Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

The french nouns langue and langage are both translated as "language" in English. Langue normally means a specific language:

La langue française

whereas langage means either the phenomenon of language in general, or specific styles of utterances, as we can see by the following two examples.

Le langage, c'est ce qui sépare les êtres humains des bêtes.

Parle plus poliment, s'il te plaît ; je n'aime pas ton langage.

However, the English phrase "programming language" seems often to be translated by langage de programmation, whereas in accordance with the examples I gave above, langue would make more sense. Have I understood the meaning of these two words badly or incompletely, or is there some other explanation?

share|improve this question
1  
It's likely a case of false friends, the same way we say "un téléphone portable" rather than "un téléphone portatif." The English term sounds French-like, so it's mistranslated. No proof of that, however. –  Borror0 Aug 22 '11 at 19:38
    
I'd think it may be a distinction between 'real' languages (btw, isn't tongues used also, as in 'mother tongue', in English?) and made up languages, like programming languages. –  jv42 Aug 22 '11 at 19:56
    
@jv42 Not so much real vs. made up, as coded vs. natural (a subtle, but real, distinction — birdsong is a langage while Esperanto is a langue). –  Gilles Aug 22 '11 at 20:33
2  
I am with @Gilles on this: assuming by "natural vs. coded", he means "spoken-by-humans vs. everything else". There is also a nuance of completeness: "langues" are expected to cover the full spectrum of human communication needs, whereas "languages" only cover a subset (logic, technical jargon etc.). "Langue des signes" is another interesting example... –  Dave Aug 23 '11 at 5:22
add comment

3 Answers 3

up vote 10 down vote accepted

Les plus anciennes occurrences de « langage de programmation » sur Google Books sont :

À l'époque, l'innovation dans le domaine se faisait surtout en langue anglaise, il était donc naturelle de transposer au plus près « programming language ». Quand à un hypothétique « langue de programmation », on n'en trouve aucune trace en France. Par contre, en cherchant "langue de programmation" sur Google, on tombe sur de nombreuses occurrences canadiennes, le terme semble admis en français québecois (ce que j'ignorais jusqu'à maintenant).

Alors, anglicisme en France et construction plus conforme au génie de la langue au Québec ? Je n'ai pas l'impression.

D'abord, la distinction entre langage et langue a évolué au fil du temps, et en particulier l'utilisation de langue française à l'exclusion que langage français, remonte au XIXe siècle (Le Dictionnaire de l'Académie française ne la fait qu'à partir de sa 7e édition en 1878).

Ensuite et surtout, le mot langage peut aussi désigner un système de communication codé, par opposition à la langue qui est un système d'expression direct. Ce sens remonte à bien longtemps ; même avant la Pascaline, on parlait de langage d'oiseaux. La 9e édition du Dictionnaire de l'Académie (1932) dit ceci du mot langage :

Il désigne plus particulièrement la Manière de s'exprimer, soit par rapport aux mots qu'on emploie, soit par rapport au sens. Langage figuré, allégorique, mystique, poétique, orné, affecté, fleuri, pompeux. [...] Il se dit, par extension, des Cris, du chant, etc., dont les animaux se servent pour se faire entendre. Les oiseaux ont une sorte de langage. Le langage des bêtes. Il se dit encore, figurément, de Tout ce qui sert à exprimer des idées et des sensations. Langage du geste, des yeux. Le langage symbolique des fleurs. La pantomime est un langage muet. Le langage des signes. On a composé, pour les sourds-muets, un langage au moyen de divers mouvements de la main et des doigts.

Ou, pour reprendre les définitions proposées par le Trésor de la langue française :

II.A.1. Usage particulier d'une langue, manière de parler. [...]
En particulier. Ensemble des règles de la grammaire, des règles concernant le lexique d'une langue donnée. [...]
Langage diplomatique, langage administratif, langage mathématique, langage géométrique, ...
2. Ensemble des moyens d'expression particuliers à un art, ou utilisés par un artiste pour créer une œuvre. Langage chromatique, musical.

Il est donc logique de parler du langage de la programmation. Ce qui est peut-être un peu moins direct, c'est de parler d'un langage de programmation. C'est toutefois un usage qu'avaient déjà les mathématiciens.

[Leibniz] concevait la notion de langage formalisé, pure combinaison de signes dont seul importe l'enchaînement, de sorte qu'une machine serait capable de fournir tous les théorèmes, et que toutes les controverses se résoudraient par un simple calcul (Bourbaki, Hist. math., 1960, p. 16). [cité par le TLF, §II.B.2 : langages artificiels, établis en fonction d'axiomes, de règles d'écriture]

La forme langage de programmation me semble donc bien être d'un lignage tout à fait respectable en français (de France).

share|improve this answer
    
c'est vrai qu'en français on dirait "langage codé" et "langue" ferait tout de suite penser à quelque chose de parlé. –  Nikko Aug 22 '11 at 21:49
1  
Gilles, je me suis permis d'éditer pour virer ton exemple daté de 1932: c'est une collection de numéros de revue, et l'année en question correspond au début du recueil. Si j'ai bien lu, la page que tu cites date de 1969. –  F'x Aug 22 '11 at 22:41
2  
@Gilles: comme tu le fais remarquer, la notion de langage formel (qui a éventuellement donné les langages de programmation moderne: en nom et en principe) est très ancienne et précède largement l'apparition du terme anglais. Un choix de traduction du à l'influence anglaise me parait beaucoup moins probable qu'un choix motivé pour des raisons de vocabulaire. –  Dave Aug 23 '11 at 5:16
add comment

It is not often translated as "language". Rather, I have never heard any other translation in this context. I tend to believe that the term "programming language" was coined in English and that the French kept the "language" part without strictly translating it as "langue".

This peculiarity is actually very useful in French, since there is no ambiguity when you ask someone:

Combien de langages connais-tu ? (Always computer-related)

or

Combien de langues connais-tu ? (Always linguistic-related)

share|improve this answer
    
I do think it's been translated into “language de programmation”. –  Nikana Reklawyks Nov 14 '12 at 0:07
add comment

The french nouns langue and langage are both translated as "language" in English. Langue normally means a specific language:

A la pertinence des réponses apportées, on pourrait ajouter :

  • langue : 17 muscles,
  • langue : organisation de mots que l'on peut prononcer dans un dictionnaire, une grammaire, l'Histoire, les analyse de toutes sortes, la littérature, la philosophie, la métaphysique ou l'ontologie, le théâtre, les poèmes... qui construisent un humain au sein d'une société.
  • langage : utilisation d'une langue, mais aussi toute forme d'expression intelligible, telle le langage des oiseaux dont même les humains étrangers à cette culture peuvent comprendre l'intention (cri d'alerte contre un prédateur, appel amoureux, bagarre entre mâles ..)

mais déjà une incohérence avec la sentence :

Le langage, c'est ce qui sépare les êtres humains des bêtes.

à cela s'ajoute la collision poétique des langues d’Ésope qui s'agitent en langage et révèlent la duplicité de ce dernier.

Si on utilise un aphorisme, un adage, un apophtegme, une formule, une maxime, une sentence, on se situe dans l'objectivité : je suis différent de l'oiseau, l'oiseau ne parle pas DONC c'est la différence entre humains et bêtes, voilà MA belle pensée.
... inutile de gloser sur l’anthropomorphisme latent, "comparaison n'est pas raison".
C'est une des difficultés du choix des exemples.

Le langage est commun a tout ce qui vit, à nous de le décoder.

En revanche, à la façon d'Ésope, si l'on utilise l'expression poétique, la subjectivité ou l'intuition, on se sert d'une expérience sensible [perceptible par éventuellement plusieurs sens] que l'on suit dans sa transformation en mots et en expression, et pour en maîtriser le choix, il faut s'arrêter :
est-ce qu'au moment de la transformation/codification de la langue en langage cela va devenir :
- une transmission de connaissance, un partage d'une découverte dont on a conscience (notion de don),
- ou la communication d'un savoir qui m'isole sur un niveau prétendu supérieur, la manipulation des symboles pour asseoir un pouvoir ou de nos jours une publicité (notion de possession).

Utilisons l'arbre :

  • la langue de la bouche (ou du bec) serait les racines, un lien à la terre, à la réalité sensible, en connexion avec l'excitation des neurones qu'elle doit traduire, elle est ainsi la base de l'architecture à développer, l'outil qui va réaliser le plan,
  • la langue inconnue des anglophones serait le tronc et ses branches maîtresses, l'architecture (dans ce qu'elle a de visible lorsque le plan est réalisé), le support et les objets de la précédente. A maturité ils sont prêts pour tout usage,
  • le langage est alors la ramée qui devient bruissante lorsque les souffles variés du vent l'anime.

En me servant de ce classeur mnémotechnique, j'ai voulu réduire les incertitudes (savoir s'il n'y avait pas d'exception, d'imprécision, une erreur de formulation, ..) avec les définitions proposées, je n'en perçois pas, ... toute autre point de vue sera appréciée.

Pour l'informatique on pourrait éventuellement dire que :
- la bouche (dont le verbe est acte) serait l'architecture von Neumann
[sans rapport avec la terre, certes, mais pilote des stimulations qui agitent la langue qui traduisent un plan.
C'est là un des problèmes récurrents lorsque l'on prête, par anthropomorphisme, la vie à un artefact. L'exemple peut perdre de l'élégance, mais on peut aussi dire que la langue buccale est construite (son évolution est conduite) par l'architecture neuronale],
- le tronc, les microprocesseurs, car les circuits insensibles "incarnent" une langue "codée en dur"
- et que tout ce que les humains peuvent entendre, lire, traduire, interpréter est alors rattaché au langage, avec les risques d'utilisation relevés par Ésope dans le cette tour de Babel-Web (Homophonie : Babel-Oued, ville d'Algérie dont le nom est entré dans le langage familier)

J'ai bien conscience que la langue française peut être très difficile à appréhender, j'espère seulement que l'approche intuitive et le langage que je viens d'utiliser restent compréhensibles, qu'un éclairage différent élargisse la compréhension du mot langue et de ses dérivés.

share|improve this answer
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.