8

Y a-t-il une différence de registre entre « commencer » et « se mettre » ?

Peut-on employer l’un ou l’autre indifféremment ?

2

Est-ce que tu parles de l'expression « se mettre à ... » ? Si oui, on emploie cette expression quand on ne veut pas utiliser commencer.

Eg.: Les hommes se mettent au travail = Les hommes commencent le travail.

  • 3
    Sa question est surtout de savoir s'il y a une différence de registre. – Destal Feb 7 '17 at 13:05
  • aah, je vois. je crois qu'il y en a – K.D. MBEDOBE Feb 7 '17 at 13:32
  • Au début je pensais que "se mettre à" était un peu familier, mais en y réfléchissant, on doit trouver des textes littéraires utilisant cette forme (les cieux se mirent alors à cracher des éclairs). – Destal Feb 7 '17 at 13:36
  • Je pense que la seule différence est que « se mettre » peut avoir un tout autre sens, comme dans « se mettre à dos » ou « se mettre en règle » alors que « commencer » a toujours la même signification. Donc on peut toujours remplacer « commencer » par « se mettre à » mais l’inverse n’est pas vrai. – Stéphane Feb 7 '17 at 13:43
  • @ Simon ça peut être considéré comme familier et soutenu. ceci est possible parce qu' on peut employer le registre soutenu et familier dans des textes littéraires. – K.D. MBEDOBE Feb 7 '17 at 13:50
2

Si la question est: "en gardant exactement le même sens et les mêmes mots dans la phrase mais en changeant seulement commencer à par se mettre à, obtient-on une phrase dans un autre registre?", je crois que la réponse est non, en général.

Je ne crois pas que se mettre à et commencer à portent en eux, de façon intrinsèque, une nuance de registre: nous n'avons pas de règle qui dirait que remplacer simplement commencer à par se mettre à (sans aucun autre changement) dans une phrase changerait automatiquement le registre de cette phrase (ou l'inverse). On peut construire des phrases dans le même registre avec commencer à aussi bien qu'avec se mettre à.

Je crois que la différence de registre perçue dans les exemples proposés est plutôt extrinsèque, c'est-à-dire qu'elle provient du reste de la phrase et du contexte, du ton employé... Il est possible que se mettre à sonne mieux dans certains contextes, ou que commencer à soit obligatoire dans certaines expressions (et vice-versa). Mais ces différences sont dues à l'usage ou au contexte, plutôt que portées entièrement par le verbe commencer à ou se mettre à lui-même. Sans aucun contexte, commencer à et se mettre à sont a priori équivalents.

En général, la langue Française a certainement des synonymes dans différents registres (chiottes / toilettes, caisse / voiture, bouffer / manger ...), mais le phénomène n'est pas aussi sophistiqué et systématique que dans des langues telles que le Japonais, où l'on trouve des séries de variantes pour un même mot suivant le registre de langage: kuu → taberu → meshi-agaru (manger), aru → gozaru (être), ... En Japonais, le registre de langue est intrinsèquement contenu dans le choix de aru ou gozaru. Même sans aucun autre contexte, utiliser l'un ou l'autre détermine complètement le registre, sans changer le sens. Je ne crois pas que ce soit le cas pour commencer à et se mettre à.

Note: TLFI définit se mettre à ainsi: "Commencer à faire quelque chose; entrer dans un processus.", i.e. en utilisant commencer à (!)

  • C'est aussi mon impression. Est-ce que ce n'est pas s'y mettre qui est un peu moins soutenu ? – Alexandre Flak Feb 7 '17 at 20:25
  • @AlexandreFlak - ma réponse milite pour un certain agnosticisme dans les cas où un contexte n'est pas fourni :-) – Frank Feb 7 '17 at 21:18
2
  1. Y a-t-il une différence de registre entre « commencer » et « se mettre » ?

Oui si l'on compare « commencer de » à « se mettre à », mais non si l'on compare « commencer à » à « se mettre à ».

Le plus rare « commencer de + verbe », souvent utilisé pour éviter un hiatus, est généralement considéré comme étant d'un registre plus soutenu que « commencer à + verbe ».

Références:
TLFi

b) Commencer de est plus fréq. dans la lang. soignée que dans la lang. usuelle ou fam.
...
d) Afin d'éviter l'hiatus, l'usage soigné tend parfois à employer de lorsque commencer est à une forme qui se terminera par une voyelle, ou devant les verbes commençant par une voyelle. 2. Dans l'emploi fam. (supra H. Bazin et Simenon) on ne rencontre jamais de.

OQLF

L’expression commencer à est cependant beaucoup plus répandue et courante que commencer de, qui est aujourd’hui sentie comme soutenue, littéraire.

Langue soutenue:

Il commença d'avoir faim. → On évite le double hiatus

Aucun bruit n'annonce le jour, sinon le grincement des girouettes sous la brise de terre, et de la plume sur le cahier où vont commencer de s'écrire, ce matin même, Les Travailleurs de la mer. Bertrand Poirot-Delpech - Victor Hugo et la mer - Académie Française - 2002

Langue usuelle:

Il commença à avoir faim. → [a.a.a]

Cette différence est controversée, voir http://www.seinan-gu.ac.jp/~trubert/A-DE.html

« Se mettre » est un peu moins précis que « commencer »1 et peut donc être considéré d'un registre légèrement moins soutenu que ce dernier, mais la différence est infime et surtout très relative. C'est l'expression complète qui déterminera véritablement le registre utilisé.

Par exemple « Tu commences à me les briser » est certainement d'un registre moins soutenu que « Hier, nous nous mîmes à l'œuvre de bonne heure » ;-)

Autant « se mettre » que « commencer » peuvent en effet apparaître dans des phrases de registre soutenu, courant ou familier. Ce ne sont tout simplement pas des « marqueurs » de registre.

Il existe des verbes pouvant remplacer « commencer / se mettre à » qui sont eux, clairement associés à un registre donné:

Il serait plaisant que vous entamiez votre labeur ! (soutenu)

Il faut te mettre au travail ! (courant)

Il faut commencer ton travail ! (courant)

Faut te foutre au boulot ! (familier)


  1. Peut-on employer l’un ou l’autre indifféremment ?

Non, pas toujours. Une nuance de sens est possible : « commencer » peut indiquer la première étape d'un processus graduel (anglais begin) alors que « se mettre à » indique plutôt un changement d'état, une bascule (anglais start).

Il commence à dormir : décrit le début de l'endormissement, il s'endort

Il se met à dormir : il était réveillé, il est endormi.

Il commence à parler russe : son apprentissage de la langue russe commence à porter ses fruits.

Il se met à parler russe : il parlait dans une autre langue et subitement, il parle en russe.

Cette différence peut être neutralisée par la présence d'un adverbe:

Il s'est mis lentement à se lever = Il commença à se lever

Soudain, il commença à dormir = il s'est mis à dormir

Il existe des cas où « commencer » ne peut pas se substituer à « se mettre » :

Il se met à poil→ Il commence à poil

Il se met au courant → Il commence au courant

Tu t'es mis à dormir pendant une heure → Tu as commencé à dormir pendant une heure

« Commencer à se mettre » est possible mais « se mettre à commencer » est rarissime:

Tout le monde commence à se mettre au travail. → Tout le monde se met à commencer de travailler

Parfois, « se mettre à » peut difficilement traduire commencer:

Il a commencé sa vie en Grèce → Il s'est mis à vivre en Grèce.

Il commence à être célèbre → Il se met à être célèbre

Je commence à être sourd → Je me met à être sourd

C'est vous qui commencerez en premier → C'est vous qui vous mettrez en premier

Les problèmes commencent à être résolus → Les problèmes se mettent à être résolus

Ça commence à se savoir → Ça se met à se savoir

À la négative, les sens sont différents:

Je n'ai pas commencé à manger (= pas encore)

Je ne me suis pas mis à manger (= c'est faux, pas du tout)

Une thèse de doctorat analyse en profondeur les différences entre « se mettre à » et « commencer » : La construction inchoative se mettre à: syntaxe, sémantique et grammaticalisation, Filip Verroens, Universiteit Gent, 2011

1 TLFI:

Rem. gén. 1. Dans la lang. soutenue et notamment dans la lang. écrite, on emploie souvent un verbe plus précis que mettre ou se mettre.

  • Avez-vous des exemples ou commencer peut-être utilisé avec de ou à indifféremment (donc le sens doit être exactement le même), mais où l'on peut percevoir la différence de registre? Idem pour la précision de commencer. – Frank Feb 7 '17 at 15:33
  • My sense is also that, difference in meaning aside, se mettre à is slightly more soutenu than commencer à. A couple of book examples: here notice "Je me mis à faire des calculs et je reconnus qu'au prix où l'on avait la terre dans ce moment-là, ..." where it's comfortably in the passé simple. Meanwhile, here, commencer sits snugly in a passage of not terribly high register (though not informal, either). Of course, a wider sample is needed, but that's my intuition. :) – Luke Sawczak Feb 7 '17 at 15:39
  • La forme commencer de sonne bizarre maintenant, je dirais. Il commença d'avoir faim? oui, pourquoi pas. – Frank Feb 7 '17 at 18:48
  • @jlliagre - la nuance commencer à / commencer de est très intéressante, mais je crois que c'est un élargissement de la question de l'OP, qui porte simplement sur commencer et se mettre, et si l'un ou l'autre induit un langage de registre différent. – Frank Feb 7 '17 at 18:51
  • @jlliagre - link pour 1-TLFI (la référence)? – Frank Feb 7 '17 at 18:52
2

Il me semble que 'se mettre' souligne plus le déclenchement de ce qui est présenté à sa suite. Comme s'il s'agissait d'en présenter surtout le point de départ.

Alors qu'avec 'commencer', j'ai l'impression qu'une suite possible est déjà envisagée, que 'commencer' laisse déjà entendre que ce qui suit va continuer.

Si mon intuition est exacte, on peut donc parfois parler de la même chose de deux points de vue différents. Il faudrait confronter ceci à un solide corpus d'exemples.

Quant à la différence entre 'commencer/continuer à' et 'commencer/continuer de', elle rappelle celle que l'on trouve en anglais entre 'begin/continue to' et 'begin/continue V-ing'. (V=verb)

Dans les phrases où l'on a à effectuer ce type de choix, on se retrouve avec un premier verbe (V1) à ou de (qu'il faut savoir choisir) suivi d'un deuxième verbe (V2).

V1 et V2 sont chacun porteur d'information.

Lorsque le poids informationnel de V2 est plus important (nouveau) que celui de V1, on aura 'V1 à V2'. Cas le plus courant.

Par contre, lorsque c'est l'inverse on aura 'V1 de V2'.

Exemple (cité par Adamcweski qui a mis au jour ce point de grammaire):

Pas de changement dans les jours à venir. Il va continuer de faire beau jusqu'à la fin de la semaine.

L'information 'faire beau jusqu'à la fin de la semaine' n'est pas vraiment nouvelle, elle est déjà contenue dans 'pas de changement dans les jours à venir' C'est pour signaler cela que 'de' apparaît.

Si l'on observe maintenant le magnifique exemple cité par Jiliagre:

'Aucun bruit n'annonce le jour, sinon le grincement des girouettes sous la brise de terre, et de la plume sur le cahier où vont commencer de s'écrire, ce matin même, les Travailleurs de la Mer. (Bertrand Poirot-Delpech / Victor Hugo et la Mer.)

Le verbe 'commencer' a ici plus de poids informationnel que 's'écrire' dont le sens est anticipé par ce qui précède: 'le grincement de la plume sur le cahier'. C'est la raison pour laquelle 'de' apparaît dans cet exemple.

1

Je ne pense pas qu'on puisse noter une quelconque différence de registre entre ces deux expressions . Il est possible qu'en pratique "se mettre à" soit utilisée de manière plus fréquente dans un registre plus soutenu , mais la différence principale selon moi réside surtout dans la définition que l'on attache à ces expressions. Dans mon interprétation de ces expressions , "se mettre à" est une action antérieure à "commencer". Je voit la première expression comme une préparation à la deuxième. J'ai conscience que cette interprétation est très personnelle , peut sembler erronée ou hors sujet mais dans un registre soutenu les expressions sont souvent plus précises que dans un registre courant voir familier.

Le choix de l'expression à utiliser dépend selon moi plus de son adéquation à la situation que de l'appartenance de la dite expression à un registre particulier.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.