2

Je comprends que « voici » et « voilà » marquent respectivement « une proximité » et « un éloignement ». Je me suis renseigné sur la différence d'usage par le biais d'autres questions similaires posées sur ce site et ailleurs, mais je n'arrive toujours pas à expliquer bien leur différence dans les deux cas suivants.


« J'hésitais entre le français et l'allemand. Mais il m'a suffi d'un jour pour comprendre que moi et l'allemand... ça fait deux !

1A : Me voici, content de m'être tourné vers le français ! »

1B : Me voilà, content de m'être tourné vers le français ! »


2A : Voici dix ans que j'habite ici.

2B : Voilà dix ans que j'habite ici.


UPDATE @Laure:

I wonder if this distinction between "voilà" and "voici" extends to the expression "Voilà/Voici pourquoi"? Once again, I've come up with two example sentences. Do they come across as I intend them to?

Qu'est-ce que tu n'as pas compris dans « je suis débordé toute la semaine » !?

{sur un ton de reproche} Voilà pourquoi je t'ai demandé de cuisiner toi-même !


C'est une jolie petite maison à un saut de puce du bureau.

{sur un ton enthousiaste} Voici pourquoi je ne veux pas manquer cette occasion de l'acheter !

3

La différence entre voici et voilà, ici et , ceci et celà expliquée dans les réponses à cette question est formelle. Si elle est tout à fait pertinente quand les paires sont employées dans un même contexte, quand ces mots sont employés séparément de façon informelle, et surtout à l'oral, cette différence est gommée.

En langage courant les deux solutions que tu proposes sont tout à fait admises, surtout si l'on considère que voilà est un peu plus fréquent que voici. Cependant on peut voir une différence en langage formel. Dans les deux paires de phrases citées en exemple, les critères de choix sont affectifs. Voici implique la proximité, l'acceptation, et voilà, implique l'éloignement, le rejet.
Il semble paradoxal d'employer voilà pour parler d'une situation dont on est content.

Me voici, content de m'être tourné vers le français !

mais :

Me voilà, déçu de m'être tourné vers le français.

Voici dix ans que j'habite ici et je m'y trouve bien.

mais :

Voilà dix ans que j'habite ici, vivement que je trouve un nouveau logement.

Update
On peut établir la même nuance dans les expressions voici/voilà pourquoi dans les deux exemples ajoutés à la question.

  • The difference in terms of "l'acceptation" or "le rejet" -- this is something I haven't picked up until now. Merci. :) – Con-gras-tue-les-chiens Oct 10 '16 at 7:32
  • To: @Laure I've just come up with the following two sentences for comparison purposes. Do they sound natural to you? Merci. « Voilà la deuxième fois que mon ordinateur me lâche cette semaine. » versus « Voici deux fois que je vois une étoile filante cette nuit. » – Con-gras-tue-les-chiens Oct 10 '16 at 8:48
  • 1
    @LUNA They're correct. In the case of counting something (number of times or duration) using voici or voilà adds a subjective appreciation that would not be present if you used c'est... or ça fait... C'est la deuxième fois que.. Ça fait deux fois que.... – Laure SO - Écoute-nous Oct 10 '16 at 10:03
2

Comme cela a déjà été dit, la différence est de moins en moins faite, surtout à l'oral en registre courant. En général "-ci" (comme dans "ceci", "celui-ci", "ce jour-ci"...) se réfère à ce qui est proche et "-là" à ce qui est loin. On peut voir l'éloignement comme un éloignement affectif (comme celà a été expliqué dans les autres réponses), mais aussi comme un éloignement temporel:

Me voici, content de m'être tourné vers le français !

Car on parle ici du futur (ce vers quoi on va). Par contre on aurait aussi pu conclure par:

Et voilà comment j'ai arrêté d'étudier l'allemand.

Ici pas d'ouverture vers l'avenir, seulement une histoire passée qui s'éloigne.

Tu diras:

Voilà dix ans que j'habite ici.

Si tu projettes de partir, mais plutôt:

Voici dix ans que je travaille comme dentiste.

Si tu veux expliquer que tu as de l'expérience (tu sous-entends que tu vas continuer à travailler comme dentiste)

Si tu expliques quelque chose, ça dépend de l'ordre dans lequel tu fais tes explications:

Voici comment on fait un gâteau: commencez par casser trois oeufs, puis ajoutez de la farine.

A cette étape, le cuisinier n'a pas encore fait son gâteau, mais ça ne va pas tarder.

Terminez par vingt minutes de cuisson, et voilà comment on fait un gâteau.

A cette étape, le gâteau est prêt, la recette est donc terminée.

1

Un complément historique à la réponse de @Laure. Le latin (dont vient le français) avait 3 mots pour ce/cet:

  • hic: ceci (que j'ai, que je vois, etc.) - point du vue du sujet
  • iste : cela (que vous avez, que vous voyez, etc.) - point de vue de l'interlocuteur
  • ille : ce qui est loin

Ces mots étaient notamment employés dans les plaidoiries. Dans les affaires de meurtres, ille désignait la victime (cet homme qui n'est pas là), et iste l'accusé (cet homme devant vous). Par extension, ille a donné illustre, et iste (devenu celui-là) a conservé un sens péjoratif.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.