Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

J'ai une question sur le mot « anse ».

Comme tout le monde, je prononce ce mot [ɑ̃s] et comme tout le monde, ce mot commençant par une voyelle, j'applique les différents processus de sandhi en français : j'écris (et je prononce) « l'anse », je fais la liaison dans « une anse », « les anses », (soit à peu près [yn‿ɑ̃s], [le.zɑ̃s] dans l'API ; de façon plus claire, je prononce « les anses » exactement comme « l'aisance ») etc.

« Comme tout le monde ? » C'est ce que je croyais quand j'étais jeune, naïf, et que je vivais à cent kilomètres de Paris. Depuis que je fréquente plus de gens du Sud, j'ai remarqué que certaines personnes, (dans mon corpus personnel, toutes originaires du Sud ou y ayant vécu), font comme si le mot anse était précédé d'un h aspiré : ils prononcent « la anse » ([la.ʔɑ̃s]) et ne font pas la liaison dans « une anse », « les anses », ([yn.ʔɑ̃s], [le.ʔɑ̃s]) etc. Une rapide recherche Google montre d'ailleurs que l'orthographe « la anse », qui laisse peu de doutes sur la prononciation du scripteur, existe en proportion non négligeable.

Ma question est donc double :

  1. Quelle est l'explication de cette prononciation ?
  2. Quelle est la véritable étendue de cette prononciation ? (Est-ce vrai que cela ne concerne que le Sud de la France ? Quelle zone exactement ?)

Remarque : il existe bel et bien un mot « hanse » (comme dans « ville hanséatique », « Freie Hansestadt Bremen », etc.) avec un h aspiré. Mais ce mot étant plutôt rare (je crois bien ne jamais l'avoir entendu) et a priori pas vraiment sudiste, j'ai du mal à croire qu'il contienne la clef de l'énigme. Mais je peux me tromper…

share|improve this question
3  
Originaire de Toulouse je fais en effet cette distinction entre « les anses » et « l'aisance ». J'ai passé une dizaine d'années à Lyon et à Paris et je n'ai pourtant jamais remarqué que certains ne la faisaient pas. –  Stéphane Gimenez May 25 '12 at 9:31
1  
A ma connaissance et pour mes pratiques de la langue de nos chauvins de voisins (suis suisse;), La liaison doit se faire. Cependant, je distingurai l'aisance de les anses en prononçant respectivement lèzansse et lézansse qui ressemblerait presque du coup à l'escence, ( de quoi donner de l'énergie au sujet ;)... –  F. Hauri Nov 4 '12 at 21:33
    
En tant que parisien, je confirme que je prononce l'aisance et les anses à l'identique –  hoang Nov 5 '12 at 22:29
2  
Noter qu'il y a d'autres mots français commençant par une voyelle pour lesquels il est standard de ne pas faire d'élision : "onze" ("le onze novembre"), "un" ("le deux, le un"), "une" ("la une d'un journal"), "oui" ("le oui l'emporte"), et "ouistiti" ("le ouistiti"). –  a3nm Nov 11 '12 at 9:18
    
Hmm, à mon avis, c'est une liaison mal-t-à propos. Je pense que c'est régional. Ici en Suisse, on dit l'anse. Remarquez que ce sont les mêmes personnes qui disent « la anse » et qui ne font plus la différence entre le son « ain » et le son « un »… –  Oltarus Nov 28 '12 at 9:27

3 Answers 3

Je pense qu'il s'agit d'une déformation régionale, car l'élision devrait s'appliquer ici.

Pour la deuxième question je ne saurais dire, venant de l'île de la Réunion je n'ai jamais entendu "la anse", mais bien "l'anse" comme dans l'anse des cascades.

share|improve this answer

Le fait de ne pas appliquer l'élision permet de lever une éventuelle ambiguïté.

Les anses des seaux me blessent.

L'aisance des sots me blesse.

Certes, l'exemple est un peu capilotracté.

share|improve this answer
2  
Oui un besoin de désambiguïsation (hum, que ce mot est horrible) est une possibilité envisageable, mais je doute qu'elle soit vraiment nécessaire dans ce cas. Il y a beaucoup d'autres homonymes parmi les mots courants en français. Donc, sans arguments, indices ou preuves qui soutiendraient que c'est la véritable raison, j'ai peur de ne pas y croire du tout. Cela dit, c'est là un bel exemple :-) –  Stéphane Gimenez Nov 5 '12 at 16:55

Ailleurs, on remarque la même chose :

Un pataquès fréquent-z-en Belgique — peut-être aussi-t-ailleurs — concerne le mot anse. Que ce soit celle d'une tasse ou d'un panier, on dirait que le locuteur craint toute liaison avec ce mot. « Prends ta tasse par la anse », « tiens ton panier par les-h-anses ». Il n'y a pourtant pas de confusion possible avec « lance » ou « l'aisance ». Z'avez déjà entendu ça, vous ?

et plus bas :

En Bretagne nord, chez moi donc, dans le Léon, y disent : le auvent !

Et effectivement, d'autres disent que c'est méridional, mais je n'ai pas trouvé le commencement d'une attestation pour ça.

Du coup, la distribution me fait un peu penser aux [hal] qu'Evpok évoque, ce qui laisserait entendre que là où on prononce le h en expirant, on rajoute naturellement des disjonctions quand il y a un risque de confusion (remarquez que qui dit « il est fréquent que […] l'élision ne soit pas faite dans le langage parlé » parle nativement allemand et français, pour ma distribution).

Ça donnerait Alsace, Lorraine, Belgique, Normandie, et Suisse, donc.

Je ne dis pas que mes références valent quelque chose, je dis qu'elles ne s'écrasent pas devant une opposition qui n'existe pas.

share|improve this answer

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.