Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Quel mode doit-on mettre après « Comment se fait-il que… » ?

Mon intuition me dit de mettre du subjonctif, mais je ne suis pas sûr que cela soit exact. Par exemple dans la phrase...

Comment se fait-il qu'il mange si peu ?

Le fait qu'il mange peu est avéré, je le constate. Donc je mettrais plutôt de l'indicatif. Est-ce que mange est à l'indicatif ou au subjonctif ? Dans cette phrase cela ne change rien, mais si je veux utiliser le verbe boire, la différence s'entendra.

share|improve this question
add comment

3 Answers

up vote 3 down vote accepted

Ici on exprime un « constat ». Mais il est subjectif. Ceci est la raison pour laquelle le subjonctif doit être utilisé.

Voici un, deux, et trois sites permettant de mieux comprendre où et comment utiliser le subjonctif.

Dans la majorité des cas, les questions qui introduisent une subjectivité de la part de l'orateur sont soumises au subjonctif. Cela concerne aussi tout ce qui touche aux notions traduisant une « volonté » (je voudrais que tu fasses) ou un « doute » (je doute qu'il soit).

J'irais plus loin, je pense qu'une phrase à l'indicatif aurait pu être « correcte », si, dans un livre, le personnage était omniscient. Dans la littérature, je pense qu'on peut trouver une phrase à l'indicatif pour un tel contexte (mais ce n'est qu'une supposition de ma part). Là cependant, je pense que c'est incorrect.

share|improve this answer
add comment

Les deux sont possibles, le subjonctif me semble le plus courant. (Pour reprendre les mots de Grevisse, le subjonctif se met souvent dans les propositions relatives dans les phrases interrogatives.)

L'Académie française a une note sur la question. On remarquera qu'elle est tout aussi peu normative (le plus souvent, plus habituel). Elle donne un exemple de phrase (non interrogative) où l'utilisation du subjonctif ou pas donne une différence de sens :

C’est le plus jeune conseiller qui a été élu maire (on constate que c’est le plus jeune, parmi les conseillers actuels, qui vient d'être élu)

C’est le plus jeune conseiller qui ait été élu maire (le locuteur souligne qu’on n’a jamais élu un conseiller plus jeune comme maire)

share|improve this answer
    
Dans certains cas le choix est même important (enfin pas trop quand même) : Comment se fait-il que personne n'a pu répondre / n'ait pu répondre ?. –  Stéphane Gimenez May 1 '13 at 11:03
    
Le français est ma langue maternelle hein, et je mettrais plutôt "n'ait pu répondre" dans ton exemple, mais quelle est la différence avec "n'a pu répondre" ? –  Kalissar May 1 '13 at 11:11
    
Autre exemple, au présent, comme ça on comprend sans contexte supplémentaire la réalité de la question posée : Comment se fait-il que personne ne répond / ne réponde ?. Dans ce cas, le subjonctif me choque. –  Stéphane Gimenez May 1 '13 at 12:01
1  
@StéphaneGimenez, si tu vois une différence de sens, explique-là parce que je ne vois rien (et Grevisse n'en donne pas). Pour ton deuxième exemple -- comme en général d'ailleurs --, le subjonctif me semble à moi plus naturel. –  Un francophone May 1 '13 at 12:07
    
C'est pas une difference de sens, mais plutôt de réference (peut-être que j'hallucine). Un sondage avec des contextes précis et bien choisis qui demande de completer la forme verbale serait probablement instructif. –  Stéphane Gimenez May 1 '13 at 12:20
show 3 more comments

Pour reprendre l'interrogation de Stéphane, le choix ne semble pas se faire sur la grammaire, mais sur l'attente du questionneur ou l'intention (la présence) du questionné :

.. que personne ne répond : ici, maintenant, tout de suite, il y a une absence de réponse, pas de personne physiquement présente pour le faire.
.. que personne ne réponde : ne soit capable de répondre, il y a une incapacité à fournir la réponse, même si plusieurs personnes sont là.


Le conditionnel induirait une suggestion au comment une explication plausible, alors que le présent se contenterait de constater un fait, ou plutôt son absence.

share|improve this answer
1  
Sincèrement, c'est une nuance que je ne perçois pas. –  Un francophone May 1 '13 at 18:00
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.