Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

En parcourant la liste des vieux films de mon père, je suis tombé sur cette expression qui est aussi le titre d'un film comique de 1968. Comme je suis un peu curieux, j'ai cherché un peu et Expressio nous donne une possible piste de signification / traduction mais pas l'origine. Des idées ?

share|improve this question

3 Answers 3

up vote 3 down vote accepted

Je pense que cela vient tout simplement de l'imagination fertile de Michel Audiard.

share|improve this answer
1  
Le film d'Audiard est sorti en 1968, l'expression existait avant cette date. –  Laure Apr 20 at 18:21

L'expression a été rendu populaire par le roman d'Antoine Blondin :  Les enfants du bon dieu paru en 1952. Le héros du roman est un professeur d'histoire qui ne veut pas être pris pour un canard sauvage et « il ne faudrait pas prendre les enfants du bon dieu pour des canards sauvages » est dite dans le roman par un élève excédé des remarques de l'inspecteur qui regarde son cahier. La phrase est aussi placée en exergue du roman.
On ne sait pas si c'est Blondin qui a créé l'expression mais elle a souvent été reprise par la suite, notamment par Michel Audiard, qui appréciait beaucoup Blondin et a adapté, à ma connaissance, au moins un de ses romans au cinéma (Un singe en hiver).

share|improve this answer

De part son histoire, la France est dite "Fille aînée de l'Église catholique apostolique romaine", on peut essayer d'y trouver une possible origine.

Le catholicisme est resté très influent longtemps après la révolution et les luttes anti-cléricales ont survécu au XXe siècle.

Pourquoi ne pas associer « les enfants du Bon Dieu » aux enfants sages des églises, et « les canards sauvages » à une bande de barbares étrangers, et donc hérétiques ?

Les antagonismes religieux ainsi révélés entre le ciel du Bon Dieu (le bon, celui au-dessus de mon clocher) opposé aux cieux étrangers des migrants (cieux qui font peur, car inconnus, inexplorés).

Prendre l'un pour l'autre revient à dire que l'on est soit un idiot incapable de faire la différence entre les deux, soit un habile rhétoricien manipulateur des apparences qui veut vous faire prendre « des vessies pour des lanternes ».

share|improve this answer

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.