Tag Info

New answers tagged

0

Pour moi, il n'y a qu'un seul preneur de parole pendant toute la chanson qui s'exprime en "je". Et trois protagonistes en tout, à savoir: Le maître du cheval, le propriétaire Le cheval Le voisin du maître du cheval, le "je" de la chanson Le premier couplet, à savoir: Mon cher voisin qui m'envoyait chercher Un vieux cheval blanc qui est à ...


1

Je pense que les phrases Combien d'hivers t'as été mal hiverné et Tu m'entendras plus sacrer après toi ne doivent pas être comprises comme une suite logique. Quand on écoute la chanson, il y a le refrain entre les deux. Il y a probablement un changement d'interlocuteur, voire de locuteur entre les couplets 2 et 3. Le narrateur principal parle à ...


1

Après moult relectures, au travers des trois derniers couplets commençant à "Mon cher voisin tu t'es laissé aller", le locuteur semble s'adresser au cheval à travers son voisin, comme s'il prenait sa place. Il formule ainsi au voisin ce que le cheval est en droit de lui reprocher. Le constat des misères équines passe par la parole humaine, il est fait par ...


2

I think that there's just one person (the sad, but realistic owner of the horse) talking to his old horse, who he refers to as "[son] cher voisin" (his dear neighbor) before putting him out of his misery. The owner is trying to comfort and console his horse (I think that it's the horse that is the one who has let himself go and who has suffered through many ...


2

Bon, je ne comprends pas pourquoi vous dites, "garçon" et "maître du garçon": on ne dit que "mon cher voisin" dans le chanson. Le chanteur s'adresse a son cher voisin dès le début: "Mon cher voisin" est le vocatif. Et je crois que ce n'est jamais que le chanteur (et jamais le voisin, ni le cheval) qui parle. Donc je trouve que la fin du chanson est ...


0

Le serviteur dit à son maitre que son comportement est la raison de ses malheur, de son "mauvais karma", notamment des hivers rudes et de la difficulté que le maitre a eu à les passer.


2

Je ne sais pas qui est « le rôdeur qui ne bouge » J'y trouve trois possibilités (et, peut-être qu'il y a quand même une autre, plus correcte que les miennes). Je ne suis pas du tout certain ; mais à mon avis peut-être que le chanteur s’adressait à nous. C'est nous qui sommes des rôdeurs fainéants, nous ne nous bougeons pas de devant notre propre feu, ...


4

jeter est ici pour donner, avec une connotation de mépris. L'image que j'ai c'est donner de la nourriture à un animal en la jetant par terre. La mention du chien par après renforce cette image. (Voir aussi la BD le chasseur de prime)


1

Je crois que vous avez bien capté le sens des 4 phrases du sans-abri et les premières deux phrases du métayer, car « hardes » peut vouloir dire « vêtements pauvres et usagés ». Pour les phrases 3 et 4 du métayer, moi je vois plutôt que la générosité du métayer va même plus loin que « Ma maison est votre maison » jusqu'au point qu’il veut dire « mes ...


3

Hardes (toujours au pluriel) ensemble des effets personnels (vêtement, linges et mes meubles voyageant avec les bagages) - Le Robert. N.B. : Autrefois à la St-Michel les baux ruraux prenaient fin, on voyait alors les paysans qui devaient changer de ferme emporter tout leurs biens, leurs hardes (souvent de maigres bagages) sur une charrette en même ...



Top 50 recent answers are included