Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

J'ai du mal a comprendre cette phrase à cause du « y » :

Tel que ledit BIEN existe, s’étend, se poursuit et comporte, avec toutes ses aisances, dépendances et immeubles par destination, servitudes et mitoyennetés, tous droits et facultés quelconques y attachées, sans exception ni réserve, autres que celles pouvant être le cas échéant relatées aux présentes.

Quelqu'un pourrait-il m'éclairer à ce propos?

Moi j'aurais écrit « ci-attachées ».

share|improve this question
    
Peux-tu mentionner d'où provient cet extrait dans ta question ? –  Stéphane Gimenez Nov 1 '13 at 13:43
2  
Je me permets de répondre, sans en être mandaté : c'est une formule usuelle dans tous les actes notariés de vente donc d'achat immobilier, lourdement répétitive pour ne laisser aucune échappatoire, et disent les mauvaises langues, datant du temps où les droits sur les actes étaient payés à la ligne. –  ex-user2728 Nov 1 '13 at 17:45
    
Ceci peut servir à soi-même : forum.wordreference.com/showthread.php?t=1237948 –  LePressentiment Nov 18 '13 at 12:29
add comment

1 Answer

up vote 4 down vote accepted

Le notaire a raison : "y" est une ancienne déclinaison de "ci", représentant l'attribution.

En décomposant, il faut comprendre "à ci attachés", soit en français moderne "attachés à celui-ci", et l'on ne pourrait omettre le "à".

Remarques :

  • malgré son nom, "y" n'est aucunement grec ; le datif du latin is = ce est ibi, et par contraction s'écrit "y" représentant "ii".

  • Il reste quelques traces de déclinaison en français moderne : "il me dit" = "il dit à je".

  • "y" est un mot très difficile, vu ses nombreuses natures et fonctions.

share|improve this answer
    
Une source qui confirme cela ? –  Stéphane Gimenez Nov 1 '13 at 18:10
    
Je réponds généralement de mémoire, et spontanément, mais ai donc vérifié : n'importe quelle grammaire latine (comme Cart) donne pour datif de "is", en latin classique : "ei"; le dictionnaire étymologique de Dauzat signale qu'en bas-latin il était devenu "ibi" (je soupçonne : sous l'influence de "tibi", datif de "tu") ; le Littré (p 2554-5 de mon édition originelle) confirme. Nota : un commentaire, même nominatif, ne m'est jamais notifié ; ce n'est que parce que je m'étonnais de ne pas avoir de réponse que j'ai relu l'ensemble ; je ne le fais d'ordinaire que lorsque j'ai eu des mauvais points. –  ex-user2728 Nov 1 '13 at 18:56
1  
C'est surtout le fait que y est issu de cette contraction qu'il me semble important de vérifier. –  Stéphane Gimenez Nov 1 '13 at 19:05
add comment

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.