5

Shouldn't it become "vitement" in adverb form?

Are there any other words that remain in the same form as adjectives and adverbs?

4
  • 1
    Why should there be a reason ?
    – Random
    Nov 22, 2016 at 20:35
  • 1
    How is it with "fast" ?
    – Yves
    Nov 22, 2016 at 20:45
  • 4
    vite n'est plus utilisé comme adjectif, mais seulement comme adverbe. Nov 22, 2016 at 21:44
  • 2
    @guillaume : sauf par les commentateurs sportifs :)
    – Stéphane
    Nov 24, 2016 at 10:18

3 Answers 3

5

Vite est essentiellement utilisé comme adverbe mais on le rencontre exceptionnellement comme adjectif, souvent par des commentateurs sportifs:

Il est vite ! = il est rapide !

Contrairement à une idée courante, il ne s'agit pas techniquement d'une faute de français ou d'un anglicisme car vite est un adjectif attesté depuis le moyen-âge et il est toujours considéré comme tel aujourd'hui.

Voir les articles de l'oqlf, du Larousse, cette page, des exemples d'utilisation dans ce titre récent :

HAMILTON LE PLUS VITE DE LA 1ère SESSION DES ESSAIS LIBRES A SAO PAULO DEVANT MAX VERSTAPPEN ET NICO ROSBERG.

et cette page :

Jean-Paul Ballard de Swiss side nous présente le Cube C:68. Le vélo « probablement » le plus vite du monde.

Il existe d'autres mots employés à la fois comme adjectifs et adverbes, par exemple cher et bon:

Ils sont chers (adj.)

Ça coûte cher (adv.)

Les fraises sont bonnes (adj.)

Elles sentent bon (adv.)

Il y a aussi mal mais qui a la particularité de ne pas s'accorder:

On est mal (= adj.)

Ils sont mal (= adj. invariable) -> Ils sont mals.

Elle est mal (= adj. invariable) -> Elle est male.

Bon gré, mal gré ( ~= de bon gré, de mauvais gré)

12
  • 1
    Hmm… il évite ? Nov 23, 2016 at 10:54
  • @StéphaneGimenez Oui, il est très vite ! ;)
    – jlliagre
    Nov 23, 2016 at 13:22
  • J'ai pensé que la forme propre est "Ils sont mauvais." Pas "Ils sont mal." Parce que "mauvais" est utilisé comme un adjectif et "mal" est un adverbe. N'est-ce pas?
    – orangebull
    Nov 23, 2016 at 21:29
  • 1
    Oui, mal est un adverbe utilisé ici comme un adjectif. Attention, les sens de « ils sont mauvais » et « ils sont mal » sont différents (They are nasty vs They are in trouble.)
    – jlliagre
    Nov 24, 2016 at 1:23
  • Vite n'est jamais utilisé comme un adjectif dans le français d'aujourd'hui. Nov 25, 2016 at 20:51
7

Vitement exists, as a matter of fact. It is an old word that never really came into wide use. It practically disappeared at the end of the 19th century.

Vite just slipped from an adjective to an adverb. It probably just passed unnoticed through the 16th century standardization of the French language.

One good source is the TLFI1.

0

En complément sur l'emploi adjectival uniquement. Tel qu'on l'avait déniché dans une autre réponse :

L’emploi de vite comme adjectif fut courant jusqu’au XVIIIe siècle; vite se disait alors autant pour une rapidité psychologique que physique; il a par la suite été concurrencé puis presque éclipsé, dans la langue générale, par l’adjectif rapide. En fait, vite ne s’emploie à peu près plus que dans le vocabulaire sportif, en parlant d’un athlète.

Au Québec toutefois, l’emploi adjectival est encore courant, surtout dans la langue familière; que l’on pense, par exemple, aux expressions être vite en affaires ou vite sur ses patins, ou encore lorsqu’on dit de quelqu’un qu’il n’est pas vite, pour signifier qu’il est lent à faire ou à comprendre des choses.

Dans la langue plus soutenue, il semble que, comme ailleurs dans la francophonie, l’adjectif vite tende à s’effacer devant son synonyme rapide.

[ Banque de dépannage linguistique, OQLF « Vite employé comme adverbe ou adjectif » ]

Dans la langue familière au Québec je dirais que c'est omniprésent.


On le trouve aussi au lexique (Larousse en ligne, Usito) et dans le Bon usage (Grevisse et Goosse, 14e, éd. Duculot, § 199 b) :

L'adjectif, courant chez les classiques, se dit encore, pour l'Ac. 1935, « des animaux et de certaines choses dont le mouvement est rapide. Cheval vite, fort vite, vite comme le vent. Il a le pouls fort vite ». La langue des sports lui a rendu une certaine vitalité. Ex. littéraires : Vous est-il défendu de la [= une embarcation de fortune] rendre plus VITE ? (FRANCE, île des Pingouins, I, 3.) — Son parler est de plus en plus VITE et indistinct (GIDE, Journal, 2 janv. 1923). — La seconde balle [de tennis], quoique plus VITE que la première [...] (FARRÈRE, Civilisés, XV). — Il [= un aviateur] réclame sans cesse des appareils plus VITES et plus puissants (BORDEAUX, Vie héroïque de Guynemer, III, 5). — Le plus VITE des diablotins ne l'eût pas rattrapé à la course (POURRAT, Gaspard des Montagnes, 1.1, 1931, p. 73). — L'Amérique est le pays le plus VITE du monde (MORAND, Papiers d'identité, p. 291). — Il ne faudrait pas [...] décréter que tous les Yankees sont [...] congénitalement VITES (A. ARNOUX, Poésie du hasard, p. 129). — J'ai accepté des fatigues inutiles, comme de poursuivre un homme plus VITE que moi (MONTHERL., cit. Grand Lar. langue).

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.