10

Que veut dire la phrase

« Ah, que les ceusses d'aujourd'hui fussent aussi grands que les ceusses d'hier ! »

Contexte : pendant une conversation ailleurs, j'ai fait part de ma surprise à l'existence de groupes de défense du subjonctif imparfait, et de ce que ce fait m'amuse bien. Quelqu'un a répondu avec cette phrase. Quelqu'un d'autre trouvait que « ceusses » n'est pas français.

Alors, mes autres questions (sur le chemin d'une réponse à la question ci-dessus) :

  1. Est-ce que « ceusses » est un mot Français?
  2. D'où vient-il?
  3. Comment utilise-on ce mot?
  • @Otiel honnêtement, je n'ai pas exactement sûr, non. Ma langue maternelle est Anglais; ce mot a été mentionne par quelqu'un qui est couramment. J'ai trouvé un définition ici mais je ne le comprends pas le sens même après ayant lu ce page. – user73 Nov 25 '11 at 23:13
14

Bon, c'est compliqué.

« Ceusses » est au départ du français volontairement incorrect, qu'on ne trouve quasiment que dans la locution « les ceusses », dont l'équivalent grammaticalement correct est « ceux ». On la rencontre souvent dans une expression figée :

Les ceusses d'aujourd'hui ne sont pas aussi grands que les ceusses d'hier.

C'est une expression presque proverbiale, surtout orale (même si je suis étonné de ne voir apparaître aucune occurrence sur Google — heureusement que ce vide va être comblé derechef). Elle caricature le regret fréquent pour le passé, les phrases du type « les [groupe nominal] d'aujourd'hui ne sont pas aussi [adjectif laudatif] que ceux d'hier ».

« Les ceusses » est plus généralement une expression familière qui veut dire « les gens ». C'est une expression avant tout orale mais qui a bien fait son entrée à l'écrit.

La deuxième partie de cette phrase, c'est l'utilisation de l'imparfait du subjonctif. Ce temps a quasiment disparu de la langue courante, on utilise le subjonctif présent à la place. L'imparfait du subjonctif est aujourd'hui réservé à la langue soutenue et paraît hypercorrect lorsqu'on l'utilise à l'oral1,2.

Je veux qu'il vienne. (présent)
Je voulais qu'il vienne. (passé, langage courant)
Je voulais qu'il vînt. (passé, langage soutenu)

La phrase mélange donc une expression familière essentiellement orale avec une tournure soutenue.

¹ Sauf De Gaulle, un ceusse d'hier plus grand que les ceusses d'aujourd'hui, qui le faisait bien passer.
² Ce que regrettent les ceusses qui créent des associations de défense du subjonctif imparfait.

  • Et par plus grand on entend un mètre quatre-vingts-treize. – Evpok Nov 26 '11 at 9:51
  • 3
    @Evpok: ceci me rappelle une anecdote (amusante, donc probablement fausse) à propos de Napoléon. L'Empereur avait accroché son chapeau à un arbre alors qu'il était à cheval. Une fois descendu, il ne pouvait plus le reprendre. Un grenadier de la Garde (5 pieds 6 pouces [français] de taille minimale réglementaire) vient à son secours et lui rend son chapeau en s'excusant d'être grand. L'Empereur répondit : "Non, Monsieur, moi, je suis grand. Vous, vous êtes haut." – Thomas Pornin Nov 26 '11 at 16:34
  • Aussi au TLFi, I. B., sous ceux de. Ici j'ai déjà entendu ceuses-là (avec le son z), je pense que c'était pour celles-là, un truc basilectal sans doute. Merci ! – user3177 Oct 12 '17 at 1:19
  • derechef [dəʀəʃɛf] adv. ÉTYM. 1138, de rechief ; comp. de de, re-, et chef au sens de « bout, fin ». ◆ Vx ou littér. Une seconde fois ; encore une fois. ➙ Nouveau (de nouveau). © 2017 Dictionnaires Le Robert - Le Grand Robert de la langue française => et non "immédiatement" – Frmwa Jan 11 at 14:04
  • @Frmwa Ah tiens, le Robert n'est pas à jour. Si tant est que derechef est encore utilisé, c'est plus souvent dans le sens d'« immédiatement ». Voir TLF, Wiktionnaire. – Gilles 'SO nous est hostile' Jan 11 at 21:08
0

Uniquement sur ceusses. Il s'agit (d'une variante orthographique) du pronom démonstratif masculin pluriel (ceux), substantivé. Comme pronom il forme avec d'autres mots un syntagme nominal ; comme nom il désigne essentiellement des personnes. On le trouve dans un dictionnaire régional (du Québec) d'il y a un siècle (GPFC) :

enter image description here

En résumé les ceusses/ceuses tient pour (les) ceux, qui est simplement « ceux ». On l'identifie aussi au FEW, à tout le moins d'origine picarde, et on y réfère au TLFi :

Dans la langue populaire ou vulgaire, le démonstratif, qui a lui-même une forme particulière, est volontiers précédé d'un article défini. Les ceusses de là-bas (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 327).

Il n'est pas régulier aujourd'hui de l'employer couramment comme équivalent de (les) ceux, comme on l'évoque ailleurs, et ça fait archaïsant et/ou basilectal (ce qui peut être le but recherché dans un l'emploi).