4

Dans une construction avec "l'essentiel de", accorde-t-on avec l'objet ou avec essentiel ?

Par exemple pour un accord en genre, dit-on:

"l'essentiel de la journée était ensoleillée"
ou
"l'essentiel de la journée était ensoleillé" ?

Pour un accord en nombre, dit-on:

"l'essentiel des troupes sont arrivées"
ou
"l'essentiel des troupes est arrivé" ?

Dans un exemple plus subtil où genre et nombre sont déduits de l'accord, dit-on:

"l'essentiel des athlètes est inscrit à la même fédération"
ou
"l'essentiel des athlètes sont inscrites à la même fédération" ?

Y a-t-il une règle plus générale qui dicte comment se fait l'accord dans une construction de ce type ? Notamment, ce cas est-il assimilable à l'accord pour les noms collectifs, que certains ont cité ?

  • 2
    Pour moi la situation est semblable à french.stackexchange.com/q/2770/176; l'accord se fait suivant le sens désiré. – Un francophone Mar 9 '17 at 8:23
  • Ah merci, c'est effectivement une construction très proche. – Julien Guertault Mar 9 '17 at 9:47
  • 2
    Ce serait intéressant de généraliser la question un peu : je suis d'accord que le verbe s'accorde avec "l'essentiel", mais il y a d'autres formations assez proches pour lesquelles on peut se poser la question... Par exemple je pense qu'on dirait plutôt "la plupart des avocats sont mûrs" et non "la plupart des avocats est mûre". Que dire de "une majorité de...", "une minorité de...", y a-t-il une règle ? – qoba Mar 9 '17 at 12:12
  • @jiliagre, Je ne vois pas ce que vient faire morceau qui n'est pas vraiment un collectif en général et certainement pas dans le morceau d'orange. Les collectifs en français s'accordent suivant le sens désiré. (Essentiel de la journée, c'est pas un usage collectif, donc l'accord est avec essentiel. Le sens d'essentiel me laisse penser qu'accorder avec essentiel plutôt qu'avec le complément est souvent ce qui sera désiré même dans les usages comme collectif.) – Un francophone Mar 9 '17 at 12:24
6

Les termes collectifs sont sujets au même choix.

Les deux sont possibles, lorsqu'il s'agit d'un collectif au pluriel, avec une préférence pour le pluriel.

Il s'agit d'un syllepse de nombre.

  • L'essentiel des problèmes + singulier/pluriel.

ATTENTION: l'essentiel de cette affaire est résolue (pas de pluriel possible).

  • La majorité des élèves + singulier/pluriel.

  • la plus grande partie des erreurs + singulier/pluriel.

  • l'ensemble des participants + singulier/pluriel.

  • la totalité des participants + singulier/pluriel.

idem avec la plupart, un troupeau, une bande de ...

La plupart s'en allaient chercher une autre terre ("Les Membres et l'Estomac", Jean de la Fontaine)

Le Grand Robert:

Cour. LA PLUPART DE... (suivi d'un pluriel): le plus grand nombre de... - Généralité, majorité. La plupart des hommes, des enfants sont... . La plupart de ceux qui... . La plupart d'eux (vx), d'entre eux, d'entre nous. - Dans la plupart des cas. Chez la plupart des peuples. - REM. L'accord, dans l'usage ancien, se faisait aussi avec la plupart et non avec son complément au pluriel; cet emploi est un archaïsme littér.: «La plupart des vivants n'attend rien...» (- Immolation, Suarès). Cf. Tristan Derème, Alain, André Billy, cités par Grevisse, le Bon Usage, § 806, Rem. 2.

Mais ceux-ci seraient plutôt utilisés avec un singulier (il y a un sens supplémentaire à collection, liste) :

  • la collection des livres + singulier.

  • la liste des courses + singulier.

  • le groupe des participants + singulier.

  • 3
    J'ai n'ai rien trouvé dans la littérature où j'ai toujours vu l'accord au singulier. J'ai en revanche trouvé cette phrase sur un site officiel « L’essentiel des personnalités politiques françaises sont présentes lors des obsèques de Raymond Barre au Val-de-Grâce… » mais je dois avouer qu'il ne m'a pas convaincu. J'aimerais une référence plus solide… – jlliagre Mar 9 '17 at 20:12
  • 1
    @jlliagre - dans Grévisse, mais je ne l'ai pas sous la main. Dewaele aussi: projet-voltaire.fr/regles-orthographe/… – guillaume girod-vitouchkina Mar 9 '17 at 20:33
  • 2
    Oui, bien sûr. Je suis tout à fait d'accord pour « la plupart » et les autres noms collectifs habituels. La question que je me pose est de savoir si « l'essentiel » en fait partie. Je me trompe peut-être mais j'ai plutôt tendance à considérer « l'essentiel » non pas comme une collection mais comme une qualité que l'on extrait comme avec « le meilleur, la crème, l'élite, etc. » pour lesquels il me semble que le pluriel est impossible: « Le meilleur des troupes sont arrivées » « La crème des troupes sont arrivées » « L'élite des troupes sont arrivées » – jlliagre Mar 10 '17 at 0:18
  • 2
    Il y a au moins une vraie grosse différences d'usage. "La plupart" s'accorde 5x plus souvent au pluriel qu'au singulier d'après Google Ngram viewer, tandis que "L'essentiel" ne semble presque jamais s'accorder au pluriel. books.google.com/ngrams/graph?content=l%27essentiel+des+*+sont%2Cl%27essentiel+des+*+est&year_start=1800&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3 books.google.com/ngrams/graph?content=la+plupart+des+*+sont%2Cla+plupart+des+*+est&year_start=1800&year_end=2008&corpus=19&smoothing=3 – qoba Mar 10 '17 at 0:45
  • 1
    @qoba Mon premier commentaire faisait aussi référence à une recherche sur books.google.com où je n'ai trouvé aucun accord au pluriel avec « l'essentiel ». – jlliagre Mar 10 '17 at 0:55
5

C'est la seconde forme qui est employée :

L'essentiel de la journée était ensoleillé. L'essentiel des troupes est arrivé.

Ici l'essentiel de la journée est un groupe sujet, mais on parle toujours de l'essentiel. On s'en rend peut-être plus facilement compte sur une phrase comme :

Le chant des oiseaux m'apaise (et non pas m'apaisent),

Une minorité d'oiseaux chante (chantent) faux.

  • 2
    "Le chant des oiseaux" n'est pas un bon exemple, car le chant n'est pas un ensemble d'oiseaux. Ce qui rend la question intéressante c'est que "l'essentiel des troupes" est toujours des "troupes" – qoba Mar 9 '17 at 12:15
  • 1
    @qoba J'ai rajouté un second exemple, dont la forme est plus semblable à celle de la question. :-) – Mistalis Mar 9 '17 at 12:31
3
+25

Les usages varient et je n'ai pas d'information précise sur l'essentiel de, et donc c'est simplement de l'eau au moulin. Mais si on peut établir un parallèle entre un type d'emploi et le sens attribué à l'essentiel de selon le contexte, cela constitue un exercice intéressant, mais qui ne saurait être déterminant. On a peu de mérite à présenter, de manière non-exhaustive, ce qu'on trouve au LBU en ce qui a trait à la construction nom et pseudo-complément, reste que ça illustre la grande richesse des usages et le contexte dans lequel s'articule à mon avis la question (on parsème de quelques liens à la BDL pour fins de comparaison, que je n'effectue pas) :

  • Avec espèce, façon, genre, manière, sorte, type avec la préposition de suivie d'un nom, c'est lui qui donne l'accord... dans certains cas...
    • Si le complément représente l'idée générale, le nom précédant a essentiellement la fonction d'un adjectif. Mais si espèce etc. est
      employé dans son sens ordinaire, en particulier avec un déterminant
      démonstratif, alors il donne l'accord.
    • Espèce de peut se comporter tellement comme un adjectif que son déterminant peut prendre le genre du nom qui suit, à l'oral comme à
      l'écrit !
    • Si c'est précédé de toute, c'est le nom suivant qui donne l'accord.
    • Avec force sans préposition (litt., mais illustrant la fonction de déterminant), nombre de, la plupart de, quantité de, c'est le nom qui suit qui donne l'accord.
  • Avec les expressions nominales exprimant la quantité globale et la fraction, et avec pour cent, pour mille, l'accord se fait avec le nom qui suit selon qu'il est un pseudo-complément. Ces expressions
    sont associées à la fonction de déterminant.
    • Les noms du type douzaine, centaine, millier sont fortement sentis comme déterminants.
    • Un nom exprimant la grande quantité (ex. infinité de) cède souvent sa fonction de donneur d'accord au nom qui le suit. Mais c'est selon l'importance que souhaite donner l'auteur au nom ou influence de la règle générale et il y a foule de nuances, comme justement avec foule de.
    • Les deux accords sont possibles ici (quantité) avec nombre de et quantité de à l'exclusion des cas précités, mais on semble préférer l'accord avec nom qui suit.
    • Avec les fractions proprement dites, soit d'expressions avec part, partie, fraction, ou la majorité, la minorité, le reste, on dit qu'il y a concurrence et que l'accord avec le nom complété est surtout fréquent quand c'est purement orthographique. Mais aussi fréquent lorsque le nom des fractions est au pluriel et le complément au singulier, ou lorsque le nom ou la majorité, la minorité sont pris strictement dans leur sens mathématique, ou avec le reste. Le commun de serait une locution figée avec son propre usage.
    • Pour cent, pour mille fonctionnent un peu comme les fractions et on trouve les deux types d'accord.
  • Avec des emplois collectifs qui ne sont pas perçus comme déterminants de quantité (troupe, troupeau, unité, dans certains contextes, par exemple), c'est eux qui ordinairement donnent l'accord, tout comme quand ils sont précédés d'un article défini ou du déterminant démonstratif ou possessif (« La foule des vivants rit et suit sa folie », Victor Hugo, Dans le cimetière de *** ds. Les Rayons et les Ombres). Mais l'accord est possible avec le nom complément quand il est perçu comme le cœur du syntagme, c'est-à-dire comme un pseudo-complément, mais on le dit moins naturel quand le nom complété est précédé de l'article défini.

[ En plus de la structure de l'article, on paraphrase copieusement le Le bon usage, Grevisse et Goosse, ed. Duculot, § 431, incluant la note R12 pour l'exemple qui suit. ]


Grevisse et Goosse ont déniché un merveilleux exemple pour les collectifs, pragmatique à souhait, où l'auteur aborde d'abord collectivement (le triangle) puis individuellement (les canards, plusieurs individus) son sujet :

Un long triangle de canards vole très bas, comme s'ils voulaient prendre terre ; mais tout à coup la cabane, où le caleil est allumé, les éloigne : celui qui tient la tête de la colonne dresse le cou, remonte, et tous les autres derrière lui s'emportent plus haut avec des cris sauvages.

[ Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, 267 ]


Selon moi l'essentiel n'est pas un collectif dans le sens expliqué. Je l'associe davantage à la quantité, alors que l'essentiel de la journée, que c'en soit la majorité ou plus grande partie du 24 heures ou la majorité du temps où l'ensoleillement est possible, c'est a priori un sens mathématique selon moi (et donc journée pourrait donner l'accord) ; mais pas strictement (comparer avec l'exemple du LBU : la majorité des députés rejeta le projet). Ce serait la même chose pour les troupes et les athlètes, mais on pourrait peut-être vouloir dire la partie la plus importante d'un point de vue qualitatif, et dans ce cas on pourrait choisir l'accord avec l'essentiel (masc. sing.). On peut certainement dire que la quantité est un vecteur servant à la catégorisation de certains usages, mais le choix demeure et on hésite...

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.