Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Pourquoi le français n'a-t-il pas de mot courant pour exprimer le contraire de "cher" (au sens pécuniaire) ?

En pratique la tournure "peu/pas cher" semble être la plus courante, et les dictionnaires mentionnent en général le mot composé "bon marché". Je suis étonné qu'au lieu d'un adjectif (non composé) l'usage pour exprimer ce sens soit une négation.

Anglais, allemand et espagnol, qui sont des langues géographiquement voisines du français, possèdent pourtant un adjectif pour "cher" et un adjectif pour son contraire (cheap, billig, barato). Le latin possède le mot "vilis", qui a d'ailleurs donné "vil" en français. L'italien par contre ne semble pas avoir de tel mot non plus, utilisant apparemment comme en français la tournure "bon marché".

Quelle est la raison ? Un adjectif a-t-il existé puis disparu ? Ou a-t-il changé de signification, laissant la langue sans mot pour exprimer ce sens ?


Je n'ai toujours pas trouvé d'explication faisant autorité, mais en regardant du côté de "vil" il y a peut-être une piste.

Le Trésor de la langue française dit à propos de son étymologie :

« Qui est de peu de valeur ou sans valeur. »

Wiktionaire dit également :

(vieilli) « Qui est de peu de valeur, de prix bas: »

L'un comme l'autre donnent l'exemple :

« à vil prix »

Il est tentant de penser que "vil" voulait effectivement dire "pas cher" à l'origine, puis que son sens est devenu péjoratif, au point de faire disparaître son usage au sens neutre.

Quelqu'un peut-il confirmer ou infirmer cette hypothèse ?

share|improve this question
4  
Merci pour cette question! Je me la suis souvent posée mais n'avait pas encore pensé à la soumettre ici. Comment un élément aussi utile et courant n'a-t-il pas un mot simple, clair et attribué!? –  Romain VALERI Oct 28 '13 at 9:18
2  
Il n'y a pas qu'en français . En néerlandais aussi : goedkoop calqué directement du français, avec les comparatifs et superlatifs allant dans le même sens meilleur marché : goedkoper ( parfois beterkoop ) et le meilleur marché : het goedkoopst...etc –  user2854 Oct 28 '13 at 18:32
    
Attention au "cheap" anglais, qui signifie aussi "de mauvaise qualité" ; le patron d'une grande chaîne de distribution a récemment fait afficher "XYZ does not sell cheap food". Cela a fait les gros titres de la presse, ironique, dès le lendemain, et les ventes ont baissé ... –  ex-user2728 Oct 30 '13 at 0:43
1  
C'est vrai, "inexpensive" est plus neutre. Je laisse tout de même "cheap" qui a clairement une origine propre et n'est pas juste un adjectif avec un préfixe de négation. –  Julien Guertault Oct 30 '13 at 1:53
2  
@JulienGuertault : Le Dictionnaire historique de la langue française (sld A. Rey) confirme : Vil est issu (1080) du latin classique vilis « bon marché », d'où « de peu de valeur » au propre et au figuré, ce mot latin est sans origine connu. Appliqué aux choses le sens latin de « sans valeur » est sorti d'usage sauf dans la locution « à vil prix » (1518). –  Laure Oct 31 '13 at 8:55
show 5 more comments

5 Answers 5

up vote 5 down vote accepted
+50

Tu cites quasiment la réponse dans ta question. Le mot latin vilis avait déjà le double sens de « de peu de valeur marchande » (c'est-à-dire pas cher) et de « de peu de valeur morale » (c'est-à-dire vulgaire, méprisable, mauvais). C'est le sens moral (sous diverses nuances) qui s'est imposé dans la plupart des langues romanes : français, italien, espagnol, portugais. Ces langues ont trouvé d'autres mots pour signifier « pas cher » : economico en italien ; barato en espagnol et en portugais (littérallement « que l'on peut troquer », « marchandable », ce qui n'est pas si loin du français bon marché) ; ieftin en roumain (emprunté au bulgare).

Le Dictionnaire du moyen français cite les deux sens mais fait la part belle au sens moral : « de peu d'importance », « repoussant », « roturier », « méprisable ». Le Dictionnaire de l'Académie française mentionne les deux sens dans sa 4e édition, mais limite le sens de « bon marché » à l'expression vil prix.

share|improve this answer
    
Merci pour l'explication ! –  Julien Guertault Nov 7 '13 at 7:38
add comment

"Cher", pour une marchandise ou un service, a une idée d'excès.

L'opposé ne me semble donc pas devoir être recherché dans une insuffisance, mais dans l'absence d'excès, exprimée par :

juste, justifié(e), équitable, raisonnable, modique.

share|improve this answer
add comment

Le Dictionnaire historique de la langue française (sld A. Rey) confirme : Vil est issu (1080) du latin classique vilis « bon marché », d'où « de peu de valeur » au propre et au figuré, ce mot latin est sans origine connue. Appliqué aux choses le sens latin de sans valeur est sorti d'usage sauf dans la locution à vil prix (1518).

share|improve this answer
add comment

Il existe bel et bien un mot : abordable.

share|improve this answer
1  
Cette salade est abordable, ouf ! –  Stéphane Gimenez Nov 6 '13 at 15:19
1  
Il y a quand même une nuance : abordable signifie non-cher (incluant les prix moyens), alors que bon marché signifie le contraire de cher (excluant les prix moyens). –  Gilles Nov 6 '13 at 19:15
    
Je suis d'accord, @Gilles. C'est donc effectivement le contraire de cher, mais pas un synonyme de bon marché. –  Oltarus Nov 7 '13 at 8:02
1  
Non avec ce raisonnement c'est la négation de cher et pas son contraire ! –  Stéphane Gimenez Nov 7 '13 at 13:40
add comment

N'ayant pas en tête les mots anciens, ceux utilisés actuellement seraient :

S'il n'y a pas de réponse générique en dehors de bon marché, certains mots ou expressions sont synonymes et précisent souvent le contexte ou l'origine de pas cher :

  • je voyage en classe économique
  • j'ai acheté un objet en solde
  • je l'ai eu au rabais
  • les droits d'entrée sont insignifiants
  • Dans le monde de la phynance ce qui n'est pas cher est dévalorisé, déprécié :

    Les marchés financiers dévaluent ce qu'ils ont surcoté.

    Les appartements ont été dépréciés après la bulle financière de l'immobilier.

  • Cher, pris dans son sens commercial (plus que pécuniaire) a pour argument contraire donné :

    ... pour ce prix là, monsieur, c'est donné !

  • Contre une vie chère, pour une vie économe.

share|improve this answer
2  
Donné n'est clairement pas ce que Julien recherche, ça ne fonctionne que dans des tournures très particulières. « J'ai pris un vol donné pour Paris hier. », c'est incompréhensible (en tout cas ça ne résultera pas en le sens recherché). Le reste n'a rien à voir avec la question… –  Stéphane Gimenez Oct 28 '13 at 9:04
    
Note: économique conviendrait ici, mais ça ne change rien à la question. Pourquoi devoir utiliser un sens voisin pour exprimer « pas cher » ? –  Stéphane Gimenez Oct 28 '13 at 9:09
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.