1

Imaginons que mon ami m'ait dit il y a un mois qu'il aurait une grève. Aujourd'hui je l'ai rencontré et lui ai dit qu'il avait eu raison.

Je lui ai dit :

"Comme tu as dit la grève commencera / commencerait lundi prochain."

En disant cela est-ce que je dois faire concorder la deuxième partie de phrase « la grève commencera lundi prochain » avec « comme tu as dit » ?

Je pense que non et qu'elles sont indépendantes, n'est-ce pas ?

Est-ce que celle-ci est bonne ?

Comme tu as dit la grève commencera lundi prochain.

3

C'est correct:

Comme tu l'as dit, la grève commencera demain.

Il n'y a pas de concordance entre les deux parties:

  • la première est dans le passé. On pourrait aussi dire: Comme tu l'avais dit, ou Comme tu le dis (passé simple). Elle est à l'affirmatif.

  • la seconde est dans le futur, et se déroulera (on en est sûr). On pourrait dire aussi La grève va commencer demain. Elle est aussi à l'affirmatif.

L'autre forme est possible, si l'incertitude demeure:

Comme tu l'as dit, la grève commencerait demain (sous certaines conditions qui ne sont toujours pas certaines).

En revanche, si la seconde était une proposition relative, il faudrait une dépendance:

Tu as dit que la grève commencera demain (si c'est certain).

Tu as dit que la grève commence demain (idem).

Tu as dit que la grève commencerait demain (incertain, si ...).

2

Il y a un mois, la grève était une hypothèse, l'emploi du conditionnel était donc requis.

La rencontre de ce jour confirme une supposition, à savoir que la grève aura bien lieu lundi prochain, l'usage du futur de l'indicatif est donc correct.

Comme tu l'as dit, la grève commencera lundi prochain.

1

Il y a un mois, cet ami a dit, puisqu'il en était convaincu: « la grève commencera lundi prochain ».

Un mois plus tard, la grève a à priori déjà commencé puisque l'ami a eu raison. Ce fameux lundi n'est donc plus dans le futur et on ne peut plus le qualifier de prochain.

Une phrase qui confirme la justesse de la prévision en satisfaisant à cette contrainte peut donc être :

Comme tu l'as dit, la grève a bien commencé lundi (ou aujourd'hui le cas échéant).

Si en revanche la grève n'a pas encore commencé, l'ami n'a pas pu dire il y a un mois « la grève commencera lundi prochain » mais quelque chose comme « il y aura bientôt une grève ». Il peut alors subsister une petite incertitude et l'on pourrait dire:

Comme tu l'as dit, la grève devrait bien commencer lundi prochain.

Comme tu l'as dit, la grève doit bien commencer lundi prochain.

Finalement, s'il ne fait aucun doute que la grève va avoir lieu:

Comme tu l'as dit, la grève commencera lundi prochain.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.