Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Le son [ŋ] n'existe en français que dans les mots d'origine étrangère, surtout anglaise. Cependant, les Français le prononcent « correctement », c'est-à-dire presque exactement comme les anglophones. On constate par exemple la différence entre le « r » dans « parking », prononcé à la française, et le « ng » à la fin du même mot. Comment, quand, et pourquoi les Français ont appris à prononcer ce son étranger ?

share|improve this question

4 Answers 4

up vote 12 down vote accepted

L'explication phonologique habituelle repose sur la neuvième règle de Troubetzkoy1 dite règle d'équilibre structural.

Le français a une structure phonématique à trois séries de trois occlusives (voir tableau ci-dessous) et tend à la conserver. Or la voyelle [ɲ] à tendance à disparaître au profit de la série [nj] — en gros on prononce de plus en plus le gn d'agneau comme le ni de panier.

La disparition de [ɲ] déséquilibre la structure en ne laissant que deux occlusives dans la série nasale ([m] et [n]). La langue rétablit son équilibre en ajoutant la nasale [ŋ] qui était auparavant prononcée [nj] ou voyelle nasale + [g] et qui est plus proche phonétiquement de ses homologues dans les séries occlusives non-nasales ([k] et [g])2.

C'est plus clair en regardant le tableau des occlusives du français.

Tableau des occlusives du français

C'est un changement assez récent, environ une cinquantaine d'années d'après mes profs, l'exemple donné était de Queneau qui utilisait dans Zazie dans le métro des orthographes reflétant la prononciation du type campigne ou parkingue (à vérifier).


1 Très précisément

Règle 9 (équilibre structural)

Un groupe phonique répondant aux règles 1 à 3 doit être considéré comme l’une des réalisations d’un phonème si cela rétablit un parallélisme dans l’inventaire des phonèmes.

2 Au cas où un linguiste passerait par là : oui, je sais que /k/ et /g/ se réalisent [c] et [ɟ] devant les voyelles antérieures et sont donc plus proches de [ɲ] dans ce cas. L'argument de proximité n'est donc pas tout à fait recevable.

share|improve this answer
3  
J'ai rien compris, mais ça à l'air intéressant. –  Stéphane Gimenez Aug 29 '11 at 22:06
    
Mieux comme ça? –  Evpok Aug 29 '11 at 22:28
1  
Ça change tout ! Allez +1, même si lejpegçafaitmalauxyeux. –  Stéphane Gimenez Aug 29 '11 at 22:37

Ce qui est amusant, c'est que tu as choisi parking comme exemple, alors qu'il s'agit d'un nom commun spécifique au français, comme dancing, forgés à partir d'adverbes anglais (si je ne me trompe pas dans la terminologie, la grammaire n'est pas mon point fort !).
Je viens juste de vérifier (ce que j'ai appris il y a longtemps), Merriam-Webster ne connait ce mot que pour parking brake et parking light.
Bon, évidemment, la nature grammatical du mot ne doit pas trop changer la prononciation, ce qui compte est l'exemple phonétique, je suppose.

Pour revenir à la question, je pense qu'il y a deux facteurs :

  • Tout d'abord, c'est par mimétisme : on prononce comme on a entendu prononcé. Ceux qui ont importé les termes devaient connaître un tant soit peu l'anglais, et l'ont prononcé comme ils l'ont entendu.
  • Ensuite, comme dit Axiolase, ce n'est pas un son difficile à reproduire pour un français, contrairement à, disons, th. La combinaison phonétique, même si elle est reproduite approximativement, n'est pas acrobatique.
share|improve this answer
    
Le terme américain pour «parking» est «parking lot». (merriam-webster.com/dictionary/parking%20lot) Shampooing, par contre... –  Samuel Lisi Jun 26 '12 at 9:13

Est-ce vraiment un son étranger ? Il s'entend beaucoup dans le sud de la France il me semble, dans des mots comme "demain" ou "putain". Il est possible que le son "ng" ait été utilisé dans de nombreux patois et qu'il ait subsisté chez une partie des populations de la France.

Enfin, je serais tenté de conclure à la va-vite en disant que "ng" n'est rien d'autre que la composition de deux sons qu'on trouve déjà en français, et qu'il n'y a rien d'exceptionnel là, si ce n'est que cette combinaison ne se retrouve que dans des mots d'origine étrangère.

share|improve this answer
    
Composition de deux sons ? Lesquels ? –  Brennan Vincent Aug 29 '11 at 4:48
    
"n" et "g" :) Tous les français ne savent pas prononcer correctement [ŋ], mais c'est un sont très proche de "n" suivi de "g", et c'est un son qu'ils entendent depuis longtemps via l'Anglais omniprésent, et via certains patois. Il est donc assez facile je crois à acquérir. –  Axioplase Aug 29 '11 at 4:56

Si je ne me trompe pas [ŋ] est un [n] prononcé avec l'extrémité de la langue à plat contre le palais (plutôt que la pointe de la langue pour le [n]), ce qui est la position de départ du [g]. Si un francophone prononce [ng], il va avoir tendance à prononcer en fait [nŋg], roulant la langue, il « suffit » de ne garder que la consonne du milieu. Ce qui n'est pas facile. J'ai l'impression — mais je en suis pas linguiste et je n'ai donc pas l'oreille particulièrement bien éduquée — que face à ng les francophones prononcent [ŋg] voire [nŋg] mais relativement rarement le [ŋ] désiré.

share|improve this answer

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.