Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

J’aurais envie de convoquer la dimension du contretemps, qui me semble traverser The Black Moon, et par là je veux évoquer celle de l'impossibilité, ou celle du refus d'abandonner son autonomie, celle de la peur de tomber dans le désir de l'autre, d'y être ravie à soi-même, dans un contexte où c'est lui qui la précède - il est curateur avant elle : quand il veut, elle se dérobe, quand elle veut (à Venise, elle veut deux fois de plus que lui), il feint l'indifférence ou il ne répond pas à son appel, quand il indique la direction, elle ne le suit pas...

Does y in d'y être ravie à soi-même of this longer-than-usual quotation replace la dimension or le désir?

As this is a pretty long fragment of prose, I got lost amongst its many clauses on reading it.

share|improve this question
5  
This question appears to be on-topic but it won't help anyone on the internet. It's too localized. –  Stéphane Gimenez Aug 2 '13 at 8:55
4  
See the meta discussion. –  Stéphane Gimenez Aug 2 '13 at 9:51
2  
First of all, I would indeed encourage discussion on How to deal with casual imperfections of texts? I think the issue with this particular question is: 1. answering it doesn’t help you (or anyone) understand French better; 2. I’m not sure it has a definitive answer. Now, I think it has its place here because @cl-r answer, which I think really widens its interest. I guess we should try and reformulate the question, though. –  Édouard Aug 2 '13 at 11:19
2  
@indoxica, 1/ the place where the policy is discussed is the meta group, not the comments of a question triggering the need to clarify the policy. I purposely won't answer on the policy aspects of your comment. 2/ Grammar rules are not precise enough to say if y refers to la dimension or le désir, your question is purely about the meaning of a sentence that most native speakers will find too complex in its form, too obscure in its terms (and that was written by someone who love writing complex sentences). –  Un francophone Aug 2 '13 at 12:07
1  
@indoxica: I think you should interpret the downvotes as “this is not the appropriate place to ask such questions”. I know that you could not know this beforehand, and that's why I voted to close, instead of downvoting. But now since it is reopened I (and others) have to inform the audience that there is nothing interesting in here. If you want to discuss about “what could the author possibly mean in this obscure sentence”, the best place for this is on the French Language Chat. –  Stéphane Gimenez Aug 5 '13 at 14:27
show 3 more comments

4 Answers

My head aches, and I have no freaking idea what the author meant. I must admit that reading this sentence does not make me want to read the whole article.

In any case, I would say it refers to “le désir”, i.e. “d’être ravie à soi-même dans le désir de l’autre”.

share|improve this answer
    
Un sacré mal de tête, oui! Moi j'ai rien compris du tout... –  Alexis Wilke Sep 27 '13 at 6:39
add comment

C'est un exemple de phrase à périodes, forme littéraire utilisée pour décrire l'environnement et les influences d'une situation émotionnelle perçue une première fois.

Elle peut être employée pour saisir ce qui vient à l'esprit avant la formulation du langage qui arrive en flux continu, lorsqu'une intuition, une envie se manifeste.

Il faut donc se référer à la source, au début : l'impulsion ou l'envie contribuant au choix d'écriture, le motif ou la dimension du contretemps étant le sujet du discours.

Les périodes qui suivent se raccrochent automatiquement à ce dernier, à moins qu'une ou plusieurs imbrications parasites (signalées ici par le -) rendent la lecture plus compliquée.

Le y se rapporte donc à la dimension du contretemps, notion abstraite, vue de l'esprit, mais perçue ici comme pierre de touche, fil conducteur ou architecture d'une œuvre artistique.

EDIT Après nième re-lecture

Il est toutefois possible de ramener le commencement de la première "imbrication parasite" à l'absence de ou précédent le dernier celle, le - devenant une nouvelle incise .

Le rythme des phrases à période est souvent ternaire, des trois se rattachant à la dimension et utilisant celle, la dernière contient l'amorce du basculement de la dimension convoquée au désir de l'autre ; il est donc possible de rattacher y à l'autre au travers du désir que l'on en a, et du jeu trouble qui s'en suit.

Cette orientation ouvre alors la suite du discours, évocation de l'autre.

Bien que ce soit probablement là l'intention de l'auteur, le questionnement d'une lecture attentive laisse la possibilité d'un rattachement au 'père' du désir ici le contretemps.

share|improve this answer
    
J'hésite entre un +1 parce que la réponse expliquant les périodes me plait, et un -1 parce que le y désigne clairement pour moi le désir de l'autre. En simplifiant un peu la phrase j'ai Par les termes « la dimension du contretemps » je veux évoquer la dimension de la peur d'être ravie à soi-même [par la plongée] dans le désir de l'autre. –  Un francophone Aug 2 '13 at 11:55
    
@Unfrancophone C'est une lecture possible, mais vous oblitérez le mot convoquer : l'envie n'est pas l'autre, mais la convocation qui laisse un espace de rencontre (avec l'autre) et de dilution de soi par déstabilisation que le contretemps opère sur les repères habituels de l'ego. –  cl-r Aug 2 '13 at 13:48
    
@Unfrancophone J'ai complété ma réponse qui va dans votre sens. Toutefois je reste très sensible à l'interrogation d'Indoxia, (pour des raisons qui sont ici hors de propos), et je reste persuadé que ce genre de question (précise sur des particularités incontournables) fait honneur au site, ne serait-ce que par la qualité des réactions engendrées. –  cl-r Aug 5 '13 at 11:37
    
Je continue de penser qu'il s'agit d'une question portant sur l'interprétation d'un texte plus que sur la langue française, question qui devrait être donc fermée (mais @Jefromi m'a convaincu que "primarily opinion based" est meilleur comme cause), ne fut-ce que parce que le sujet porte à discussion et échange d'arguments et que le format SE s'y prête très mal (en fait il est conçu pour les éviter). –  Un francophone Aug 5 '13 at 13:16
    
J'ai retrouvé la référence meta.french.stackexchange.com/questions/472/… ; @Unfrancophone en suivant les arguments du modérateur, vous laissez un espace pour le jeu : dans le sens qu'un moteur qui n'aurait pas de jeu dans ses mécanisme serait bloqué après surchauffe, dans celui du jeu de la créativité dans celui des règles du jeu de SE, sans les enfreindre ; en restant dans les limites d'usage ... en toute justice le bénéfice du doute à bénéficié à la défense, ce qui honore tout le monde :) –  cl-r Aug 5 '13 at 13:42
add comment

Don't worry, a native would get lost too. I've read the sentence several times and I'm still not completely sure. Ok, let's try this:

J’aurais envie de convoquer la dimension du contretemps, qui me semble traverser The Black Moon, et par là je veux évoquer celle de l'impossibilité, ou celle du refus d'abandonner son autonomie, celle de la peur de tomber dans le désir de l'autre,

celle = la dimension: la dimension de l'impossibilité d'abandonner son autonomie, ou la dimension du refus d'abandonner son autonomie, la dimension de la peur de tomber dans le désir de l'autre

d'y être ravie à soi-même

I think that y reflects to the last concept for which a spatial metaphor was used, namely “le désir de l'autre”. It makes some sense: the character is afraid of getting trapped into desire for another, of being consumed by that desire, of being stolen from oneself in that desire, of losing one's individuality.

dans un contexte où c'est lui qui la précède - il est curateur avant elle : quand il veut, elle se dérobe, quand elle veut (à Venise, elle veut deux fois de plus que lui), il feint l'indifférence ou il ne répond pas à son appel, quand il indique la direction, elle ne le suit pas...

I have even more trouble with that part of the sentence. I think il and elle are the characters throughout this passage, but I'm not completely sure.

share|improve this answer
    
Le mot curateur me gène, il semble que ce soit un titre universitaire ou honorifique (alors que le petit Robert renvoie seulement à une mise sous curatelle imposée par la Justice). L'article (feministesentousgenres.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/07/31/…), renvoie il et elle aux premiers rôles d'un film qui se veux "film-exhibition", d'où l'impression de naviguer dans l'inconnu à la lecture de cet article –  cl-r Sep 26 '13 at 15:05
    
@cl-r Ça pourrait aussi être l'adjectif curateur : il soulage, il guérit. Mais ça ne me paraît pas très cohérent avec le reste du passage (oui, bon, parler de cohérence pour ce passage, c'est osé). Donc je pense qu'il faut s'accrocher à l'étymologie : le mot latin curator (gardien). –  Gilles Sep 26 '13 at 15:14
add comment

I would say it refers to « la dimension de la peur ».

Which could be explicitly used like this :

la dimension de la peur de tomber dans le désir de l'autre, la dimension de la peur d'y être ravie à soi-même.

But like other French people above, I'm far from sure.

share|improve this answer
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.