Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Je souhaitais un « bon appétit » avant le repas, mais on m'a dit que ça n'était pas poli.

  1. Est-ce vrai?
  2. Si c'est vrai, pourquoi?
share|improve this question
add comment

2 Answers

up vote 9 down vote accepted

Tout dépend. Dans la plupart des contextes, en France, c'est tout à fait admis, mais il existe effectivement des limites :

  • Dans un contexte informel (famille, collègues que l'on connait bien, amis), c'est une habitude. On entend même parfois bon ap', dans les cas les plus informels.
  • Dans un contexte moyennement formel, cela peut se dire sans problèmes. Il est m'est arrivé de l'entendre de la part de personnes hiérarchiquement plus élevées que moi au travail, tout comme il m'est arrivé de le dire à ces personnes.
  • Dans les contextes les plus formels cependant, cela peut passer pour une familiarité déplacée. C'est dans ces derniers cas qu'il convient d'être prudent. Certains recueils de bonnes manières bannissent cette expression et invitent même à répondre de façon détournée si l'on est destinataire de ces mots (une simple recherche le montre). J'ignore pourquoi.
share|improve this answer
1  
Merci Shlubu pour toutes ces précisions. Ceci répond parfaitement à ma première question, mais la seconde reste ouverte. –  Pierre Jun 28 '13 at 16:12
1  
"Bon ap'"... Excusez-moi... Enfin nous sommes entre nous, donc "Bon ap'" –  Pierre Jun 28 '13 at 16:18
4  
@Shlublu c'est surtout du 2nd degré, voir l'entrée Suicide par exemple :) –  Alexis Pigeon Jun 28 '13 at 16:20
1  
J'aurais eu tendance à plussoyer les deux premiers points, mais un lien google qui pointe vers rien du tout, en espérant montrer qu'un truc douteux est évident, ça détruit complètement la réponse. –  Stéphane Gimenez Jun 28 '13 at 16:43
4  
On peut aussi penser que le « bonne continuation » dit en servant un plat, veut simplement éviter la redondance avec le « bon appétit » dit en servant l'entrée. –  Valram Jul 1 '13 at 14:10
show 7 more comments

Pour répondre au deuxième point, il s'agit d'un refus tautologique :

L'hôte (principalement la maîtresse de maison, mais celui qui invite s'il n'est pas marié) s'est donné beaucoup de mal à choisir le menu, à dresser la table et à y accorder les voisinages en fonction des affinités qui autorisent d'enfreindre le protocole pour réaliser un plan de table convivial, à retarder un peu le début du repas pour que tout le monde ait eu le temps de s'habiller, ou tout simplement de se dégager des embouteillages.

  • Si l'hôte dit bon appétit, sous entendre : et il y a intérêt avec tout le mal que je me suis donné.
  • Si c'est l'invité qui l'exprime, on pensera « on sait que tu as les crocs », mais ce n'est pas à toi de donner le signal de départ.

De toute façon il n'est pas très subtil de dire ce que l'on est en train de faire.

C'est pourquoi, enjoindre ses invités à passer à table et, pendant que la conversation continue, s'enquérir du regard de savoir si le service a été fait pour tout le monde, puis, après avoir délicatement pris une première cuillerée du consommé (ou de toute autre entrée), remercier discrètement le service (ou dire que ce qui est servi correspond à ce que l'on veut offrir, dans des situations plus simples) permet à tout le monde de savourer l'instant en silence et d'apprécier d'une mine réjouie les parfums de la première bouchée avant que la conversation s'anime à nouveau.

Imaginez-vous alors dire « bon appétit » ? mufle, goujat, butor, plouc, malappris, grossier, sauvage, impoli, pignouf, indélicat, rustre,… et il y en tant d'autres encore qui ne seront plus invités.


Pour complément :

Une autre raison pourrait venir de la concurrence avec le Bénédicité, petite prière de remerciement pour la nourriture préparée, dite cette fois par le chef de famille. Avec la perte d'influence de l’Église dans la vie quotidienne, elle ne se pratique plus en public.

Dire ensuite bon appétit, reviendrait à prendre la place de celui que l'on vient de remercier.

En revanche, dans un restaurant où chacun règle son addition, pour s'amuser des règles de politesse, on peut répondre « bon ? seulement ? et pourquoi pas gargantuesque ? »… et lancer des échanges sur les bonnes pratiques sociales.

Si l'on a envie de donner un signal pour que tous les convives commencent ensemble, lancer un « Et si on commençait ? » car il s'agit en fait de suspendre la convivialité de la conversation pour pratiquer l'activité pour laquelle on a les pieds sous la table.

share|improve this answer
    
Analyse intéressante et poussée, on comprends mieux le contexte. –  Pierre Jul 2 '13 at 8:22
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.