3

Il y a plusieurs emplois et usages du mot maître en composition avec le nom de celui/celle qui exerce un métier. On nous explique au TLFi que du Moyen-âge jusqu'au 19e on entendait du maître « [c]elui qui, ayant accompli son apprentissage et réalisé le chef-d’œuvre, avait obtenu les lettres de maîtrise et était reçu dans un corps de métier (ce qui lui conférait le droit d'avoir des compagnons et des apprentis) », comme un maître charpentier. C'est un contexte où on a des « traditions de corporation et de compagnonnage » associées au titre (Larousse). Mais il y a aussi plusieurs emplois où le maître est une personne qui « dirige des ouvriers, des employés, des subordonnés », soit le patron, ou le chef d'équipe, où l'on retrouve les maître/maîtresse d'atelier, maître charpentier, maître menuisier et éventuellement des emplois plus spécialisés comme le maître d'équipage dans le domaine nautique, par exemple (TLFi II. A. 2. a, b, c).

Par ailleurs on a aussi le maître(-)artisan ou l'artisan, celui qui exerce un art mécanique ou un métier manuel avec les qualifications professionnelles et le processus de certification qui y sont souvent associés. Le terme artisan peut être antéposé (la spécialisation ou plus rarement, nous dit-on, la fonction) ou postposé (quand il est secondaire à une autre activité, par exemple) au substantif du métier etc. En combinant le lexique on a des exemples comme artisan serrurier, maître artisan ferronnier, artisan relieur ou maître en serrurerie d'art, avec la préposition en. Pour clore ce bref survol, on produit la remarque sous le maître-artisan :

Rem. La langue commerciale actuelle abonde en composés où le 1er élément maître semble seulement destiné à indiquer l'habileté de celui qui exerce le métier en question. Maître-tapissier, maître-verrier. 8 Français sur 10 pourraient recevoir leurs amis autour d'un feu de bois. R.L.D., maître-atrier répond à leurs questions (Femmes d'aujourd'hui, 23 oct. 1968). J.L., Maître-rôtisseur: Grillades au feu de bois (Le Monde, 7 avril 1966 ds Gilb. Mots nouv. 1971).

[ Trésor de la langue française informatisé, TLFi, à maître (II. B. 1. b) ]

Et donc ces composés s'ajoutent à ceux qui précèdent de sorte qu'on se demande comment s'y retrouver.


  1. En ce qui a trait à celui ou à celle qui exerce un métier, à l'exclusion de l'idée de direction :
    • en quoi les composés artisan/maître/maître(-)artisan + [ nom de celui qui exerce ] ou [ en (nom du métier) ] (artisan serrurier / maître serrurier / maître(-)artisan serrurier / idem... en serrurerie etc.) ont-ils une signification ou des connotations différentes le cas échéant ?
      • est-ce différent selon les catégories de métiers ou est-ce que ce sont toutes des variations du maître(-)artisan où un des termes tomberait avec tel ou tel usage ?
      • l'artisan constitue-t-il un sous-ensemble du maître, son extension ou son prolongement moderne ou a-t-on une réponse à une question plus intelligente sur le sujet ?
  2. Avec le maître + [ nom de celui qui exerce ], comment distingue-t-on généralement dans une phrase qu'il s'agisse du dirigeant/chef ou du professionnel ?
  3. Les emplois de maître destinés à indiquer l'habileté de celui qui exerce, et dont on discute en remarque, contiennent-ils toujours le trait d'union ; au final est-ce en ce sens (la grande habileté) que l'on comprendrait de prime abord aujourd'hui tous les composés avec maître qui précèdent (1&2) ?
  • Je sais que l'anglais ne nous intéresse pas dans cette question, mais j'ai entendu à la radio ce matin master salesman, ce qui montre que cette idée de maître qqch existe aussi en anglais avec le sens d'habileté supérieure (et peut même être utilisé ironiquement). – Frank Mar 13 '17 at 15:26
2

A mon avis la grande habileté est le dénominateur commun. Je pense pas que l'on fasse de fortes distinctions suivant le sens de dirigeant ou non de nos jours, sauf peut-être cas spécialisés dans certains métiers (dont je ne suis pas au courant). En général, on comprend maître avant un nom comme étant un grade supérieur au mot non qualifié: le maître artisan est un meilleur artisan que le simple artisan, le maître ouvrier est un meilleur ouvrier, et ainsi de suite. Je pense que l'emploi moderne du mot maître devant un nom de métier s'utilise plutôt pour des métiers manuels. Je n'ai jamais entendu maître docteur ou bien maître mathématicien. Je pense que cette appellation est vieille et se rencontre plutôt dans des contextes très traditionnels.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy