4

Au Trésor de la langue française informatisé (TLFi), les entrées se terminent souvent par une section sur l'étymologie (par exemple le mot kayak). On a déjà remarqué l'absence d'une liste des abréviations utilisées dans ce dictionnaire et on a mentionné qu'il n'y avait pas de norme dans l'emploi des abréviations en général. Dans plusieurs entrées au dictionnaire (ainsi que dans 16k résultats sur le moteur Google) on a :

ds Quem. DDL t. [numéro du tome; et il y en a au moins 21 si on se fie sur kayak]

On dit qu'on retrouve un texte (par ex. Journal des missions évangéliques à kayak), ou sa référence, dans un recueil ou un dictionnaire. On y réfère sans doute par le nom de l'auteur suivi de l'acronyme désignant l’œuvre vu l'italique DDL. Mais en faisant une recherche sur l'acronyme ou les noms d'auteurs commençant par Quem., il y a des interférences avec des emplois technologiques, militaires, le latin, et tous les dictionnaires qui se citent les uns les autres. Le nom de plusieurs dictionnaires pourrait former l'acronyme DDL mais combien de ces dictionnaires ont 20+ tomes et ont un auteur dont le nom commence par Quem. ?

À quelle œuvre et à quel auteur cette abréviation fait-elle exactement référence ?

5

Selon Wikipédia et le catalogue de la Bibliothèque nationale de France, il s'agit d'une collection dont le titre principal est « Matériaux pour l'histoire du vocabulaire français », et le sous-titre « Datations et documents lexicographiques », qui correspond à ce mystérieux « DDL ».

M. Bernard Quemada en est l'éditeur.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy