14

Pour quelle raison on est-il utilisé au lieu de nous ? Est-ce parce que c'est plus simple grammaticalement ? Y a-t-il quelque raison pour laquelle on préfère éviter nous ?

  • 1
    Avant d'entrer dans de plus amples détails : as-tu éventuellement consulté ces questions & réponses : celle-ci, celle-là ? – RomainValeri Jun 14 '12 at 22:00
  • @Gilles: je ne comprends vraiment pas pourquoi tu as ajouté le tag verbes. Si tu y tiens vraiment, est-ce que tu peux expliquer ? – Stéphane Gimenez Jun 14 '12 at 22:32
  • @StéphaneGimenez La question concerne le groupe verbal. Pas le choix du verbe ni sa conjugaison, mais la personne à laquelle il est utilisé. Ne mettre que pronoms ne capture pas cet aspect. verbe n'est peut-être pas idéal, mais là je trouve qu'il manque quelque chose. – Gilles Jun 14 '12 at 22:37
  • 2
    @Gilles: Bof, le groupe verbal sera conjugué en conséquence, mais le choix de la personne n'est pas lié au groupe verbal. À la limite pourquoi pas sujet, puisque on est exclusivement utilisé en tant que sujet. – Stéphane Gimenez Jun 14 '12 at 22:40
9

D'après Grevisse, Le bon usage, 12ième édition, l'emploi de on comme concurrent sans nuance particulière de nous dans la langue parlée familière semble s'être répandu au cours du XIXe s.

Il n'en donne pas l'origine, mais comme l'emploi au lieu de je, tu, nous, vous, il(s), elle(s) avec une nuance stylistique (discrétion, modestie, ironie, mépris, etc.) est bien antérieur et présent dans la langue la plus soignée (Grevisse note que cet emploi au XVIIe s. appartenait au style noble), l'hypothèse d'une perte de la nuance est vraisemblable.

(Et j'ai appris que on avait pour origine le latin homo et que l'usage de l'on n'est pas euphonique mais est un reste de cette origine.)

  • C'est intéressant ça et il me semble une explication crédible. – Paolo Jun 23 '12 at 18:38
  • I'm going with this one, since the other one is too long for my taste. It carefully describes things as the are/were but doesn't take much into account semantics and usage (that are the things language is really about I think) and doesn't really talk about why the assimilation between "on" and "nous" happens. – Paolo Jun 25 '12 at 13:51
  • "Grevisse note que cet emploi au XVIIe s. appartenait au style noble" - C'est intéressant, ça expliquerait pourquoi il est plus utilisé au Québec qu'en France (puisque notre français provient principalement du langage noble du XVII siècle). – Zonata Mar 26 '15 at 19:24
13
+100

Le Dictionnaire historique de la langue française (sld Alain Rey), 1992, nous en apprend un peu plus :

ON pron. pers. indéf., d'abord om (842) puis hom, hum (1050) et enfin on (XIIIe s.) est issu du nominatif latin homo (dont l'accusatif hominem a donné homme) en position atone. À basse époque, homo est relevé dans quelques exemples comme sujet indéterminé, emploi aboutissant à sa fonction de pronom indéfini. Puisque tous les autres parlers romans, y compris l'italien et l'espagnol, connaissent aussi des représentants de homo comme pronom indéfini, il est peu probable que ce phénomène, également observé en allemand où man « on » s'est détaché de Mann, anciennement man « homme », soit influencé par le francique. Cependant c'est peut-être grâce aux Francs que l'usage de on est devenu plus général et plus fréquent en français que celui des formes correspondantes dans les autres langue romanes. Les parlers occitans font par exemple une distinction inconnue du français : ils disent on quand la personne qui parle est comprise dans le nombre des personnes auxquelles on pense ; sinon, ils se servent de la troisième personne du pluriel.
L'usage de on, pronom personnel, est fixé pour l'essentiel avant le XIIIe siècle. [...]

Et c'est à compléter par Le Dictionnaire culturel en langue française (toujours sld Alain Rey), 2005, qui dit que :

en ancien français on pouvait s'employer avec l'article défini : l'on désignait primitivement « l'homme en général, les hommes ». Cette forme fut courante jusque vers la fin du XVIIème s.

Et de retour au Bon Usage de Grevisse (10ème édition, 1975) qui note « l'emploi de on pour nous, tout à fait courant dans la langue de la conversation, et qui s'introduit même parfois dans la langue littéraire » et il cite Marcel Cohen Toujours des regards sur la langue française (1970) : « il est devenu si fréquent dans le français familier que certains commencent à se demander si on ne doit pas remplacer nous dans les tableaux de conjugaison de ce registre »
Un peu plus loin Grevisse signale que dans la langue écrite, « l'on est un substitut « élégant de on ; il n'est pas d'usage dans la langue parlée, sauf parfois chez les personnes qui surveillent leur langage et parlent comme elles écrivent. »

  • +1 pour l’étymologie. – Paolo Jun 25 '12 at 13:52
4

"On" est beaucoup plus utilisé dans le langage parlé. Lorsqu'il est utilisé à l'écrit, c'est en tant que pronom impersonnel. C'est pour détacher le rédacteur du texte (distance). En anglais, l'équivalent serait l'usage de "one":

One can use many different tools

  • 2
    On peut très bien employer on en tant que pronom personnel à l'écrit, pour peu qu'on ait une bonne raison. Je reprends la liste donnée par Grevisse : discrétion, modestie, ironie, mépris. – Stéphane Gimenez Jun 24 '12 at 20:18
2

Nature du pronom « on »

  1. LES GRAMMAIRIENS SONT LOIN DE S'ENTENDRE SUR LA DÉNOMINATION DU PRONOM « ON ».

    • LITTRÉ. soulignant son origine étymologique (homme)
      1, origine encore signalée aujourd'hui par la possibilité de lui adjoindre l'article défini (l'on)
      2, voit en lui un « substantif abstrait».
    • La grammaire traditionnelle y voit un « pronom indéfini». Ce terme est utilisé également par R.-L. WAGNER et J. PINCHON (Grammaire du français classique et moderne), par M. GREVISSE (Le bon usage).
    • La Grammaire Larousse du français contemporain le classe parmi les pronoms personnels. tout en lui réservant une place à part dans le tableau de ces pronoms.
    • Dans sa Grammaire structurale du français, J. Dunois estime que «ce pronom. rangé arbitrairement parmi les indéfinis, doit être intégré aux pronoms personnels».
    • Dans leur Syntaxe du français moderne, G. et R. LE BIDOIS l'appellent un « pronom personnel indéfini ». Cette dernière dénomination signale, bien plus qu'elle ne la caractérise. la nature très particulière du pronom on.
  2. PAR SES EMPLOIS GRAMMATICAUX, QUI CORRESPONDENT À CEUX DU PRONOM PERSONNEL SUJET «IL», LE PRONOM «ON» s'APPARENTE AUX PRONOMS PERSONNElS.

    • Comme il, le pronom on ne peut être employé que comme sujet du verbe (alors que les pronoms indéfinis sont susceptibles d'assumer bien d'autres fonctions).
    • Comme il. le pronom on n'admet, entre lui et le verbe. que les pronoms personnels le, la, les. lui, leur. me, te, se, les adverbes pronominaux en, y, ou la négation ne :
      Il te cherche / On te cherche.
      Il y pense toujours / On y pense toujours.
      Il ne le voit pas / On ne le voit pas.
      Au contraire, les pronoms indéfinis peuvent être séparés du verbe par un segment de phrase quelconque :
      Chacun de vous recevra mes instructions.
      Certains, dès l'aube, avaient pris le départ.
      Chacun, selon ses moyens, a contribué au succès de l'entreprise.
      Quelqu'un, parmi vous, pourra me remplacer.
      Plusieurs, il faut bien le dire, n'ont pas répondu à notre appel.
    • Le pronom on se place exactement comme il dans une phrase interrogative :
      Viendra-t-il? 1 Viendra-t-on?
      Quand part-il? 1 Quand part-on?
      alors que les pronoms indéfinis ne se prêtent pas à l'inversion simple, mais au contraire, comme les noms, à l'inversion complexe, celle qui utilise un pronom de reprise :
      Quelqu'un n'aurait-il pas aperçu le fuyard ?
    • Comme ils, nous, vous, elles, le pronom on est uni par la liaison au verbe qu'il précède :
      Ils_ont entendu un appel.
      On_a entendu un appel.
      Au contraire, le pronom indéfini ne se lie pas au verbe :
      Chacun 1 aura sa part.
      Quelqu'un 1 attend votre arrivée.
    • De même que le pronom il et les autres pronoms personnels sujets. on ne peut être affecté d'un déterminant (adjectif ou groupe nominal), contrairement à ce qui se passe pour le pronom indéfini :
      Quelque chose d'inquiétant passa dans son regard.
      Plusieurs de vos amis sont venus me voir.

Concurrence des pronoms «on» et «nous»

  • D'après ce qui précède. le pronom on est normalement utilisé comme substitut de il pour tenir lieu d'un sujet indéterminé :
    | soit d'un sujet singulier. mais d'identité inconnue.
    On frappe à la porte.
    | soit d'un sujet collectif :
    « On a souvent besoin d'un plus petit que soi. »
  • Il n'est pas correct de l'employer, dans une même phrase ou un même paragraphe. comme équivalent ou substitut de nous :
    « On n'était, nous, bons qu'en parlotes. »
    « Il faut prendre des mesures immédiates. - Nous, on veut bien. Mais lesquelles?»
    « Nous changeâmes de conversation. On parla du blé. de l'orge; et de ce temps humide et gris qui s'était étendu, hors de saison, sur la campagne. »
    Cette dernière construction. par laquelle on a voulu donner une couleur familière à la langue du narrateur, est à proscrire dans une prose surveillée. Quoi qu'en pensent certains grammairiens, si l'on admet l'équivalence de nous et de on dans le même paragraphe sous le prétexte que la langue parlée utilise très fréquemment ce tour, on doit exclure leur emploi dans la même phrase.
    Dans tous les cas, il faut éviter cet emploi : d'une part, l'utilisation du pronom on pour désigner des personnes antérieurement déterminées est incorrect; d'autre part, l'emploi simultané de nous et de on comme sujets crée une discordance pronominale comportant un risque d'obscurité, puisqu'on utilise tantôt la troisième, tantôt la première personne pour désigner les mêmes individus. La langue se corrompt quand se multiplient ainsi les cas les plus voyants de contamination, de confusion des emplois.

Emploi des pronoms personnels compléments renvoyant au pronom « on »

  • On va comprendre une des origines de l'emploi qui vient d'être signalé et critiqué. Soit la phrase :
    Il entre dans la cuisine, et, tout de suite, une bonne odeur de rôti l' enveloppe.
    Cette phrase est très correcte, car le pronom le est une forme complétive normale de il; il désigne le même individu et marque la même personne grammaticale.
    Si nous voulons donner à la phrase un sens général, nous substituons on à il. Mais alors une difficulté surgit : en effet, le pronom sujet on n'a pas d'autres formes complétives que les réfléchis se et soi, lesquels ne peuvent être utilisés. bien entendu, que s'ils dépendent du même verbe que celui dont le pronom on est le sujet; par exemple dans cette phrase :
    On se rend odieux quand on ne pense qu'à soi.
    Dans les autres cas, la langue utilise. pour pallier cette carence, les pronoms personnels nous ou vous :
    On entre dans la cuisine, et, tout de suite, une bonne odeur de rôti nous (= vous) enveloppe.
    Qu' on hait un ennemi quand il est près de nous!
    Lorsqu' on a passé le pont des Dourroucats, deux montagnes s'écartent tout à coup et vous découvrent une chose inattendue.
  • Ces tournures sont admises depuis longtemps, par la force des choses. Elles n'échappent pas, bien entendu, à un risque d'obscurité, qui vient précisément de la discordance pronominale. Ainsi, dans les phrases suivantes :
    On ne sait pas exactement ce qui nous fait plaisir.
    On ne sait pas exactement ce qui vous fait plaisir.
    rien n'indique expressément que on et nous (ou vous) se rapportent aux mêmes individus.
  • II convient donc d'éviter autant que possible. dans la langue écrite. ce type de discordance pronominale : on emploiera des pronoms marquant avec précision la même personne grammaticale pour désigner les mêmes individus :
    Nous ne savons pas exactement ce qui nous fait plaisir.
    Vous ne savez pas exactement ce qui vous fait plaisir.
  • L'emploi corrélatif du pronom on et de ses formes complétives nous et vous entraîne l'emploi parallèle des possessifs notre ou votre :
    L' on ne voit dans l'amitié que les défauts qui peuvent nuire à nos amis.
    Cette construction est acceptable dans les cas où elle ne nuit pas à la clarté de l'énoncé: mais, si la discordance de personnes peut impliquer que le pronom et le possessif ne se rapportent pas aux mêmes êtres, il convient de substituer nous à on.
    Voici un passage qui relève franchement de la langue parlée au niveau familier :
    « Nous allions travailler entre deux grains. L'herbe qu' on enlevait étant mouillée, on l'étendait avec nos fourches sur le grand plancher du fenil où elle fumait. »
    Certes, l'auteur utilise cette distribution de nous, on, nos pour donner une couleur populaire à la langue du personnage auquel il prête la parole. Le bon usage exigerait ici la substitution de nous à on.

Emplois stylistiques particuliers du pronom *on* substitué à un pronom personnel sujet

L'usage classique connaissait déjà l'emploi du pronom on pour désigner des personnes parfaitement déterminées lorsqu'il s'agit de marquer une intention particulière. Aujourd'hui cette possibilité s'est maintenue. et le pronom on peut se substituer à un pronom personnel sujet de la première, deuxième ou troisième personne. Il apporte alors, sous la forme d'une variation stylistique. une nuance qu'il doit à sa valeur d'indéfini.
Il marque dans tous les cas l'effacement de l'individualité de l'être qu'il désigne. Mais c'est évidemment le contexte qui permet de préciser l'intention particulière au service de laquelle est utilisé ce procédé d'éffacement.

  • L'indifférence : « Par la suite, j'ai souvent revu le juge d'instruction. Seulement, j'étais accompagné de mon avocat à chaque fois. On se bornait à me faire préciser certains points de mes déclarations précédentes. »

  • Le mépris : « Qu'entends-je? Quels conseils ose-t- on me donner? »

  • La retenue : « Allez, vous êtes fou. dans vos transports jaloux, Et ne méritez pas l'amour qu' on a pour vous. »

  • La modestie : « On examinera ensuite l'état présent des problèmes de cette science du style ... »

  • La familiarité affectueuse : « Eh bien, petite. est- on toujours fâchée?»

Conclusion

C'est sans doute la nature complexe de ce pronom qui explique l'étonnante souplesse de ses emplois, et, partant, le degré élevé de sa fréquence dans la langue parlée, surtout familière. Cela ne signifie nullement qu'il faille accepter sans discernement ni rigueur certaines tournures où son utilisation est susceptible de nuire à la correction ou à la clarté de l'énoncé.

  • Voir aussi ceci. On salue l'effort. – personne May 10 at 19:36
0

Je perçois une différence :

  • nous avons vaincu : le Je (qui parle) est une partie de nous : j'ai participé à cette victoire de notre équipe.
  • on a gagné : le je (qui hurle avec les autres) est anonyme dans on, je ne suis pas responsable, mais je fais partie de ceux qui sont liés aux gagnants. De plus, il est plus facile de dire on a gagné, que nous avons gagné.

Dans un usage familier, on vient facilement dans une discussion, et peut recouvrir les deux notions. Dans un usage professionnel, le on est à proscrire, surtout s'il s'agit d'évoquer les hauts faits de l'entreprise dont on fait partie : même si l'on y est anonyme, on a le devoir de dire nous lorsque l'on communique sur le groupe de façon officielle.

Edit suite au commentaire
Il est vrai que cette distinction date un peu, disons avant que Georges Marchais (tribun et dirigeant du Parti Communiste, 1920-1997) impose à la télévision le c'est eux qui ... dans les oreilles habituées aux ce sont eux qui ...
Mais j'aurais du mal à écrire on dans un document officiel ou publiable ; à moins que cela soit intentionnel, ou imposé par le sujet évoqué.

Sur l'utilisation actuelle du on, il s'agit d'une dérive usuelle de l'oralité populaire sur l'académisme écrit qui réserve l'élégance de la formulation du nous aux amoureux de la langue française.
Cette évolution peut être accentuée par les nouvelles techniques d'écritures.

  • 3
    Cet exemple ne me convainc pas. J'utiliserais on a gagné dans les deux cas (sauf s'il peut y avoir une ambiguïté, et alors dans les deux cas j'utiliserais nous). – Stéphane Gimenez Jun 17 '12 at 13:37
  • 1
    Ton ajout contredit Grevisse. – Gilles Jun 18 '12 at 7:41
  • @Gilles j'ai une interrogation à propos de ta remarque : certes le on daterait du XIX° et serait plus populaire, mais la recherche antérieure d'un style parlé du nous semble avoir perduré. Mon énarque de chef n'oserait jamais un on en Assemblée Générale. – cl-r Jun 20 '12 at 15:33
0

J'utilise "on" dans les conversations informelles, mais je prefere "nous" pour les conversations formelles. Mais bien sur "on" est plus facile que "nous" en parlant.

0

Je voulais poster la réponse ici : Le pronom « on » mais ce n'est pas plus permissible (duplicata).


Source G. Mauger: Grammaire pratique du français d'aujourd'hui, Librairie Hachette (p. 152).

Ce pronom est l'équivalent, comme sujet, de quelqu'un :

On vient.

Ou de les gens, certains :

On dit que...

Il a pour répresentant, dans la même proposition soi, se:

On a souvent besoin d'un plus petit que soi. On se nuit en agissant ainsi.

Dans une préposition différente, vous représente on :

Si l'on lui demande cela, il vous répond que...

On, dans le F.P. fam. (français parlé familier) peut être :

  • une première personne du pluriel :

Nous, on veut bien. On n'a pas gradé les cochons ensemble ! On prend notre café tous les midis.

  • une deuxième personne du singulier ou du pluriel :

Alors, on est content(s) ?

  • une troisième personne du singulier ou du pluriel :

Voilà ce que j'ai demandé. Mais on s'est contenté de sourire (On = il, elle, ou ils, elles).

(...)

Substituts de on :

  1. Vous (plutôt que nous) :

Vous marchez parfois des heures dans ces pays, sans rencontrer âme qui vive (=on marche)

  1. F.P. Ils (je ne sais pas si ça contredit l'écriture inclusive:-)! Le livre est vieux quand même.):

Ils ont encore augmenté les cigarettes !

  1. Les gens :

Les gens savent bien vous remettre à votre place !

  1. La forme pronominale à valeur passive :

Il se dit bien des sottises. Il se vend bien des livres. (On dit... ; On vend...)

  • pour l'exemple avec "les gens", je le changerai : on ne peut pas vraiment substituer par On dans ton cas (je mettrai plutôt un exemple du style Les gens savent très bien lire les panneaux (On sait)) – damadam Aug 22 '18 at 13:19
  • @damadam Copier/coller d'après le livre:-)! Si même un Directeur honoraire de l'École internationale de l'Aliance Française ne connait pas les nuances du français je ne sais que dire ! – Dimitris Aug 22 '18 at 13:23
  • Je voulais dire que la substitution est possible dans ton exemple, mais qu'elle semble moins native, notamment combiné avec l'usage du verbe savoir (je remontre mes talents en français de l'école qui ne dépassaient guère les 12/20, lol) – damadam Aug 22 '18 at 13:29
  • @damadam Enseignant dans une université française je trouve 12/20 une assez bonne note:-)! – Dimitris Aug 22 '18 at 13:31
  • @damadam Je voulais dire que c'est difficile d'obtenir une note supérieur à 15 sur 20 d'habitude (du moins en physique:-)!). – Dimitris Aug 22 '18 at 13:36

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.