1

[Wiktionary.org]: Du latin fallere (« faillir ») d’après la troisième personne faut (latin fallit) sur le modèle de valoir, de valere.

J'aimerais approfondir la définition, que je comprends déjà et dont je ne m’enquiers pas.

  1. Comment il et falloir se sont-ils combinés pour signifier « il est nécessaire » ?
    Je sais déjà que il est un 'dummy pronoun'.

  2. Pourquoi est-ce que « falloir » est un verbe impersonnel ? Comment l'était-il devenu ?
    Comment falloir n'a-t-il pas évolué en un verbe personnel ?

SVP, veuillez dévoiler et expliquer tous les changements sémantiques dissimulés et manquants. Comment interpréter cette étymologie pour comprendre comment les sauts sémantiques se sont écartés du sens littéral et du sens du latin ?

2

Il me semble que faillir est une bonne clef pour faire le lien entre fallit et faut. D'ailleurs :

De l’ancien français faillir, du latin vulgaire fallire lui-même issu du latin classique fallere (« tromper »).
→ voir falloir, issu du même mot.

On peut esquisser un tel cheminement (avec *- sur les étapes imaginées) :

3- fallere fidem : manquer à son serment. (fallo)
*- Il faillit à son serment.
2- Faillir à son devoir. (faillir)
*- Il fallait qu'il fasse son devoir.
*- Il faut qu'il fasse son devoir.
1- Être de nécessité, de devoir, d’obligation, de bienséance. (falloir)

En espagnol, on dit fallar (pour manquer - faillir).

  • Une hypothèse plus simple est que s'il faut que je réalise une tâche, c'est bien que tant qu'elle n'est pas réalisée je faillis à sa réalisation. – mouviciel Jan 15 '16 at 9:57
  • @mouviciel: Pour le passage de faillir à falloir, je suis d'accord, mais en quoi est-ce plus simple que ce que je propose ? – Nikana Reklawyks Jan 15 '16 at 12:09
  • Plus simple n'est pas le mot. Je devrais plutôt dire plus court. – mouviciel Jan 15 '16 at 14:29
-1

Faillir vient d'un patois local (normand) imprégné de grand-bretagne qui, comme chacun le sait, est dirigé par deux grandes règles : "be able to" et "i have to". il faut = je dois = c'est mon devoir = faire = agir = que je le fasse pour mon salut = je suis donc digne d'être votre serviteur ; il s'agit donc d'un principe suzerain basant les lignes directrices de la civilisation par un élan salvateur et créateur. Il n'y a donc pas de négatif, d'échec, car si l'on n'est pas capable, on n'est ni un homme ni libre et donc sans avenir. Faux amis : Aucun rapport avec le latin, et le sens de "échouer" même si un verbe identique ou une locution étrangère peuvent être employées; ce sont des origines distinctes qui en déterminent le sens.

  • Quelles sont les sources? – Quidam Nov 1 at 22:28

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.