3

Dans L'Étranger, un personnage décrit une fille qui l’a trompé :

Il m’a demandé si je pensais qu’il y avait de la tromperie, et moi, il me semblait bien qu’il y avait de la tromperie, si je trouvais qu’on devait la punir et ce que je ferais à sa place, je lui ai dit qu’on ne pouvait jamais savoir, mais je comprenais qu’il veuille la punir.

Pourquoi le subjonctif ici?

  • Est-ce que la fin de cette réponse aide ? french.stackexchange.com/a/23036/79 – Stéphane Gimenez Jun 14 '17 at 21:29
  • @StéphaneGimenez Partiellement, quoi que la règle qui a provoqué cette utilisation de subjonctif est probablement en jeu ici: "Il a du mérite. Je ne le conteste pas. Je ne conteste pas qu'il ait du mérite." – user5389726598465 Jun 14 '17 at 22:35
  • "Je ne conteste pas qu'il a du mérite" serait une faute ? Vraiment ? Je serais d'accord pour "Je conteste qu'il ait du mérite". Mais pour la 1ére phrase... – jcm69 Jun 15 '17 at 0:53
  • Un expert de langue pourrait-il/elle mettre ces questions au clair? – user5389726598465 Jun 15 '17 at 1:28
3

Dans cette phrase, la personne elle même n'est pas d'accord avec le fait de la punir, "on ne peut pas savoir". De plus la punition n'a pas eu lieu. On est en train de se demander s'il faut punir. Lui, se dit "il faut que je la punisse". C'est bien, à mon avis, un subjonctif.
En fait avec comprendre, tout dépend de son interprétation.
Si c'est au sens de saisir par la pensée, se rendre compte SANS APPRÉCIATION → indicatif: "j'ai bien compris ce que vous m'avez dit".
Si c'est au sens de saisir les motifs d’un fait connu, le trouver normal, L’ADMETTRE → subjonctif: Je comprends qu’elle l’AIT quitté ("moi pas" me dit Bernard, mais c'est autre chose :)
Voir https://www.etudes-litteraires.com/forum/topic4001-apres-les-verbes-admettre-comprendre-expliquer-et-supposer-indicatif-ou-subjonctif.html

-2

Because it's all speculative... A lot of the point of the subjunctive in general.

Incidentally, you'd say 'une fille l'a trompé', not triché sur lui.

  • "Je comprenais" n'indique pas qu'il doute la proposition subordonnée. – user5389726598465 Jun 14 '17 at 16:27
  • 'si je pensais' 'il me semblait', what about this paragraph is not speculative? This myopic thing of focusing on the next word is not how people really speak. Grammar is supposed to express thought, not the other way around. – George M Jun 14 '17 at 17:01
  • parce qu’alors la phrase serait "qu’il y ait" dans la proposition subordonnée régie par "semblait" et "pensais" – user5389726598465 Jun 14 '17 at 17:04
  • 1
    ah non non, le fait est avéré et fini. Enfin, moi, je comprends "Il m’a demandé si je pensais qu’il y avait de la tromperie" dans ce qui c'était passé et qui doit être décrit dans les phrases précédentes. Non ? Et le reste de la phrase : en fonction de cette tromperie, est-ce qu'il faut punir. Me trompé-je ? – jcm69 Jun 15 '17 at 1:07
  • Ben non, la seule chose qui soit avérée c'est la suspicion, pas la tromperie elle-même:-). Et -si- elle l'avait vraiment trompé, Meursault comprendrait qu'il veuille la punir. Pas du tout la même chose. – George M Jun 15 '17 at 15:55

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.