ont eu plus de mal à adopter ces standards que les pays latins ou babyloniens.

Pour les autres nombres

D'autres expressions en français, utilisant des nombres?

J'étais en train de chercher dans ma tête et j'ai trouvé

  • deux-trois formules à 2 balles,
  • mais je me suis dit qu'un homme averti en valait 2
  • et qu'il n'est pas utile de chercher midi à 14 heures
  • pour en finir par une proposition qui ne vaut pas 1 rond.

J'ai alors cherché sur internet expressions avec des nombres en utilisant 3 des principaux moteurs. Puis, j'ai sélectionné 3 propositions:

  1. Maths et expressions avec des nombres (260 expressions)
  2. PROVERBES ET EXPRESSIONS avec les nombres (192 expressions)
  3. Exercice de français 'Expressions - chiffres et des nombres' (19 expressions, sous forme d'exercice)

Pour ma part, j'ai bien cette plaisanterie d'informaticien, digne de Clint Eastwood:

Il y a 10 types d'individus: ceux qui comprennent le binaire et ceux qui ne le comprennent pas.

share|improve this answer

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.