J'ai appris à l'école que l'on devait dire "Madame LE ministre" car ministre est une fonction et non un métier, c'est donc un mot neutre et en français le masculin à valeur de neutre fait office de neutre.

Cependant du coup je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas dire "LA médecin", à part que ça écorche les oreilles. A moins que médecin ne soit pas un métier mais une fonction ce qui donnerait la situation cocasse de dire "LE médecin" (fonction) et "LA médecin généraliste" (métier) Ou alors je n'ai rien compris? Y a-t'il un moyen de s'y retrouver à coup sûr?

up vote 1 down vote accepted

Ministre et médecin sont des mots masculins, donc à mon avis (de puriste), c'est toujours "le". Peu importe que la personne soit un homme ou une femme [d'ailleurs, un homme est UNE personne... ce n'est pas gênant].

Si on veut vraiment préciser le sexe de la personne, on peut dire : "une femme médecin".

  • 6
    « Ministre et médecin sont des mots masculins » — oui, évidemment, si ce sont des noms masculins, on dit « le ». La question est pourquoi ce seraient des noms masculins et pas épicènes. – Gilles May 13 at 20:46
  • 3
    @Gilles C'est précisément ce que je conteste. – Georg May 13 at 21:39
  • La question est plus sociale que linguistique. Médecin et ministre n'ont pas de forme féminines (pour des raisons qui découlent de pratiques sociales -discriminatoires ici). Or d'autres fonctions longtemps exercées majoritairement par des femmes telles qu'infirmière, ont une forme masculine (infirmier). La question est donc plus de voir comment les gens utilisent la langue pour la modifier et donc quelle forme entre dans le langage. – Luc M Oct 10 at 15:12

Ce n'est plus une hérésie, les journalistes le font depuis très longtemps et tous les gouvernements francophones l'autorisent ou l'imposent depuis plus ou moins de temps.

C'est même la forme la plus courante à l'écrit depuis 1998 :

enter image description here

En France, c'est Yvette Roudy qui a initié ce changement en exigeant dès 1983 qu'on l'appelle madame la ministre.

Le 16 mars 1986, une circulaire du journal officiel de la République française recommande la féminisation des titres, et donc de pouvoir dire une ministre et une médecin et annonce la formation d'une commission chargée de fournir un rapport sur le sujet.

La circulaire de 1986 ayant peu été suivie d'effets, elle a été reprise le 6 mars 1998 suite aux choix de plusieurs ministres du gouvernement Jospin d'utiliser le féminin. Les conclusions du rapport qui a suivi sont très prudentes mais ne ferment pas la porte à la ministre en recommandant de s'en tenir à l'usage.

Voici par exemple un texte officiel ayant plus de vingt ans utilisant le féminin :

Arrêté du 19 février 1998 relatif à l'attribution par la ministre de la culture et de la communication de bourses d'études chorégraphiques.

Les choix étant souvent plus idéologiques que linguistiques (comme les votes négatifs à ma réponse...), les ministres peuvent choisir elles-mêmes que le féminin soit utilisé ou non pour ce qui les concerne. La dernière femme ministre opposante notable à la féminisation de son titre est Michèle Alliot-Marie, ministre de 1993 à 2011.

Pour médecin, on évite l'homonyme médecine et l'usage est soit de garder le masculin (neutre) un médecin ou, comme déjà suggéré en 1986, d'utiliser un article au féminin (une médecin).

Ce problème ne se pose pas pour une dentiste, une pédiatre, une généraliste, une anesthésiste, une chirurgienne, etc.

Dans d'autres pays francophones comme le Canada, La Suisse ou la Belgique, l'utilisation du féminin n'a pas provoqué autant de controverses qu'en France. Par exemple dès 1976, Lise Payette, ministre à la condition féminine, à la consommation, aux coopératives et institutions financières du gouvernement René Levesque se fait appeler la ministre. En 1979, la Gazette officielle du Québec a recommandé l'utilisation de la ministre, la directrice, la secrétaire, etc.

En Suisse, le Dictionnaire suisse romand indique que la plus ancienne attestation de ministre utilisé au féminin est présente dans L’Illustré daté du 25 novembre 1948.

  • Je ne sais pas pourquoi, mais y'a que "une médecine" qui choque... Peut être parce que "médecine" fait déjà référence à la discipline, et qu'on est trop habitué à entendre "la médecine", et non "une médecine". On peut d'ailleur faire référence à la série "Docteur Quinn, femme médecin", qui ajoute "femme" plutôt que de mettre un "e" à médecin... – Random Feb 24 '16 at 13:59
  • 2
    @Random Au XVIIème, l'Académie française aurait supprimé le féminin de plusieurs professions jugées trop savantes ou ne convenant pas à une femme (autrice, écrivaine, médecine, jugesse, peintresse, philosophesse, jugesse, ...). Intéressant de savoir toutefois qu'ils ont existé (en supposant que ma source est fiable, ce que je n'ai pas eu le temps de vérifier). – Chop Feb 24 '16 at 14:10
  • @Chop "ecrivaine" ne me choque pas ! Les autres par contre, c'est intéressant en effet... ! – Random Feb 24 '16 at 14:12
  • @Chop : Je peux confirmer la disparition au XVIIe de ces formes féminines mais... pas la responsabilité de cette disparition ;) (cf ma contribution) – aCOSwt Oct 9 at 10:16

Juste pour partiellement confirmer une observation de @chop en commentaires :

Le Dictionnaire du Moyen Français (~1330-~1500) atteste effectivement un certain nombre de formes féminines :

  • jugesse (ou jugeresse)
  • autrice
  • escrivaine
  • peintresse (peinteresse dans le Godfroy)
  • philosophesse
  • medecine

Le XVIIe est effectivement celui de la fixation du français avec, coïncidemment la publication du Dictionnaire mais je ne crois pas pour autant l'Académie responsable de l'éviction des formes féminines et encore moins la raison donnée dans le commentaire.

Le débat sur la forme féminine de ces mots s'est engagé avec, au premier chef, poétesse qui, d'après le DHLF, parce qu'il avait pris un sens péjoratif, est sorti d'usage au profit d'une poète.

C'est en réalité Boisregard et surtout Ménage (refusé à l'AF) qui avaient fait... le ménage bien avant en condamnant philosophesse, propriétairesse, dépositairesse, peinteresse, medecine, autrice, jugesse, oratice... au point qu'ils étaient sortis d'usage. ET on notera que le Dictionnaire conserve avocate, conseillère, traductrice, rhétoricienne...

On lira sur le sujet avec intérêt l'étude savante d'Anne Debrosse.

En complément, voici le texte de l'avis de l'Office québécois de la langue française (OQLF) du 28 juillet 1979 (à la p. 7394) publié conformément aux dispositions de la Charte de la langue française, auquel on réfère souvent, comme en témoigne une autre réponse :

Avis de recommandation

Conformément à l'article 116 de la Charte de la langue française, avis public est donné que l'Office de la langue française, à sa séance régulière du 6 juillet 1979, a recommandé:

Féminisation des titres

Relativement au genre des appellations d'emploi, l'utilisation des formes féminines dans tous les cas possibles:
— soit à l'aide du féminin usité. Exemples: couturière, infirmière, avocate;
— soit à l'aide du terme épicène marqué par un déterminant féminin. Exemples: une journaliste, une architecte, une ministre;
— soit par la création spontanée d'une forme féminine qui respecte la morphologie française. Exemples: députée, chirurgienne, praticienne;
— soit par l'adjonction du mot femme. Exemples: femme-magistrat, femme-chef d'entreprise, femme-ingénieur.

En effet il s'agit d'une hérésie : non pas que le mot soit masculin mais bien neutre. Or en français, il n'existe pas de genre neutre comme en allemand ou en latin. Si bien que c'est le masculin qui est utilisé pour exprimer, par exemple, la neutralité d'une fonction.

Ainsi, que ce soit un homme ou une femme, le ministre est toujours le ministre. Si on veut faire la distinction, on dit alors "Madame le ministre".

Tout autre forme est, d'une part, une erreur d'accord entre la fonction et la personne (cf. Académie française) et d'autre part une simple intention d'inclure à tort dans la langue un programme politique.

Your Answer

 

By clicking "Post Your Answer", you acknowledge that you have read our updated terms of service, privacy policy and cookie policy, and that your continued use of the website is subject to these policies.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.