Take the 2-minute tour ×
French Language Stack Exchange is a question and answer site for students, teachers, and linguists wanting to discuss the finer points of the French language. It's 100% free, no registration required.

Mon intuition me suggérait avant toute recherche :

  • [quelqu'un] à qui on a retiré le soleil

OU

  • [quelqu'un] qui n'a plus de sol (sur lequel marcher/habiter/vivre).

Or, la pure intuition étant bien dangereuse seule pour ce genre de questions, quelques recherches m'ont permis de réunir des éléments de départ plus factuels.

On peut (de manière assez évidente) repérer le préfixe dé-, mais c'est la racine du mot qui est plus délicate. Le TLFi est très court sur le sujet¹, évoquant simplement l'équivalent latin à l'infinitif : desolare.

Je suis donc allé chercher du côté du verbe latin en lui-même, mais sans grands résultats je l'avoue. Le wiktionnaire annonce non pas une ni deux mais trois origines possibles pour la racine du verbe desolo :

solor (« fortifier ») ou solus, sollus (« seul », « entier »)

Et selon qu'on suit l'une, l'autre ou la troisième de ces pistes, il faut avouer que les implications symboliques/philosophiques/littéraires/poétiques n'ont strictement rien à voir.

Je serais très heureux d'en savoir plus, appel aux latinistes chevronnés !


¹ l'URL elle-même a l'air de vouloir s'excuser !

share|improve this question
    
Ton intuition était bonne. Du latin desolare qui veut dire dépeupler. Alain Rey est plus explicite que le wiktionnaire. –  Laure May 12 at 10:26

1 Answer 1

up vote 6 down vote accepted

Je cite le dictionnaire historique de la langue française (sld Alain Rey, ed. 1998) :

Désoler est emprunté (fin XIIe s.) au latin desolare « dépeupler, ravager » et, à basse époque, « déserter, abandonner, priver de » (surtout au participe passé), par opposition à consolare (→ consoler). Ce verbe est le composé intensif en de- de solare « dépeupler », proprement « laisser seul », de solus (→ seul).

D'abord proche du mot latin, désoler était employé au participe passé pour « déserté » et à l'actif pour « ravager, dépeupler » (1350). Il a pris au XIVe s. sa valeur morale actuelle de « plonger dans une affliction extrême », souvent affaiblie, depuis 1672, en « contrarier, ennuyer », notamment dans l'usage poli, au participe passé (je suis désolé).

share|improve this answer
    
(+1) Merci Laure. Désolé partage donc sa racine avec solitude, et insolation / désolation n'ont rien en commun malgré les apparences... –  Romain VALERI May 13 at 1:52

Your Answer

 
discard

By posting your answer, you agree to the privacy policy and terms of service.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.