Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

En écrivant ma dernière question, cela m'a fait penser à quelque chose : comment écrit-on le pluriel de mots composés dont un ou plusieurs constituants sont eux-mêmes des verbes à l'infinitif (dans ma question, je parlais de aller-retour ainsi que copier-coller)?

Plusieurs possibilités auxquelles je pense :

  1. des aller-retours
  2. des allers-retours
  3. des aller et retour

La logique voudrait que ce soit la solution 2, mais je trouve cela totalement non-naturel à écrire, et intuitivement (mon intuition est souvent mauvaise...) j'aurais plutôt tendance à écrire la solution 1. Quant à la 3, je l'ai déjà entendu à l'oral, mais je ne sais pas si c'était uniquement dans le contexte du parlé.

Je ne sais pas s'il y a vraiment une différence du fait que les constituants soient eux-mêmes des verbes, mais je trouve cela plus étrange et non-naturel à écrire. Y a t-il une règle spécifique pour ces cas?

share|improve this question
add comment

1 Answer

up vote 6 down vote accepted

En l'occurrence, aller est un nom variable : on peut dire des allers. Mon Robert 2007 n'inclut pas ce nom composé, car il le traite comme une locution plutôt qu'un seul mot. Le Grand Dictionnaire terminologique (de l'Office québécois de la langue française), inclut la note qui suit :

Certains auteurs considèrent les locutions aller-retour et aller et retour comme invariables; toutefois, dans ces locutions, les deux noms prennent normalement la marque du pluriel au besoin. On écrira donc : des voyages allers-retours (ou des voyages aller-retour), des allers et retours (ou des aller et retour), etc.

De manière générale (cf. Grevisse 14e, §§530 et 532 a.), les verbes qui font partie d'un nom composé ne s'accordent pas. Les exceptions étant les agglutinés résultant de la réforme orthographique, comme poussepousse, et certains termes légaux avec un participe présent (ayants droits, par exemple).

Reste quelques cas limites, comme soutien-gorge ou appui-tête où il y a tendance à passer au nom homophone et à accorder les parties en conséquence, passage complété dans le cas du premier : « soutient-gorge » est inexistant, note Grevisse (quoique le pluriel reste indécis).

share|improve this answer
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.