9

En lisant pour un cours portant sur la Santé et sécurité au travail, je suis tombé sur la phrase suivante:

Les journaux de l'époque taxaient les demandes syndicales de communisme.

Après quelque recherche sur ce mot, je suis arrivé sur la page Wiktionnaire du verbe taxer et j'ai bien compris qu'il était utilisé dans le sens du verbe qualifier.

Mais, en regardant les autres sens de « taxer », j'ai remarqué qu'ils sont plus proche des verbes « imposer », « soumettre à une taxe », « voler », etc. Ça concorde bien avec le fait qu'historiquement, les seigneurs pouvaient soumettre à une taxe très élevé (voler) les citoyens/paysans qui pouvaient être, même avant de voir leurs revenus imposés, déjà pas très riche...

L'utilisation du verbe « taxer » dans le sens de « qualifier » a t-elle aussi une provenance historique ?

7

Il y a deux verbes taxer qui ont une étymologie et un sens différents.

Taxer dans le sens de « soumettre à une taxe », « imposer » vient du du grec tassein (ranger, fixer) qui a donné le latin taxare (imposer, évaluer, estimer). On le trouve en ancien français sous les formes de tauxer et tausser. (D'après le Dictionnaire culturel en langue française)

Le mot a d'abord eu le sens de « régler les frais de justice, les amendes  » (1247) [...] Il a pris ensuite d'autres valeurs, « faire payer une taxe à quelqu'un (1471) et « mettre un impôt sur quelque chose » (1690). (Dictionnaire historique de la langue française)

On retrouve cette racine dans le préfixe taxi- (taxidermie, taxinomie,...) qui donne l'idée d’arrangement, d'ordre. Et le mot a donné taximètre (compteur horokilométrique) qui lui même a donné le mot taxi (véhicule).

Taxer au sens de « blâmer, attaquer » est apparu au 16e siècle et vient du latin taxare forme fréquentative de tangere (toucher)1. On le trouve avec ce sens dans Molière :

Ce que j'en dis n'est pas pour taxer votre office. (Molière, l'École des maris)

Ce sens d'accuser a cessé d'être employé en construction directe, mais reste vivant dans la construction indirecte taxer (qqn. qqch.) de. [...] Pour cet emploi on passe de l'idée de blâmer à la valeur neutre de qualifier. (Dictionnaire historique de la langue française)

Toute musique qui voulait dire quelque chose était taxée d'impure. (Romain Rolland, Jean-Christophe, 1904 - 19012).

1 La même racine latine a donné le mot « tangente ».

2

Selon le TLFi, le deuxième sens de taxer (blâmer, accuser) est issu du latin taxare :

Étymol. et Hist.

  1. a) 1247 tauxer « régler les frais de justice, les amendes » (doc. ds Runk., p. 99); xiiies. tausser « évaluer, estimer à sa valeur » (Poire, 53 ds T.-L.); ca 1260 tausier « id. » (Ménestrel Reims, 435, ibid.); 1283 tausser « id. » (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, 26, 986, 1100, 1513); b) 1271-72 taxer « id. » (doc. de La Rochelle ds Z. fr. Spr. Lit. t. 84, p. 345); 1464 taxer « fixer la taxe à payer par quelqu'un » (doc. ds Bartzsch, p. 99); 1679 « régler officiellement le prix d'une denrée » (Rich.); 1690 taxer (qqc.) « mettre un impôt (sur quelque chose) » (Fur.);

  2. 1538 « blâmer, accuser » (Est.). Empr. au lat.taxare « toucher souvent et fortement; blâmer, reprendre, estimer, évaluer », lui-même empr. au gr. τ α ́ σ σ ε ι ν « ranger, fixer » (pour l'hist. de taxare, v. en partic. Ern.-Meillet). La forme taxer a évincé tausser (v. taxation).

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.