10

I ever heard from my French teacher that "du coup" is used only for spoken usage, but I'm not sure about it.

  • 2
    ...and du coup, you're not so sure about it? ;) – Montée de lait Apr 15 '17 at 11:46
12

Du coup is widely used in written French, but you will find that some people follow the recommandation of the Académie Française of not using it as a synonym of donc and only use it in the sense of aussitôt. But as we can see in the example taken from Zola (below) the barrier between the two meanings is sometimes very thin.

My point of view is that language is a living thing, it evolves and we find numerous instances of du coup used in the sense of donc in very good writings.


Il y a autour de l'expression « du coup » une polémique qui se trouve résumée dans cet article de 2005 : «Du coup». Un vilain tic de langage © Le Télégramme
Cet article reflète autant l'usage de l'expression à l'oral qu'à l'écrit.

L'Académie Française recommande de ne garder l'usage de l'expression que dans son sens premier d'« aussitôt » et décourage l'emploi de « du coup » pour exprimer la conséquence :

La locution adverbiale du coup a d’abord été employée au sens propre : Un poing le frappa et il tomba assommé du coup. Par la suite, on a pu l’utiliser pour introduire la conséquence d’un évènement : Un pneu a éclaté et du coup la voiture a dérapé. Mais, ainsi que le dit Le Bon Usage, il exprime « l’idée d’une cause agissant brusquement », et à sa valeur consécutive s’ajoute donc une valeur temporelle traduisant une quasi-simultanéité. Du coup est alors très proche d’aussitôt. On ne peut donc pas employer systématiquement du coup, ainsi qu’on l’entend souvent, en lieu et place de donc, de ce fait, ou par conséquent. On évitera également de faire de du coup un simple adverbe de discours sans sens particulier.

Ce n'est ni la première, ni la dernière fois sans doute, que des puristes s'offusquent de l’évolution de la langue. L'usage nous montre que « du coup » est aussi présent dans la langue orale que dans la langue écrite, et dans des écrits dont le style ne saurait être qualifié de familier.

L'air entrait par bouffées glaciales, tous deux s'emportaient, en soutenant chacun l'exactitude de ses renseignements, lorsque des cris et des larmes éclatèrent. C'était, dans son berceau, Estelle que le froid contrariait.
Du coup, Maheu se réveilla. (Émile Zola, Germinal)

les hasards d'une conversation avec sa mère l'amenèrent à en faire l'aveu, et le lièrent ainsi à une fantaisie de gosse, qu'il eût si facilement abandonnée, qu'il était du coup dans l'obligation de poursuivre. (Aragon, Les Beaux quartiers,1936, p. 239. Exemple du TLF, qui d'ailleurs ne qualifie pas l'expression de familière).

Dans sa fonction verticale le signe renvoie à des entités moins vastes, plus concrétisée que le symbole – ce sont des universaux RÉIFIÉS, devenus OBJETS au sens fort du mot; or, relationnée dans une structure de signe, l'entité en question (le phénomène, ou le personnage) est, du coup, transcendentalisée, élevée au rang d'une unité théologique. (Julia Kristeva, Le Texte du Roman: Approche sémiologique d'une structure discursive transformationnelle)

Ce profit est une meilleure compréhension des valeurs intrinsèques de l'œuvre, et, du coup, une interprétation plus poussée de ses rapports externes. (Guy Demerson, Louise Labé, les voix du lyrisme)

Du coup le sublime retombe. L’aura qui entourait le sacrifice du père Goriot s’efface, et il ne reste plus de son sacrifice que l’image d’une servitude volontaire, d’une domesticité, quand le maître de la domus n’est plus qu’une sorte d’animal domestique, de « toutou » manipulé. ( Le sublime et le grotesque chez Balzac : l’exemple du « Père Goriot », par Pierre Brunel, paru dans une revue universitaire.)

  • 1
    What's the reason for the downvote? – Laure Apr 16 '17 at 6:53
7

I have no idea why someone would say that, at least for its meaning (and I know of no others) of "as such, by the same token".

It's a perfectly valid locution at most language levels. It's in the Trésor de la Langue Française and the Académie dictionaries, and covered in Grevisse (Bon Usage, 14th ed. §1006 f.) with no usage notes anywhere.

  • 1
    To support your answer the TLF has a sentence form Louis Aragon to illustrate the phrase. – Laure Apr 15 '17 at 6:08
1

"Du coup" is only for spoken usage. But it can be used quite informally in a private message for instance.

1

I wouldn't say it is only for spoken language, but this is somehow familiar.

So, IMHO, it depends of the context.

But, indeed, we tend to use it more often when we talk ... at least in Belgium.

-1

Yes, 'du coup' is only spoken, you should not write this down.

EDIT Finding it on 'very good books' does not mean it is commonly accepted sorry. Du coup is used, in the spoken language, mainly as the consequence of something like 'which leads to', 'so', 'consequently'. My point is that if you write an application to a job and you use it, someone might find you way too friendly.

  • What? Where did you get that idea? Give me a citation! – Circeus Apr 15 '17 at 2:40
  • Would you use on a job application? On a thesis dissertation? I hardly think so...Personnaly see that it sounds way to friendly... – Astrom Apr 15 '17 at 3:21
  • 1
    Numerous examples of du coup found in googlebooks from French speaking writers, in all sorts of writings, novels, academic & institutional writings, of course I only selected du coup as meaning à la suite de quoi, and eliminated coup as "blow" in my search. – Laure Apr 15 '17 at 6:04
  • Incidentally, "which leads to" and "consequently" are both fairly elevated in English. :) – Luke Sawczak Apr 17 '17 at 3:18

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.