Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Est-ce qu'il y a une règle pour savoir s'il faut prononcer /ɛ̃/ ou /in/ ?

J'ai l'impression que si le n est suivi d'une voyelle, c'est /in/, est-ce que c'est aussi simple que ça ?

share|improve this question
3  
Si après 7 heures personne n'a trouvé un contre-exemple, ça doit vouloir dire que c'est en effet aussi simple que ça ! Pour ma part les seuls cas tangents que je note sont « inhabité », « inhalé » etc… qui sont suivis d'un son voyelle mais pas d'une voyelle à proprement parler… Par ailleurs, est-ce que la règle ne s'étendrait pas aussi aux groupes de lettres an, am, (en, em), on, om, et un, um ? –  Stéphane Gimenez Feb 10 '12 at 15:05
    
@StéphaneGimenez : Après presque 10 mois, mais les contre-exemples existent bien :·) –  Nikana Reklawyks Dec 3 '12 at 8:00

3 Answers 3

up vote 9 down vote accepted

Il y a malheureusement quelques exceptions.

Pour les mots comme immédiat ou immatériel, le second m ne "compte pas" pour la règle. De même pour innovation et innocent par exemple. Un h après in- ne compte pas non-plus (et est généralement (toujours?) suivi d'une voyelle).

Mais pour immangeable, immettable et immanquable, on prononce généralement avec le même son que imbuvable ou impressionnant, en tous cas en France métropolitaine. Cet article liste aussi immariable avec cette prononciation.

Faire une exception simplement pour les mots commençant par imm- et finissant par -able ne fonctionne pas: le premier son de immuable est bien semblable à celui de imitable.

share|improve this answer

Here's another (perhaps more explanatory) way of looking at it: imagine a set of ordered rules which convert letters to sounds step by step. I won't try to set them all out but first apply a rule that reduces a written geminate consonant (the same consonant repeated as in immédiat) to a single phonological consonant. Then transform letters to sounds on a straight one to one basis (OK I'm brushing over lots of complications) Now, if a vowel and following nasal consonant are in the same phonological syllable, nasalisation occurs, as in im-po-ssible: If on the other hand there is a syllable boundary separating the vowel and nasal, then nasalisation is blocked and the two sounds remain separate, as in i-ma-gi-ner. (Remember French and other romance languages prefer open syllables i.e ones ending in a vowel). This will account for all the pairs like artisan - artisane if we apply the rule that deletes the schwa after nasalisation.

share|improve this answer
    
Interesting, but I'm not sure I understand your last sentence. Artisan is /aʁ.ti.zɑ̃/ and artisane is /aʁ.ti.zan(ə)/. In order to end the syllable with a vowel the schwa is required, and it's not possible to nasalize without making the two words homophones. –  Stéphane Gimenez Jan 12 '13 at 21:55
    
Thanks. Having looked up geminate, phonological and schwa, I think I understand... –  Benjol Jan 15 '13 at 5:44

En plus des cas, comme relève Mat, où le doublement de la consonne vient invalider la règle, ou pas, ça n'est jamais aussi simple que ça :

  • Intifada, input, incipit pour piocher dans les non-gallicismes ;

  • Inria et l'Inra, pour les acronymes ;

  • Ingrid dans les prénoms.

Mais sinon, oui, la règle tient mieux la route que bien d'autres (^_^)

share|improve this answer

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.