5

En France et bien sûr en anglais, le signe équivalent de "ARRÊT" est "STOP". Il est destiné à être un impératif; une commande. Donc n'est-ce pas l'équivalent français "ARRÊTEZ" l'impératif, et pas "ARRÊT" le nom ? Est-ce donc une erreur de traduction au Québec pour leur panneaux de signalisation ? J'interprète "ARRÊT" comme "voilà un arrêt, vous voyez ?"

  • 2
    Oui mais on ne le fait pas. :-) – Jez Sep 19 '11 at 10:10
  • 1
    Justement, j'ai plutôt l'impression que si. En français en tous cas, il est courant de dire un stop, par exemple dans Mais enfin monsieur, vous n'aviez pas vu le stop ? Cela dit, je crois qu'il ne faut pas chercher beaucoup plus loin qu'une simple volonté d'utiliser un mot court, sachant qu'il doit en plus avoir une hauteur minimum. – Joubarc Sep 19 '11 at 11:09
  • 2
    Je ne sais pas par quel bout prendre la question. Qu'est-ce que ça veut dire « correct » pour un mot isolé ? Le fait que ce ne soit pas un verbe à l'impératif est-il réellement pertinent (on a bien des panneaux hôpital et travaux) ? Si j'avais eu à choisir un autre mot que « stop », j'aurais effectivement pris « halte » plutôt qu'« arrêt ». – Un francophone Sep 19 '11 at 11:30
  • 1
    Le bout est d'établir le sens des panneaux STOP, et si les panneaux québecois retiennent ce sens. – Jez Sep 19 '11 at 11:34
  • 2
    @Un Ils semblent d'être des octogones en France, comme dans la reste du monde: ilankelman.org/stopsigns/france.jpg – Jez Sep 19 '11 at 12:56
6

Je pense que la signification de « STOP » sur les panneaux a évolué avec le temps. Si on peut supposer qu'à l'origine (en 1915) il était voulu comme un ordre, le fait que le mot a été utilisé de plus en plus pour dénommer le panneau lui-même (« stop sign ») a certainement contribué a dénaturer la valeur impérative du mot.

Dès lors, lorsqu'il a fallu traduire ce panneau au Québec, la signification de stop en tant que substantif était sans doute suffisament établie que pour que la traduction par un autre substantif soit logique. De toutes façons, on peut aussi supposer que l'anglais n'était pas particulièrement vu comme un modèle à cette époque. (Voir aussi les panneaux vandalisés)

L'aspect visuel d'un mot court n'est sans doute pas non plus à négliger ; en considérant que la hauteur du mot est fixée, « ARRÊTEZ » serait sans doute trop tassé que pour être lisible.

  • La hauteur, ou tu veux dire "les dimensions"? – Jez Sep 19 '11 at 13:02
  • la hauteur du mot est au moins égale au tiers de la hauteur du panneausecure.wikimedia.org/wikipedia/fr/wiki/… – Joubarc Sep 19 '11 at 16:36
  • @Joubarc: Vous avez rédigé : La signification de stop en tant que substantif était sans doute suffisament établie que pour que la traduction par un autre substantif soit logique. Pourquoi le que avant [ pour que ] ? Est-il un doublon ? – Greek - Area 51 Proposal Oct 26 '13 at 14:31
  • Non, il est voulu, mais je ne suis pas assez sûr des règles concernées que pour expliquer ce qu'il représente. Le sujet mérite une question à part entière, cela dit - je te laisse le soin de la poser. – Joubarc Oct 26 '13 at 16:51
6

S'agissant de « s'arrêter » plutôt que d'« arrêter », la tournure impérative adéquate serait « arrêtez-vous ». Un peu long, non ? D'ailleurs, vu l'importance du panneau en question, mieux vaut s'assurer qu'un maximum de gens (même étrangers) le comprennent ; et cela a sûrement pesé en faveur de l'adoption du mot « stop ».

Je fais aussi remarquer qu'on voit souvent des formulations du type « ne pas jeter… », plutôt que « ne jetez pas… » sur des panneaux et écriteaux divers. En fait, l'impératif n'est pas vraiment le mode adéquat pour énoncer des règles, et c'est peut-être pour cela qu'il n'a pas été choisi pour les panneaux de signalisation.

  • 3
    Veuillez vous arrêter, s'il-vous-plait – Joubarc Sep 19 '11 at 17:27
0

Une proposition d'indépendance avait été proposée par le ministre du Québec et celui-ci avait retiré le mot stop qui était à une certaine époque jumelé au mot arrêt sur le même poteau de signalisation.

0

Trois choses pour compléter:

Les "stops" canadiens (en dans toute l'Amérique du Nord) fonctionnent différemment qu'en Europe. La plupart du temps toutes les rues menant à l'intersection ont un Stop, chaque conducteur marque un temps d'arrêt et repart. Le premier arrivé est celui qui a le droit de repartir en premier. C'est donc différent du stop européen où on reste immobile tant que la voie n'est pas libre. Donc en ce sens le mot "Arrêt" est plus juste.

Dans les "réserves indiennes" le panneau est écrit en langue amérindienne, heureusement qu'il a sa forme si spécifique pour qu'on puisse le reconnaître!

Preuve que c'est un débat linguistique qui dépasse de loin le code de la route: il y a même des panneaux bilingues qui portent l'inscription dans les 2 langues: "Arrêt / Stop", des fois qu'on ne comprenne pas...

  • Au Québec, pour plus de précisions voir les art. 360, 368, 369, 370 du Code de la sécurité routière ; au passage on notera que dans la loi le conducteur a l'obligation d'immobiliser son véhicule dans ces situations. S'arrêter est ce qu'il ne doit pas omettre de faire suite à un accident ou ce que fait un conducteur d'autobus d'écoliers quand il les fait monter à bord... – un3hiv3r May 17 at 19:30
-1

Pour la mise en forme du texte. Il y a une erreur syntaxique. Quand un mot est en Majuscule pas besoin de mettre les accents donc ARRÊT est déprécié au profit de ARRET Cette fois ci sans accent. Pour le fond je pense que c'est une question de je préfère le mien pourquoi pas STOP Si on veut rentrer dans le standard international où tout est englishiser. Je crois que mettre dans la langue locale est à encourager et cela est plus explicite pour les ceux qui parlent la Langue.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.