Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Pour parler d'un anniversaire, on dit nous fêterons ses deux ans ou il a reçu de nombreux cadeaux pour ses vingt ans. Mais quand il s'agit du premier anniversaire, peut-on dire son un an ou ses un ans ? L'une de ces formules est-elle correcte ?

La formule correcte est très probablement son premier anniversaire mais je continue à m'interroger sur ce qui différencie ses un ans et ses deux ans, autrement dit, pourquoi cette expression ne sonne bien qu'à partir d'un âge supérieur ou égal au nombre deux.

share|improve this question
2  
De mon côté je dis "ses un an", mais j'avoue que c'est un peu bizarre grammaticalement, même si ça sonne bien à mon oreille. "Son premier anniversaire" par contre, ça règle la question ! –  Laurent C. Apr 13 at 6:08
2  
À mon avis, "ses un ans" ne peut pas se dire vu que un est singulier et "an" ne peut pas prendre un "s". À moins de considérer an comme ensemble de 365 jours. Mais ça ne sonne pas. Autant mieux se limiter à "son premier anniversaire". –  lnanikian Apr 13 at 8:30
1  
À cet âge là on compte encore en mois: ses douze mois. –  mouviciel Apr 13 at 18:34
    
@lnanikian Sauf que ça se dit, c'est un fait. Savoir comment l'écrire, c'est autre chose… –  Relaxed Apr 28 at 18:49

1 Answer 1

up vote 13 down vote accepted
+50

« Ses un an » et « ses un ans » sont choquants grammaticalement à cause de la rupture entre le pluriel et le singulier. Le premier l'est quand même beaucoup moins, parce qu'il y a déjà une rupture entre « ses » et « un an » : on ne devrait pas avoir une telle juxtaposition entre l'adjectif possessif et l'article indéfini. En revanche, l'absence d'accord entre un et ans touche aux fondamentaux de la langue.

Je pense que la formule correcte est « sa première année ». On sous-entend toujours qu'on fête la fin des années en question : « sa première année révolue », « ses deux ans révolus », … On peut bien sûr aussi parler de « son premier anniversaire », puis de « son deuxième anniversaire », etc.

Google Ngrams ne trouve pas un nombre significatif d'occurrences de « ses un an », « ses un ans » ou « son un an ». Si l'on fouille un peu plus, le premier exemple de « ses un an » (« Ton oncle a marché le jour de ses un an. ») est rapporté à « Madame A, le 2 septembre 1922 » dans Des Mots à la pensée : essai de grammaire française de Jacques Damourette et Édouard Pichon en 1932. Il semble y avoir une analyse plus poussée dans L'Accord en français contemporain de Paul Hoybe (1944), qui rapproche cette tournure de « vers les midi », « à midi précises » (désapprouvées par Littré qui n'accepte que « sur le midi et non sur les midi »). Il semble que dans des contextes qui appellent une quantité exprimée avec une unité (midi = douze heures, un an = douze mois), on puisse considérer la quantité comme un pluriel même lorsqu'elle est exprimée par une tournure grammaticalement singulière.

Si l'on s'en tient à la sélection de Google Books (attention au gros biais d'observation !), c'est dans les années 1980 que l'expression « ses un an » fait son apparition à l'écrit : « Son plus lointain souvenir doit remonter à ses un an » (Moustapha Raith, Palpitations intra-muros, 1986).

Pour ce qui est de « ses un ans », même si cela se trouve sur des blogs, les seules occurrences sur Google Books semblent être des accidents de numérisation (plus un exercice de grammaire). On peut donc sans risque affirmer que cette tournure est grammaticalement incorrecte.

Même manque de citation fiable pour « son un an », moins choquant grammaticalement cependant. Il reste le problème de la juxtaposition des déterminants. Paradoxalement, « ses un an » est moins gênant de ce point de vue parce qu'il impose un hiatus entre ses et un, alors que dans « son un an », le un appelle à être absorbé par l'autre déterminant.

J'en conclus que, suivant la classification des évolutions de la langue, « ses un an » doit bien avoir atteint au moins le registre relâché, tandis que « son un an » est tout au plus un barbarisme néologique. Quant à « ses un ans », il reste une faute.

share|improve this answer
    
Je pense que "ses un an" est la meilleur des solution et la plus "Française". –  ChoiZ Apr 13 at 13:24
    
Je suis d'accord, et par chez moi elle s'utilise sans choquer. Belle explication d'ailleurs Gilles ! –  Laurent C. Apr 13 at 14:13
    
« son première anniversaire », bien que ça se prononce comme ça avec la liaison entre les deux derniers mots, ça s'écrit « son premier anniversaire ». –  A.L Apr 13 at 16:35

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.