6

Voici quelques exemples d'utilisations du mot "si" comme adverbe signifiant "au contraire" ou "n'est-ce-pas" :

  • Vous n’allez pas voir ce spectacle ? — Si, nous y allons.
  • Ce spectacle n’est pas agréable. — Si ! (sous-entendu « oui, il l’est »).
  • Elle n’est pas méchante, si ?

Le mot "si" est très rarement utilisé en français québécois alors qu'il est couramment utilisé en France. S'agit-il d'une utilisation relativement récente du mot "si" ?

Je m'interroge sur les raisons pour lesquelles "si" n'est que très peu utilisé pour dire "au contraire" ou "n'est-ce-pas" au Québec. N'hésitez pas me faire part de vos hypothèses.

  • C'est le contraire, le ''si'' est très ancien en français, et c'est une nouveauté relativement récente qu'il le perde en français du Québec, en s'anglicisant. – Quidam Mar 15 '18 at 16:20
9

Il ne s'agit pas d'une utilisation récente, si existait déjà au moyen-âge.

Si vient du latin sic (ainsi) alors que oui vient de hoc ille ou hoc il (celui-ci). Le premier a évolué pour indiquer oui dans la plupart des langues romanes sauf le français et quelques langues aujourd'hui régionales où c'est le second qui s'en est chargé.

Quand il s'applique à une proposition affirmative, oui signifie à la fois la confirmation de cette affirmation et l'accord sur sa véracité (c'est vrai). De même, non infirme l'affirmation et aussi sa fausseté (c'est faux).

  • Tu viens ? - Oui ! (je viens)
  • Tu viens ? - Non ! (je ne viens pas)

Quand il s'applique à une proposition négative, non confirme en la reprenant la négation mais oui est ambigu en français de France car il risque d'être compris comme un acquiescement (c'est vrai). Si permet de lever cette ambiguïté et indique clairement que l'on infirme ce qui vient d'être dit.

  • Tu ne viens pas ? - Non ! (Je ne viens pas)
  • Tu ne viens pas ? - Oui ! (?? - Oui, je ne viens pas)
  • Tu ne viens pas ? - Si ! (Je viens)

En résumé, que l'on réponde oui ou non à une question négative, cette réponse signifie toujours « je suis d'accord ». Au contraire, si permet de marquer son désaccord.

S'il faut trouver une influence étrangère, je doute fort qu'il y a un rapport avec d'autres langues romanes comme l'italien ou l'espagnol car ces dernières, comme l'anglais ou le français québécois ne distinguent pas le oui affirmatif du oui infirmatif (désaccord) (voir cette réponse pour l'espagnol). Je pencherait pour celle des Francs (germaniques) qui distinguaient très probablement déjà ces deux oui comme le fait l'allemand moderne qui utilise ja pour oui et doch pour si (c.f. anglais though).

Le si étant probablement suffisamment établi en français lors de l'arrivée des colons en Amérique du nord, une disparition de celui-ci due à l'influence de l'anglais est plausible.

3

Je suis pas professeur de français, mais je voudrais deviner une réponse.

La France se trouve près des autres pays latins. Les Italiens et les Espagnols disent si pour dire oui. Je crois que c'est une affaire culturelle. On a notre langage à nous au Québec. Le français n'est pas pareil partout et c'est de même avec les autres langages du monde.

  • Le ''si'' en français existe bien parce que c'est une langue latine, mais n'a rien à voir avec un emprunt à l'espagnol ou à l'italien. Le Québécois, à la base avait aussi le ''si'' français, mais sous l'influence de l'anglais, il le perd de plus en plus. – Quidam Mar 15 '18 at 16:18

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.