Tag Info

Hot answers tagged

25

On peut assurément pratiquer la langue de Molière sans avoir jamais recours à la lettre qui suit E et précède G dans l'ordre alphabétique. Pour savoir si elle est indispensable, il est surtout vital de repérer quels mots l'utilisent, et de trouver si besoin est des synonymes. La liste de mots sur laquelle s'appuie mon correcteur orthographique compte 15573 ...


16

En phait, il y a en Phrance une phoultitude de gens qui soutiennent par leurs ephphorts la cause du replacement de la lettre f par l'orthographe ph, plus claire. Ce combat pourtant parphaitement justiphié rencontre malheureusement phort peu d'écho dans les médias. D'aucuns prônent donc un phront commun, ou même une phusion, de ce combat avec çeux qui ...


12

En français on appelle cela "l'énallage", and in english "enallage" (that's convenient!). In fact, the action corresponding to moving from "nous" to "on" is a particular form of enallage, which is the action of transforming a grammar form into another one.


11

Il y a encore en français métropolitain contemporain une différence entre le "a" de patte et celui de pâte. Au delà de la simple longueur puisque selon moi pâte se prononce [pɑ:t]."manger des pâtes" ou [pɑt] "pâte à papier", il y a bien une différence de position de la langue. En effet, si on prononce pâtes, puis que l'on prononce ensuite "patte", on sent ...


10

Je vis au Québec, et la distinction entre patte et pâte est clairement faite par la très grande majorité des Québécois. En fait, avant l'un de mes cours de phonétique au collégial, je n'avais jamais entendu que cette distinction tendait à disparaître dans certaines parties de la francophonie. La même constatation nous avait été faite à propos de brun et ...


8

C'est bien une différence étymologique, comme souvent lorsqu'il s'agit d'orthographe française. Les noms en -at proviennent en général d'une finale latine -atum, la finale du supin des verbes latins du premier groupe. Ainsi attentat de attentare, -atum (variante attemptare qu'on reconnaît en anglais dans un sens différent), habitat de habitare (via le nom ...


7

La tendance générale en France voudrait que la différence entre les deux [a] s'amenuise, je l'ai souvent entendu dans mes cours de linguistique. Dans la pratique, régionalisme aidant (je viens de Normandie), je ne fais pas distinction entre les deux, comme je suis le plus souvent incapable de distinguer les [e]. Je constate d'ailleurs que si les gens ...


7

Fantastique effort de fantaisie, mais il faut parfois faire face aux faits, fussent-ils fadasses: La fréquence de f en français frôle 1.303% (corpus Frantext) Référence: http://www.lexique.org/listes/liste_lettres.php The frequency of the letter f in French is about 1.303%


6

Cette lettre est très peu utile et ceci est la preuve qu'on peut écrire une réponse complète sans jamais l'utiliser. Une étude récente a par ailleurs démontré que sa reconnaissance sollicite une trop grande part de notre activité neuronale, et les utilisateurs de ce site ont unanimement décidé qu'elle ne devrait plus être utilisée à partir d'aujourd'hui. ...


5

Ça dépend beaucoup des régions. En tant que Lorrain, je t'assure que dans l'Est au moins la différence est encore prononcée (jeu de mot…) Même chose entre autres pour notre vs. nôtre, pourrai vs. pourrais, et sans doute d'autres que j'oublie.


5

Je sais que ça n'est pas une grande réponse, mais elle est assez longue pour ne pas être un commentaire :) En Italie il y a aussi des expressions avec la lire (plus littérales, vraiment) par exemple Sono rimasto senza una lira Je n'ai plus une lire Et aussi Non vali una lira Tu ne vaux pas une lire (assez offensant) Pour la première, ...


4

La livre (mesure de poids) abolie en 1839 est encore présente sur les marchés français en 2011 : — Vous me mettrez pour une demi-livre de navets. — Ah, oui, ils ne valent pas cinq francs six sous aujourd'hui. On ne peut pas dire qu'on s'ennuie à cent sous de l'heure ici ! On a vraiment plus de deux sous de jugeote !


4

Je fais une différence de longueur mais pas de prononciation (et ma femme qui elle est du sud ne la fait pas non plus) Quant aux autres différences de prononciation, je fais la différence entre o ouvert et fermé (par exemple entre « les eaux » et « les os ») — que ma femme ne fait pas — et entre « brin » et « brun » — que ma femme fait aussi.


4

À lire, ou plutôt à survoler, la section du bon usage qui leur est consacrée (elle fait quinze pages dans mon édition), j'ai l'impression que chaque verbe ou presque a son histoire. Il y a des verbes qui sont défectifs par manque de besoin (verbes essentiellement impersonnel, verbes ayant normalement pour sujet des choses ou des animaux, verbes inusités à ...


4

Je trouve cet après-midi une ressource dont j'avais oublié l'existence et qui donne un exemple de prononciation de différents mots (dont patte et pâte) : le projet Shtooka. On entend une faible différence entre les deux mots dans ces enregistrements.


3

Il faut reconnaitre que cet ennalage (figure de style réthorique, donc de surface) recouvre une substitution grammaticale bien plus profonde. En effet dans le français parlé, les terminaisons disparaissent [j'aim, tu aim, il aim, on aim, vous aimez, ilz aim]. Sauf pour la 3ème personne du pluriel, qui est assoiciée à une forme de politesse donc incite à ...


3

Les règles de prononciation sont excessivement complexes, avec seulement des traits de régularité. Je reporte à ce propos la section relativement complète concernant la prononciation de ch qu'on trouve à « C » dans le TLF. C.− Ch À l'initiale a) Se prononce [ʃ] dans les mots français : chat, chercher, chimère, chute. b) Se prononce [k] dans ...


2

Je fais une claire différence de prononciation, particulièrement sur la longueur du a.


2

Il me semble que la distinction n'est pas vraiment faite dans le sud-est de la France. Je prononce de la même façon pâte et patte, comme la majorité de mon entourage. Le contexte primant sur le reste…


2

À propos de la concision du latin et de la complexité du français. On ne peut pas opposer concision et complexité. Concision s'opposerait plutôt à redondance. Or, un minimum de redondance grammaticale, voire stylistique, est nécessaire pour rendre le langage plus facilement intelligible, et, il me semble, pour faire passer plus d'intentions et émotions. À ce ...


1

La grammaire française n'est pas plus compliquée que la latine, l'absence de déclinaison est une énorme simplification, mais qui oblige à utiliser un ordre plus strict des mots dans la phrase et des mots de liaison supplémentaires afin d'éviter les ambiguïtés. Les verbes irréguliers, pour leur part, sont certes une bizarrerie, mais il faut savoir que les ...


1

La bonne traduction de « Quid est hoc ? » est « Qu'est-ce ? » (= quoi est ça ?). « Qu'est-ce c'est que ça » est un barbarisme absolument impossible à expliquer aussi bien aux non-francophones qu'aux francophones. Par ailleurs, de très nombreux verbes sont classés ensemble : mordre=tordre ; mourir=courir ; etc. Attention aux doubles comptes, les verbes du ...


1

L'évolution vers la complexité n'est pas systématique ou même avérée. La proportion de verbes irréguliers a tendance a diminuer, les néologismes verbaux étant majoritairement du premier groupe sauf quand ils sont calqués sur un verbe établi (ex: alunir). "Quid est hoc ?" se dit le plus souvent aujourd'hui "C'est quoi ?" ou "C'est quoi ça ?". L'ordre des ...


1

C'est vraiment une question de grammaire comparative ... sans réponse depuis six jours ! Pourquoi les anglophones ont-ils mille et une façon de cuisiner le mot get ? Le français écrit, est passé par le latin puis le latin de cuisine assaisonné par des moines qui introduisaient les particularismes locaux. La francophonie s'est construite sur l'émotion des ...



Only top voted, non community-wiki answers of a minimum length are eligible