Tag Info

New answers tagged

1

Veuillez m'excuser ! is still imperative, but is perhaps slightly more polite/old-fashioned/deferential than Excusez-moi ! because the latter doesn't even consider whether the other person will want to excuse us, and the former admits that they might not want to.


0

Vous pourriez essayer cela : J'aimerais partager ma chambre avec quelqu'un de langue française qui puisse m'aider avec ma connaissance encore limitée de la langue française. SVP adressez-vous ...


2

To add a bit from Québec, we often shorten Exusez-moi to a shorter form 'Scusez! or 'Scuses-moi Please note that this is really informal, but probably what you would use if you bump into someone in the street!


14

Pardon ! Excusez-moi ! Désolé ! (Québec) Sont les réponses 'réflexes' possibles. Excuses plus formelles : Je vous demande pardon. Je suis désolé, est-ce que je peux vous aider. Très soutenu : Je vous prie de bien vouloir m'excuser. Je vous prie de pardonner mon geste, mon erreur, ... Ajout pour répondre aux ...


4

A noter qu'il y a une expression qu'on entend parfois, qui est très précisément "toi même tu sais" (parfois abrégé TMTC) (oui, avec un "C", c'est du langage SMS, moi aussi je souffre n'en reparlons plus jamais). C'est une expression d'origine ouest-africaine, qui correspond à peu près à « comme tu le sais bien » ou « tu le sais aussi bien que moi » en ...


2

On peut essayer d'éclairer le sens en enlevant le -même : Ces soirées là: on drague, on branche, toi*[-même], tu sais pour quoi : ... C'est un usage courant, surtout chez les jeunes, de dire toi-même dans une discussion. On rajoute le -même pour insister sur le toi. Cette chanson utilise les formulations de l'oralité pour être mieux être entendue du ...


-5

Je crois qu'en ce cas c'est une contraction de sois toi-même, abrévié toi-même.


3

Les deux auteurs, Pierre Reverdy et Jean Cocteau, sont à l'origine de la même phrase, la voici en français : Il n'y a pas d'amour, il n'y a que des preuves d'amour. The two persons, Pierre Reverdy and Jean Cocteau, are both author of the same phrase, here it is in French.



Top 50 recent answers are included