6

Je crois mais je voudrais être sûre (car je ne trouve pas d'explication sur internet) que lorsqu'on commence une phrase par « en tant que », le sujet doit obligatoirement correspondre.

Par exemple, « En tant que femme, je suis d'accord avec vous » (correct) et « En tant que femme, vos idées ne me plaisent pas du tout » (incorrect).

J'aimerais aussi savoir (si j'ai raison) comment on appellerait ce genre d'erreur syntaxique. Est-ce qu'on peut appeler ça un solécisme ou pas ? J'ai assuré à quelqu'un que c'en était un mais il doute et je n'ai pas trouvé de preuve concrète.

J'ajouterais que ma question ultime porte sur « comme tout bon » (mais c'est encore plus dur à trouver). Comme tout bon chrétien, je vais à la messe le dimanche (correct). Comme tout bon chrétien, le péché me dégoûte (incorrect). Et donc encore, quelle serait la catégorie de cette erreur ?

  • Tu as raison, ce serait une faute. Ça s'appelle un dangling modifier... Je chercherai le nom en français. – Luke Sawczak Sep 11 '17 at 12:46
  • 5
    En tant que non expert mais dont le français est la langue maternelle, la seconde option ne me choque pas et me semble relativement courante. – Tensibai Sep 11 '17 at 13:06
  • Je vais mettre un +1, car je n'aurais jamais considéré ca comme une erreur, même si je comprends l'idée... – Laurent S. Sep 11 '17 at 13:25
  • @Tensibai je suis d'accord que c'est relativement courant, mais les formulations courantes ne sont pas toujours correctes (loin s'en faut), et ça reste intéressant de vérifier ce cas particulier ! – Kerkyra Sep 11 '17 at 13:43
  • 1
    @Alone-zee in this case the commandant is obviously the locutor and the subject of the whole sentence as you emphasized it nicely, there's no doubt about who's 'en tant que commandant' refers to, whereas on the other sentences it's possible to confuse who's ' en tant que X' refers to, but I'm probably biased :) – Tensibai Sep 12 '17 at 20:02
4

Cette faute de syntaxe (parfois un effet de style chez certains écrivains) s'appelle une anacoluthe : le début de la phrase est suivi d'une construction qu'on n'attend pas. Il s'agit d'une anomalie effectivement courante, qui peut éventuellement amener des contresens mais toujours une confusion dans la compréhension de la phrase : « En entrant dans le magasin (qui, elle ou moi ?), la caissière me sourit. »

  • Mais je ne pense pas que cela soit une erreur, forcément. – Lambie Sep 11 '17 at 18:14
  • @Lambie Exact, comme tant d'autres effets de rhétorique, du pléonasme au zeugme. C'est le rédacteur qui fait tout… – Chambaron Sep 11 '17 at 18:46
  • Hum, les instincts des locuteurs natifs et des francophiles plus expérimentés me font douter le mien. Mais comme cette construction a tendance à déclencher des malentendus, qu'elle soit une faute ou non, je dirais que c'est à éviter ... mais peut-être qu'elle soit moins problématique en français que ne soient les « dangling modifiers » en anglais. – Luke Sawczak Sep 12 '17 at 0:53
  • Un cliché assumé des journalistes de faits divers est de titrer "ivre virgule" les articles qui s'y prêtent. Exemple, "Ivre, il se trompe de maison et s'endort dans le lit du voisin". Il y a quelques jours, le manque d'attention a conduit à quelque chose du genre "Ivre, sa voiture quitte la route". A se demander qui a trop bu. – Michel Billaud Sep 12 '17 at 14:03
  • Merci à tous, en gros il semble y avoir consensus pour dire que ce n'est pas tout à fait correct comme je l'imaginais, c'est effectivement la même logique dans ivre virgule. Mais aussi je voulais savoir si on ne pouvait pas appeler ça un solécisme? – Paulina Sep 12 '17 at 15:18

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.