4

Cela semble-t-il étrange pour un locuteur natif français : « Marie est venue, comme nous en étions convenus » ? Pourquoi avoir vs être serait utilisé avec convenir ici et en général ? Y a-t-il une différence subtile ? Y a-t-il une raison spécifique lorsque être est utilisé ? Peut-être que l'auteur veut obscurcir ou dispenser de culpabilité le sujet pour une raison quelconque ? Il n'y a aucune raison dans le contexte pour que ce soit le cas ici.

  • Il semble que j'avais déjà répondu à la question et que j'avais oublié, est-ce vraiment un doublon ? – Laure Jun 14 '17 at 18:14
  • 2
    @Laure Je ne crois pas. L'autre est seulement un commentaire, pas une réponse complète. – user5389726598465 Jun 14 '17 at 18:52
5

Selon le TLFi :

La règle traditionnelle est d'employer convenir :

  • avec l'auxiliaire être dans le sens de « se mettre d'accord, reconnaître » ;
  • avec l'auxiliaire avoir dans le sens de « être approprié » ;

mais cette règle n'est pas toujours suivie, et l'usage tend à employer avoir comme seul auxiliaire, dans les 2 cas.

  • 2
    Dans ce cas, l'être est le choix approprié et Albert Camus était grammaticalement correct – user5389726598465 Jun 14 '17 at 17:46
6

Convenir peut se conjuguer avec être ou avoir.

L'Académie Française dit:

Le verbe convenir, quand il signifie « correspondre aux besoins, aux goûts, aux aptitudes de quelqu’un », se construit avec l’auxiliaire avoir ; on dit Jusque-là cette fonction m’a convenu. Mais quand convenir signifie « décider, arrêter d’un commun accord », il se construit avec l’auxiliaire être. Employer avoir dans ce cas est une faute qu’il faut éviter.

Grevisse, §6 58, remarque 3, 10e édition :

Cette distinction est « subtile et franchement arbitraire », dit l’Office de la langue française (cf. revue Université, févr. 1938, p. 127). — Il n’est pas douteux, en effet, que le bon usage actuel n’autorise l’emploi de l’auxiliaire avoir avec convenir (déjà chez J.-J. Rousseau, Romain : cf Littré) dans le cas où la règle officielle demande l’auxiliaire être : Nous avons convenus que je ne t'écrirais qu'au bout d'un certain temps (Stendhal, Corr. t II, p. 123).

Donc Camus suit l'Académie Française mais Grevisse donne de très nombreux exemples de « grands » écrivains qui ne suivent pas cette « règle ».

Ce sujet est source de discussions :

  • 1
    Ça n'invalide pas votre dernière remarque, mais le Juridictionnaire est une œuvre, que d'aucuns qualifient d'exceptionnelle, de l'Université de Moncton (Jacques Picotte), au Nouveau-Brunswick (Néo-Brunswickois(e)). Termium+ dispose de contenus originaux et a aussi un rôle d'agrégateur de contenu. Merci ! – user3177 Jun 18 '17 at 19:34

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.