Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Page 49 dans Advanced French Grammar, V. Mazet soutient ceci :

A few present participles undergo a spelling change when they are used as adjectives or nouns. These include: —ant to —ent, —quant to —cant, and —guant to —gant.

Il a eu une crisme d'asthme en se fatiguant. Faire la vaisselle n'est pas fatigant.

Puisque la prononciation me semble rester la même après ces transformations, à quoi servent-elles ? Pourquoi les participes présents subissent-ils ces modifications ? (La réponse simple est d'agacer les étudiants du français comme moi ?)

share|improve this question
1  
Non c'est justement pour aider les étudiants à comprendre que les deux mots ne jouent pas le même rôle dans ces deux phrases ! –  Stéphane Gimenez Jun 22 '13 at 13:03
add comment

2 Answers 2

up vote 5 down vote accepted

fatigant et fatiguant sont des homophones, de catégories lexicales différentes (part of speech). Ils n'ont pas la même fonction syntaxique dans la phrase (bien qu'ils soient tous les deux liés au sens du mot fatigue).

Dans ce cas particulier, il y a deux graphies pour représenter ces deux mots ayant le même son :

  • fatigant est un adjectif, et s'accorde en genre et en nombre (ex : des journées fatigantes);
  • fatiguant est un participe présent, invariable (ex : se fatiguant rapidement, il décida d'abandonner).

Dans d'autres cas, deux mots ayant des catégories lexicales différentes peuvent être homophones et homographes, exemple : harcelant, changeant, éprouvant, etc.

Un autre cas semblable à "fatigant / fatiguant" est : divergent / divergeant, deux homophones, mais pas homographes.

Pour répondre à la question (à quoi servent-elles ?) : à rien de particulier, c'est ainsi.

Pourquoi le son /o/ peut être écrit : o, ô, au, aut, ault, eau, ... ? Une langue qui a une longue histoire peut avoir quelques bizarreries...

share|improve this answer
add comment

Grevisse (le bon usage) cite une trentaine de cas où le participe présent se distincte de l'adjectif verbal correspondant par l'orthographe et n'en donne qu'une explication historique partielle (les adjectifs qui se distinguent, par leur terminaison en -ent, des participes présents doivent leur forme aux participes présents latins auxquels ils on été empruntés.)

À partir d'un verbe, on a donc normalement trois dérivés de fonction différente mais d'orthographe identique :

  • l'adjectif verbal, qui peut avoir une orthographe différente, qui s'accorde et se comporte comme un adjectif plutôt qu'un verbe (pas d'objet direct, négation avec non-); normalement les adverbes précèdent les adjectifs verbaux; leur sens peut être modifié par rapport à celui du verbe (p.e. passif plutôt qu'actif, un billet payant ne paye rien mais doit l'être rien)

  • le participe présent, qui est invariable, se comporte comme un verbe en étant nié avec ne, en pouvant avoir un complément d'objet direct; normalement les adverbes suivent les participes présents; (Pierre payant son billet équivaut plus plus ou moins à Pierre qui paye son billet)

  • le gérondif, comme le participe présent est invariable et se comporte comme un verbe, ils sont souvent introduits par en et ont une fonction de complément de temps, de manière, ... plutôt que de qualifié le nom ou le pronom auquel ils se rapportent. (En payant son billet, Pierre ... équivaut plus ou moins à Pendant qu'il payait son billet, Pierre ...)

share|improve this answer
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.