Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

À l'oral, on utilise « tiens » comme interjection, souvent pour introduire un changement de sujet ou peut-être même indiquer un peu de surprise. Par exemple, « tiens, c'est l'heure de manger », « tiens, c'est lui encore ».

Je vois aussi que Joubarc en a parlé pour traduire by the way.

Quel est le lien avec tenir ?

share|improve this question

2 Answers 2

Tiens, peut être pris dans le sens de tant que je te tiens (par la parole, tant que je retiens ton attention).

J'apporterais une nuance : il faut qu'il y ait une certaine proximité physique, sociale ou d'intérêt entre les deux personnes (on entend parfois aussi tenez) pour l'utiliser.

share|improve this answer

Selon le TLFi (pour le verbe tenir) :

  1. À l'impér. [Fait fonction d'interj. pour exprimer les types d'action d'un locuteur par rapport à une situation donnée]
    a) [Sous les formes tiens ou tenez]
    − [Le locuteur interpelle qqn à qui il présente qqc.] Vous ne voulez pas sortir avec nous? Tenez, voici un livre que j'ai reçu, je pense qu'il vous intéressera (Proust, Sodome, 1922, p. 1045).
    − [Le locuteur active une situation] Bougrelas, le frappant: Tiens, lâche, gueux, sacripant (...)! Père Ubu, ripostant: Tiens! polognard, soûlard, bâtard (...)! (Jarry, Ubu, 1895, v, 2, p. 89).
    − [Le locuteur entre en contact] Ça va bien, dit-il, jetant trente sous sur le comptoir. Tenez, donnez-moi un paquet de cigarettes anglaises (Dorgelès, Croix de bois, 1919, p. 314).
    − [Le locuteur justifie par un exemple ou par une preuve] Patience, Vial, bientôt je viendrai ici au printemps... et à l'automne... et aussi pendant les mois qui servent à bourrer les intervalles entre deux saisons... février, tiens, ou bien la deuxième quinzaine de novembre (Colette, Naiss. jour, 1928, p. 40).
    − [Le locuteur défend une opinion] − Honoré! voyons, Honoré... − Et crois-tu que c'est frais? un museau rigoleur... Tiens, pendant qu'on était à causer, je lui ai vu la jambe jusqu'au mollet! Ah! Jésus Fils! Comme c'était! (Aymé, Jument, 1933, p. 193).
    b) [Uniquement sous la forme tiens]
    − [Le locuteur exprime sa désapprobation franche, sa rancune] Le prince hindou de l'autre bout de la salle fit un grand geste hautain pour appeler l'infirmier. − Tiens, dit celui-ci au gardien-chef, tu vas voir ce salaud-là! Il a encore recommencé, j'en suis sûr. Oh mais cette fois... (Druon, Gdes fam., t. 2, 1948, p. 250).
    − [Le locuteur exprime sa surprise dans le discours dir. et dans le discours latent] Je pousse un gémissement; alors il s'arrête, soulève son lorgnon et, par-dessus son journal: − Tiens! Qu'est-ce que tu fais là? Je me crispe (...) et, dans une espèce de sanglot que je voudrais irrésistible: − Je souffre, dis-je (Gide, Si le grain, 1924, p. 426).
    − [L'empl. de la forme tiens répétée ou suivie de donc signifie que le locuteur retient sa surprise, insinue, ironise] − (...) Voilà le train qui part, vous prendrez le suivant. − Le suivant!... Le suivant!... − Tiens donc! Vous croyez peut-être comme ça q'la compagnie est à vot' disposition? Fallait pas arriver en retard; tant pis pour vous (Courteline, Train 8 h. 47, 1888, p. 194).Tiens, tiens, tiens... Est-ce qu'il finirait par s'assagir et comprendre que son bonheur est auprès de sa femme? (Bourdet, Sexe faible, 1931, iii, p. 460).
share|improve this answer

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.