Tag Info

Hot answers tagged

11

Vu la comparaison avec Le Tybre, je pense qu'on peut raisonnablement estimer qu'il parle de la rivière (curieusement, en plus de la Loire, il existe une Loyre en Corrèze mais j'imagine qu'il ne parlait pas de celle-là). Quant à l'utilisation du masculin... peut-être que le genre du nom n'était pas encore bien fixé à l'époque? Ou qu'il considérait que tous ...


9

S'agissant d'un des plus célèbres poètes du bord de la Loire, je ne pense pas qu'il y ait le moindre doute sur le fleuve dont il s'agit (et le parallèle avec le Tibre garantit plus ou moins qu'il s'agit d'un fleuve). À noter que dans un autre poème (portant clairement sur le fleuve en question), Bellay donne aussi du masculin: Au fleuve de Loire Ô ...


9

Ce sont des vers holorimes. Les vers que tu cites sont d'Alphonse Allais. Il n'était pas le premier. Ô, fragiles Hébreux ! Allez, Rebecca, tombe ! Offre à Gilles zèbre, œufs. À l'Érèbe hécatombe ! (Victor Hugo) Gall, amant de la Reine, alla, tour magnanime, Galamment de l'arène à la tour Magne, à Nîmes. (Marc Monnier) Le mot semble s'être ...


8

On appelle ces rimes "Vers holorimes": "Des vers holorimes ou olorimes sont des vers entièrement homophones; c'est-à-dire que la rime est constituée par la totalité du vers, et non pas seulement par une ou plusieurs syllabes identiques à la fin des vers comme dans la rime « classique ». Cette figure de style est ancienne, mais le premier sonnet ...


7

Le français et l'anglais modernes ne codent en général pas de la même façon le chemin d'un mouvement et son mode. Pour faire simple, le français est à cadrage verbal, c'est à dire qu'il indique dans la direction dans le verbe et le mode dans les compléments circonstanciels ou pas du tout: ici, emporter implique qu'on s'éloigne du point de référence et le ...


7

Je vois deux difficultés ici : la première est la faculté de l’anglais d’utiliser un verbe décrivant l’action et une préposition décrivant ces conséquences. C’est le « away », ici, qui nous force à utiliser cet « au loin » qui limite bien plus nos choix de verbe que dans la langue originale. La seconde est que le « it » peut très bien se référer au sable ou ...


7

A la double combinatoire Loire/Tibre et Lyré/Palatin du Bellay superpose une double comparaison fleuve/ville Rome/Gaule (puisque Lyré est son village natal et que "les regrets" ont été composés à Rome). Cette double symétrie est rompue si on n'interprète pas Loyre comme le fleuve. Il y a bien un autre cours d'eau nommé Loyre aujourd'hui, mais la Loire ...


6

La (pseudo-)continuation de l'anaphore du début du poème me semble à elle seule justifier ce puis là (~ puisque), et ce d'autant plus avec le grand nombre de rimes en -i (et -ir, dans une moindre mesure).


6

Je comprends intuitivement que concernant la sonorité, puis est mieux que peux, comme si l'on mettait une sorte de dièse. Et concernant le sens, que puis introduit une forme de retrait par rapport à peux. Il n'y a rien d'autre à ajouter : c'est un problème d' intuition, et donc de sensibilité, auditive, certes, mais relationnelle, vis-à-vis de la ...


5

Il s'agit ici de l'emploi explétif de ne. Au sujet de cet emploi voir la Banque de dépannage linguistique de l'Office québécois de la langue française et le Centre de communication écrite de l'Université de Montréal, qui mentionne son emploi avec « avant que ». Grevisse signale que l'usage du « ne explétif » dans les subordonnées (ce qui est le cas ...


5

Du Bellay n'est pas lui-même cohérent sur le genre du nom du fleuve (la concordance trouve plus d'occurrences), puisqu'il écrit aussi : Tout au plus pres, où Loyre plus profonde [Chant Triomphal, 171] Et ce n'est pas qu'il confond avec le Loir : Du Lot, du Loyr, de la Touvre, et de Loyre [Vers Lyriques, “La Louange du feu Roy François et du ...


5

Horripilant et ce site propose aussi : crispant, exaspérant, excédant, agaçant, importun, irritant, suffocant, vexant, énervant (dans cette liste, exaspérant me semble aussi être un bon choix) en permettant de visualiser ces mots groupés suivant leur proximité sémantique.


4

Yes, rustique can have this deprecating connotation. It can also have a positive connotation in other contexts. For example, charme rustique evokes a nostalgy for the (imagined) pleasant simplicity of the country life of yesterday, the good old days. In your case, un rustique is a peasant, unwashed or at least uncouth and uneducated, ill-mannered, not suited ...


3

J'improvise : Par les portes offrant ses idéaux sibyllins, Parle et porte au français idées aussi bilingues.


3

Pour ce qui est de l'orthographe, les cartes de Cassini (1750-1790), utilisent déjà Loire. Il en est de même avec une carte fin XVIème (il faut sortir la loupe). Cependant, j'ai trouvé dans un livre de 1580, le De la demonomanie des sorciers par J. Bodin Angevin, une référence à Fleury sur Loire, qui est en bord de fleuve, en tant que Fleury-sur-Loyre. ...


3

The word en is one of those little words that has many different meanings. Here, en is a pronoun. It does not refer to la ménagerie, but rather to nos vices. I suspect that the biggest difficulty in this sentence is il est. This is a decidedly old-fashioned way of writing il y a. The pronoun il is impersonal, it does not have a referent. This formulation ...


3

Rustique is not necessarily peasant. Here, it probably means either crude, ill-mannered or plain, as per I. A. 2. b) β) Péjoratif. Rude, grossier, sans savoir-vivre. […] γ) Par extension. Qui a la simplicité sans façon et un peu fruste que l'on prête aux gens de la campagne.TLFi either way, though rustique is not precisely flattering in most ...


3

A friend supplied links to a love poem via an allegory on grammar: http://www.jepoeme.com/forum/poeme-amour/Grammaire/343321/1.html#message4822078 and a page of poems about punctuation. http://cartabletrecre.e-monsite.com/pages/content/themes-poesies/poesies-sur-la-grammaire.html I'm still hoping for something along the same lines about the passé ...


2

Je propose la très jolie Harmonie imitative de la langue française, d'Antoine-Pierre-Augustin de Piis comme un premier exemple en appelant d'autres...


2

Le poème est sublime. Et en l'occurrence même si la traduction proposée (avec le fameux n' qui te gêne) est a priori excellente, je ne trouve pas ton questionnement hors de propos, on pourrait imaginer ou souhaiter d'autres traductions. Je me permets de suggérer quelques pistes à envisager, plus ou moins libres, ne serait-ce que pour faire avancer tes ...


2

Je propose quand même aliénant qui me semble être le seul qui possède ce coté « fou » :-).


1

Il y a une expression française : "Avant que le monde soit monde" Ce n'est pas très utilisé oralement mais c'est une formule assez poétique qui convient bien dans ce cas.


1

L'auteur a fait ses choix. Pour passer la frontière des langues, rien ne vous empêche de donner une autre « vision », une autre oralité. La « licence poétique » renvoie à l'origine du sens par-delà le mot écrit, pour migrer vers le mot « chanté ». Bien sûr il faudra préciser ce que vous avez modifié dans la traduction de l'auteur, mais reprendre tout le ...


1

Essai : Le balancement des lustres L'âme est sable adamantin, le souffle du vent l'emporte. Traduire l’atmosphère En partant de l'idée que le vent anime le mouvement des lustres du plafond en suggérant que ce mouvement hypnotique déclenche une rêverie en proposant que le rêve allie lumière, reflets dans le cristal en continuant sur une allégorie ...


1

Le vent le disperse Car je pense qu'on parle du sable ici. Origine de la réponse: un prof d'anglais. Car oui, celle là est plutôt dodue.


1

Le sable, cristallin, tel une âme. Le vent l’amène ailleurs.


1

Dans un contexte familier, extraits du dictionnaire de la langue française. : C'est à rendre dingue, barjot, braque, cinglé, dingo, dingue, fada, farfelu, fêlé, givré, déglingué. Pour rester dans l'univers des poèmes cités, une expression poétique des symptômes déraisonnables, d'aliénation, déments, déséquilibrés, névrosés (un mot seul ne peut ...


1

La construction sous-jacente est « il est [quelque chose] parmi [d'autres] ». Lorsque le il est impersonnel on s'attend à ce que la phrase ait un complément. Tourné autrement, cela peut donner : Parmi ceux-ci, il est un animal¹ plus laid, méchant,… [que les autres]. On peut aussi utiliser le pronom un directement (comme dans le poème), et il est dans ...



Only top voted, non community-wiki answers of a minimum length are eligible