6

En anglais, il existe une expression idiomatique, to add insult to injury, qui signifie exactement ce qu'elle suggère : ajouter une insulte à une blessure.

Existe-t-il un équivalent en français ? J'ai pensé à "remuer le couteau dans la plaie", mais le sens y est moins précis.

  • 5
    "Remuer le couteau dans la plaie" convient très bien, de même que "pour couronner le tout..." et ses quelques synonymes. En effet, la phrase anglaise est à prendre comme une métaphore qui est équivalente à "To make matters worse...", qui veut bel et bien dire "empirer une situation déjà mauvaise". – MorganFR Jun 20 '16 at 15:05
  • Je rejoins MorganFR. C'est le sens de « remuer le couteau dans la plaie ». Je ne vois pas où tu perds la précision, à moins que tu ne t'attaques au sens premier (et que tu cherches « insulte » et « blessure ») de l'expression anglaise, auquel cas on n'aura pas d'équivalent tout fait en français. – Larme Jun 20 '16 at 15:12
  • Un article de blogue d'André Racicot offre quelques possibilités intéressantes, notamment comble d'insulte et pour couronner le tout. Par contre, ces suggestions sont beaucoup moins frappantes. – Jeff Noel Jun 20 '16 at 15:39
  • 4
    "l'insulte" est le petit truc en plus qui n'est douloureux que parce qu'on a été blessé avant, et qui se situe sur un plan différent (physique/social), alors que remuer le couteau dans la plaie, c'est juste insister sur le même plan (physique/physique). – Anne Aunyme Jun 20 '16 at 15:42
  • "par dessus le marché" could be used too – JeanBlaire Jun 20 '16 at 15:48
6

Récapitulatif des propositions déjà effectuées :

Remuer le couteau dans la plaie. (assez courante)
Pour couronner le tout.
Le comble d'insulte.
Par dessus le marché.
Doubler ses torts d'un affront.
La goutte d'eau qui fait déborder le vase
La cerise sur le sundae (Québec)
Ajouter l'affront à la douleur
Ajouter l'affront à la violence

Autres propositions :

La cerise sur le gâteau (France)
Aggraver son cas. (si celui qui injure est jugé)
Le pompon (c'est le pompon!)
Aller outre mesure
Dépasser les bornes/limites (un peu éloigné)

  • Je vais partir sur "la cerise sur le gâteau", qui a le mérite de refléter la disproportion entre les deux affronts: la blessure et l'insulte, l'un n'étant grave que parce qu'il est précédé par l'autre. – Anne Aunyme Jun 22 '16 at 8:08
  • Je ne connais pas le contexte dans lequel l'utiliser, mais j'a personnellement un faible pour "la goutte d'eau qui fait déborder le vase", qui est plus directe. La cerise sur le gâteau marche tout aussi bien, mais il est employé au sens ironique. Dans le sens non ironique, c'est le petit plus qui fait plaisir, comme "le clou du spectacle". – Charly Jun 22 '16 at 11:53
  • "Par dessus le marché", "Doubler ses torts d'affront", "Ajouter l'affront à la douleur" ok, par contre tout le reste est à la limite du contre-sens. – Casimir et Hippolyte Jul 1 '16 at 23:37
8

Doubler ses torts d'un affront.

C'est une des solutions proposées à la Banque de dépannage linguistique. On a les deux éléments avec l'idée d'ajout (multiplier, dépasser ou associer à part égale, peut-être par opposition à un ajout culminant, comme au figuré avec la cerise sur le sundae (Québec) ou, différemment, avec la goûte qui fait déborder le vase) par une personne de l'affront, la parole ou l'acte méprisant, au tort, ce préjudice, qui peut être quelque chose de matériel...1


1 On propose aussi : « redoubler d'insultes, aller trop loin, dépasser la mesure, [doubler ses torts d'un affront], retourner (ou tourner) le fer dans la plaie, aggraver son cas, pour couronner le tout, et pour comble d'insulte, pour comble, etc. » (BDL). C'est qu'il y a aussi l'idée de surenchère de l'action/du destin, et on a montré ailleurs qu'on peut la retrouver dans des phrases très similaires à l'expression en anglais, mais avec des paires de mots différents en compléments. Il faut constater que selon qu'on glisse davantage du fait d'une personne vers l'emploi au figuré ou abstrait, il faut adapter ; par exemple, avec un truc au figuré comme « My car barely started this morning, and to add insult to injury, I got a flat tire in the driveway. » (TFD), c'est plutôt le comble du malheur, de la malchance etc. à mon avis, alors que la solution en introduction implique une personne responsable de l'action et de l'insulte qui la suit. L'article à la BDL témoigne du fait qu'au Québec on calque directement la sémantique et le mot anglais (injury) avec l'emploi en pléonasme ajouter l'insulte à l'injure et donc on offre des solutions de rechange. D'autre part, à mon avis, doubler qqc de qqc., avec son deuxième complément introduit par de est plus recherché et sans doute moins habituel qu'une expression avec ajouter + à ; n'empêche qu'on comprend spontanément (mon expérience). Dans la chronique Mots de tête : « ajouter l’insulte à l’injure », Frèdelin Leroux (f), (L’Actualité langagière, volume 6, numéro 4, 2009, page 10) on traite du défi et des solutions et on indique que doubler ses torts d'un affront apparaissait dans le Guide du traducteur, Ottawa, A.T.I.O., 1972, p. 328 (Deux langues, six idiomes, p. 299) d'Irène de Buisseret (1918-1971) ; on a déniché d'autres trucs comme « insulter l'âne jusqu'à la bride » etc. ; voir aussi un dictionnaire en allemand. Sur etymonline on réfère au latin injuriae contumeliam addere et donc on pourrait aussi s'appuyer directement sur l'expression. Selon le contexte on pourrait aussi parler d'une ultime/suprême/totale humiliation ou insulte, ou de jeter de l'huile sur le feu, la métaphore illustrant le comportement de la personne qui aggrave une querelle. Il y a diverses manières d'exprimer les différentes facettes de l'expression.

  • 2
    Je n'ai jamais vu cette expression, est-ce du québécois ? – Anne Aunyme Jun 21 '16 at 12:23
  • 1
    +1 for noting the important distinction between phrases involving an extra aggravating action (which is how I interpret your suggestion & how I use “add insult to injury” [also “rub salt in the wound"]) & those involving a culminating blow (like the difference between a “one-two punch” & a “knock-out punch” in boxing). Imo, even the BDL, with its options using “couronner” & “comble,” seems to be ignoring this important distinction, for those, imo, = “topped it [all] off with,” “the crowning blow/coup-de-grace” or even “the last straw,” none of which =“add insult to injury” as I use it. – Papa Poule Jun 22 '16 at 19:47
4

Une expression qui colle assez bien à l'anglais est ajouter l'affront à la douleur.

Aussi: ajouter l'affront à la violence.

  • Je n'ai jamais vu cette expression, à quel point est-elle répandue ? – Anne Aunyme Jun 21 '16 at 12:24
  • 1
    Ces expressions ne sont pas très répandues (google n'en trouve qu'une poignée d'occurrences) et sont d'un niveau de langue assez élevé. Elles ne posent cependant aucun problème de compréhension et « sonnent bien ». Il existe dans le même style « ajouter l'affront au préjudice », « ajouter l'affront à la blessure »... – jlliagre Jun 21 '16 at 14:47
  • 1
    "ajouter l'affront à la douleur" n'est pas super courant dans le sens où son utilisation peut sembler un peu littéraire, mais cette expression existe bel et bien et me semble vraiement être ce qu'il y a de plus proche, "ajouter l'affront à la violence" ne me dit rien du tout par contre (et s'éloigne du sens à mon avis). – Casimir et Hippolyte Jul 1 '16 at 21:06

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.