7

Dans la citation suivante, d'Emile Zola, on me dit que le mot toute a valeur d'adverbe. Or, ce mot ne me semble pas invariable. A tout prendre, j'aurais opté pour une valeur de déterminant. Pouvez-vous m'expliquer mon erreur ?

D’habitude, après le déjeuner, on se rendait au bout du parterre, sur une terrasse qui dominait la plaine. Le dimanche, l’après-midi fut d’une douceur exquise. On avait craint de la pluie, vers dix heures ; mais le ciel, sans se découvrir, s’était comme fondu en un brouillard laiteux, en une poussière lumineuse, toute blonde de soleil.

9

Deux problèmes distincts :

  1. l'adverbe tout synonyme de très/vraiment n'est pas invariable, il s'accorde en genre et en nombre devant les féminins qui ne font pas liaison (≃commençant par des consonnes)
    cette rue est toute/très cabossée
    ces chemins sont tout/très cabossés
  2. le tout de cet exemple est ambigu entre le synonyme de très (cf 1.) et le quantificateur qui s'accorde en genre et en nombre dans tous les contextes
    ils s'étaient fondus en nuages lumineux, tout/tous blonds de soleil
    • tout => vraiment blonds de soleil
    • tous => chacun d'eux, blond de soleil
  • Et donc une petite fille toute blonde et des petites filles toute (!) blondes? – Arthur Nov 29 '15 at 17:37
  • 2
    @Arthur => Non. Dans les deux cas (adverbe intensif et quantifieur), il y a accord. Le contraste se manifeste pour les masculins pluriels ou pour les féminins qui déclenchent la liaison : des petites filles tout étourdies vs des petites filles toutes étourdies ; des garçons tout calmes vs des garçons tous calmes. – GAM PUB Nov 29 '15 at 17:41

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.