Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

L'entrée post-scriptum de la Wikipédia francophone mentionne différentes typographies possibles pour le post-scriptum :

  • P.-S.
  • PS
  • P. S.
  • p.-s.

Y'a-t-il un consensus sur le meilleur choix à faire ? Ou alors est-ce que ça dépend du cadre (informel ou non) ? Certaines formes sont-elles à bannir ?

Je me suis posé la question étant donné que le correcteur orthographique de Thunderbird n'accepte pas « PS », mais il est vrai qu'il n'accepte pas P.-S. non plus. Au contraire, le correcteur de Google Chrome accepte toutes les formes mentionnées, mais souligne « scriptum » dans « post-scriptum ».

share|improve this question
    
Je ne me prononcerai pas sur l'orthographe correcte de l'abbréviation de post-scriptum. Mais il reste pertinent de dire que l'utilisation d'un post-scriptum dans un courrier électronique (email) est injustifiée. La raison d'être du post-scriptum est la suivante: permettre d'ajouter un élément oublié, APRÈS avoir terminé la rédaction. Il était en effet dommage d'avoir à recopier toute une lettre de 3 pages parce qu'on a omis un détail! Cette pratique était utile et nécessaire avant l'arrivée des ordinateurs qui permettent de réviser autant de fois qu'on veut le texte AVANT l'envoi –  user904 Feb 29 '12 at 16:46
    
Cela dit, dans un mail, on peut aussi tout entièrement contester l'utilisation de la chose, et enrichir le corps du texte… Ça a déjà été soulevé ? bon, bon… –  Nikana Reklawyks Oct 22 '12 at 8:46
2  
@user904 Il est vrai que l'utilisation d'un post-scriptum dans une lettre rédigée à l'ordinateur ou dans un courrier électronique peut paraître absurde. Toutefois, un certain usage récent semble s'être répandu: utiliser un post-scriptum pour parler d'un thème qui serait hors-sujet dans le corps du courrier. Une sorte de "Au fait" ou "En passant". Exemple typique: le contenu de l'email est strictement professionnel, mais comme on connaît bien la personne on rajoute: "PS: N'oublie pas l'anniversaire de XXX vendredi." –  Djaian Apr 18 '13 at 7:03
    
Je ne connais pas la bonne abréviation vue que je n’utilise que très rarement la chose (en fait, je n’ai pas souvenir d’avoir recouru une seule fois au post scriptum), simplement, je tenais à préciser que le correcteur orthographique de Thunderbird (Aspell je crois) est très lacunaire, aussi vous seriez très averti de ne pas y placer votre foi. –  Fauve Mar 27 at 13:54

4 Answers 4

up vote 6 down vote accepted

Dans le contexte du travail j'ai pratiquement toujours vu :

  • PS :
  • ps :

ou

  • PS.
  • ps.

Je ne peux pas parler pour un consensus mais il me semble raisonnable d'utiliser PS, sans séparateur.

share|improve this answer

Je pense aussi que le post-scriptum, n'a pas sa place dans un email. J'utilise plutôt le nota-bene N.B. qui permet d'attirer l'attention sur un point important.

share|improve this answer

D'après le TLFi :

POST-SCRIPTUM, subst. masc.

Complément ajouté par l'auteur au bas d'une lettre, après la signature, et généralement signalé par l'abréviation P.(-)S.

On devrait donc utiliser soit P.S. soit P.-S. cette dernière abréviation étant seule signalée par le dictionnaire de l'Académie.

share|improve this answer
5  
Ou bien décider de suivre l'usage de ses interlocuteurs sans se préoccuper de l'Académie. –  Evpok Feb 8 '12 at 17:39
    
@Evpok A moins d'espérer que ses interlocuteurs changent de comportement en réalisant que leur graphie est incorrecte, surtout si l'on se trouve en situation de donner le 'la'. –  cl-r Mar 23 '12 at 9:10
    
Plus par usage que par irrespect de l'Académie, "P.S. : " heurte moins mon œil, que le laborieux "P.-S. : ". Cependant lorsque que je ferai un envoie à l'Académie, j'ajouterai le '-' si une annotation exotique s'impose à ma missive. P.S. : Aucun courrier prévu pour le 23 quai Conti, PARIS VI° –  cl-r Mar 23 '12 at 9:18

D'après Antidote :

Le postscriptum est introduit avec la forme abrégée P.-S., suivie d’un tiret.

P.-S. — Le port du casque protecteur sera obligatoire lors de la visite.

Attention !

  1. Chaque lettre de l’abréviation P.-S. est suivie d’un point ; les deux lettres sont séparées par un trait d’union.
  2. L’abréviation est suivie d’un tiret, et non d’un deux-points ou d’un trait d’union.
  3. On ne met pas plus qu’un postscriptum par lettre.

D'après le Bon Usage :

P. S. = post scriptum (comme nom, un P.-S.)

share|improve this answer
    
Hors sujet, mais je trouve la construction "On ne met pas plus qu’un postscriptum par lettre" sonne mal, j'aurais plutôt tendance à utiliser "pas plus d'un" pour un dénombrement. Pouvez-vous éclairer ma lanterne sur ce point? (C'est réellement de la curiosité, je n'y connais pas grand chose en linguistique) –  Thomas Radioyes Feb 15 '12 at 16:00
    
Je n'ai pas vraiment trouvé de justification en dehors d'Antidote lui-même, dans un article sur l'accord de Plus d'un. Je cite : Les expressions nominales formées avec plus d’un(e) requièrent que le nom soit au singulier, même si, dans leur globalité, ces expressions impliquent logiquement l’idée de pluralité. Truc. — Dans ces expressions, on peut remplacer de par que. L’accord singulier avec un(e) ressort alors plus clairement. Manuel a reçu plus d’une critique élogieuse (...) On pourrait dire : ­**plus qu’une** critique élogieuse. –  Vlavv Feb 16 '12 at 15:59
1  
@ThomasRadioyes Indice : formulation québecoise. –  Nikana Reklawyks Oct 22 '12 at 8:47

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.