6

It seems that the sentence perfectly makes sense without having the "de". To my mind, the idea of "de" is already suggested by the "dont", so I cannot see why you need to use "de" twice like "de moi de".

Si vous entendez le titre « maître des cieux », c'est de moi dont il s'agit.

Par contre:

Si vous entendez le titre « maître des cieux », c'est moi dont il s'agit.

Ou bien:

Si vous entendez le titre « maître des cieux », c'est de moi qu'il s'agit.

  • 2
    It's just the way the verb "s'agir" (wiktionnaire 7) introduces its object. When used with an indirect object "s'agir" this object is introduced by de. Il s'agit de moi. C'est de moi qu'il s'agit/ C'est de moi dont il s'agit. Verbs need different prepositions, aller à, parler de, agir sur, etc. to introduce their indirect objects. – Laure SO - Écoute-nous May 13 '16 at 17:36
  • As a non-native speaker who admittedly misuses (usually overuses) “en” and “dont," I’ll nevertheless hazard a guess in comment form that your redundancy radar (“redundar”?) is correct as well as your suggested correction, but personally, I’d prefer “C'est de moi qu'il s'agit” to avoid the double notion of “de.” – Papa Poule May 13 '16 at 17:42
  • 2
    @Laure I think he knows s'agir requires the preposition de. But for example, you wouldn't say "C'est de le chat dont j'ai besoin," right? The dont stands alone. So why is it different for s'agir ? – temporary_user_name May 13 '16 at 18:24
  • 1
    @Aerovistae Both are said : "c'est le chat dont j'ai besoin" "c'est du chat dont j'ai besoin" (not "de le"- but you know that)). As I said to Papa Poule it's debated... Although some people say it is not as good, the use of "de...dont" is quite common after "c'est.... " It's a question of preference, usage has a lot to say in the way the language evolves and the way we speak. (Oh, no not that prescriptivism / descriptivism debate again!) ;-) – Laure SO - Écoute-nous May 13 '16 at 18:46
  • 1
    If this is just a case of redundancy (& not one of grammaticality) then (in English, at least) not all redundancy is bad & to be avoided, especially when it helps to clarify one’s words (especially when speaking), such as the example in the link provided by @Laure with “du/le fond du mur dont" (where I think 2 DUs and a DONT DO add clarity) or when there's lots of words/ideas separating the “du” & the “dont" (to remind the listener that one is talking about "de" something). So maybe in French, also, whether something is “inutilement surabondant” or just “surabondant” is a judgment call.. – Papa Poule May 13 '16 at 19:10
1

"C'est de moi dont il s'agit" should not be used. It's a common mistake, as many people get mixed up between the two correct sentences "c'est moi dont" and "c'est de moi que".

  • 1
    L'emploi de dont a évolué : lire etudes-litteraires.com/grammaire/…, il est théoriquement incorrect pour les puristes langue-fr.net/Dont-c-est-de-toi-qu-on-parle-dont-on-parle mais pas pour le commun des francophones, cf. le commentaire de Laure : "C'est de toi/de lui dont j'ai besoin" est seulement une redondance de de (dont = de que) inaudible, mais pas une violation des règles. Il y a d'ailleurs des exemples cités qui sont peut-être correct à l'écrit, mais qui interpellent les oreilles contemporaines.Si doute : reformuler la phrase. – cl-r Rendez confiance à FL May 13 '16 at 21:25
  • Je ne suis pas d'accord ! Pourquoi parler de "redondance" lorsqu'il s'agit clairement d'un pléonasme ? Ce que d'ailleurs confirme le lien cité. Pour moi, il y a donc bien violation des règles. Par ailleurs, je m'élève également contre le fait de parler "d'emploi qui a évolué" : c'est seulement une faute devenue de plus en plus courante... comme bien d'autres, d'ailleurs. – cFreed May 19 '16 at 20:07
  • Je rejoins cFreed sur le dernier point. L'usage actuel, si je me fie à ce que je lis le plus souvent, consiste à écrire "je ne c'est pas se qui ces passer" au lieu de "je ne sais pas ce qui s'est passé". Est-on censé accepter aussi cette orthographe en arguant que la langue évolue, ou est-ce qu'on sort le stylo rouge ? Où place-t-on la barre entre "nouvel usage" et "faute répandue" ? Je soutiens qu'il faut un minimum d'exigence et que de ce fait "c'est de ça dont je parle" est à ranger dans les fautes. Ce n'est pas un ajout, ni une simplification, c'est une confusion qui n'apporte rien. – DaWaaaaghBabal May 20 '16 at 13:51

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.