4

On dit, par ex.:

D'habitude, elle n'est pas aussi féminine, tant s'en faut ! Elle porte la peau de chat, c'est tout.

L’expression péjorative japonaise 猫をかぶる "neko wo kaburu", signifiant littéralement « porter la peau de chat », se réfère souvent à une femme qui se montre tout sucre, tout miel auprès de son copain ou en public, alors qu'habituellement elle se comporte comme un garçon manqué, par exemple, ou manque peut-être aux convenances.

Quand on dit « une femme porte la peau de chat », on laisse entendre qu’elle joue les petites filles modèles, quitte à la faire passer pour une véritable abrutie. Car tous ceux qui l'entourent (sauf son chéri, bien sûr !) savent très bien que derrière sa voix mielleuse et son sourire doucereux se cache sa réelle personnalité un peu moins mignonne...

Nombreux sont d’ailleurs ceux qui prétendent que « a wolf in sheep's clothing / un loup portant la peau d’agneau » est son équivalent en anglais, mais ce sont des faux amis.

Quelqu’un comme un loup n’a pour but que de faire du tort ou de s’en prendre à quelqu'un d'autre. Et ce n’est qu’à cette fin qu’un loup fourbe manifeste une amabilité de façade envers sa proie.

Quant à 猫をかぶる, par contre, le comportement apparemment attirant d’une femme vise simplement à ce qu’elle s'introduise dans les bonnes grâces de quelqu’un. Il s'agit là tout bonnement d'essayer de se mettre en valeur, se montrer sous son meilleur jour.

  • 1
    Juste une piste sans conviction, « cacher son jeu » (cacher ses objectifs pour éventuellement mieux les atteindre, et ne se dit pas que pour les femmes - les hommes en font tout autant). – Laure Sep 2 '17 at 9:49
  • Comme Laure, je pense qu' il existe des expressions similaires, mais qu'elles ont un sens bien plus large que celui d'une femme "qui porte une peau de chat" – Charly Sep 4 '17 at 8:20
  • 1
    Une jolie fleur dans une peau de vache, Une jolie vache déguisée en fleur, Qui fait la belle et qui vous attache, Et qui vous mène par le bout du cœur (Georges Brassens) – mouviciel Sep 4 '17 at 11:18
  • @Charly Hi. 猫をかぶる peut s’appliquer aux deux sexes, quoique réservé surtout aux jeunes femmes auxquelles il est primordial de se montrer sous son meilleur jour. – Con-gras-tue-les-chiens Sep 4 '17 at 20:40
  • Sans grande conviction, « faire la/sa coquette » (ou « faire le/son coquet », l'emploi au masculin est rarissime). Cette expression signifie entreprendre de séduire en essayant de se faire bien voir quite à jouer les petites filles/garçons modèles, faire cas d'un rien. – 永劫回帰 Sep 5 '17 at 11:45
6
+100

Un peu subjectif, mais je pense que "faire patte de velours" a un sens assez proche de ce qui est décrit dans la question et présente l'avantage de faire référence au chat également.

De plus amples informations ici, que je recopie ci-dessous:

Faire patte de velours

Signification : Se donner une apparence douce et inoffensive, se montrer aimable et arrangeant malgré ses sentiments pour obtenir quelque chose.

Origine : Expression française qui remonte au milieu du XVIIème siècle, longuement utilisée en parlant du chat pour prendre ensuite et par métaphore relative à l’animal en question qui se donne une apparence douce et inoffensive mais qui peut toutefois blesser. En effet, le chat est parmi les animaux celui qui peut retirer ses griffes et les ressortir à volonté.

Exemple d’utilisation : Faire la patte de velours, manière de parler figurée pour flatter ou caresser quelqu’un. Et de peur de les blesser faisait patte de velours. (D’Ablancourt : Dictionnaire comique)

En complément, je propose également "faire la sainte nitouche" (que j'indiquais dans les commentaires). En effet, il me semble que "faire patte de velours" ne reflète pas suffisamment l'aspect péjoratif de l'expression qu'on retrouve mieux ici. La définition ici.

Et, même source.

Faire la sainte nitouche

Signification: "faire la sainte nitouche" signifie jouer la femme chaste et innocente et par extension fait allusion à celle qui cache ses défauts pour se donner un air innocent.

Origine: cette expression française née et popularisée par Rabelais dans Gargantua au milieu du XVIème siècle donne un air d'innocence mêlé à une idée de fausseté et d'hypocrisie. Afin de mieux comprendre ses origines , il serait logique de définir les termes qui la composent selon les dictionnaires de l'époque. Une sainte est une personne dont la vie est exemplaire et qui a été canonisée selon les principes de la religion chrétienne. Elle aurait vêcu selon des préceptes de vertu et de respect de son prochain. Elle n'approcherait pas les plaisirs charnels et se consacrerait aux nourritures spirituelles. La "sainte nitouche" est celle qui se veut être innocente, irréprochable alors que tous ceux qui l'entourent connaissent sa véritable nature.

Le texte de Rabelais de 1534, en français de l'époque "Saincte Nytouche" (chapitre 27).

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.