3

Voici une belle interprétation de « l'Hymne à la nuit », musique de Rameau : La nuit de Rameau (1958)

À 1:35 et à 1:55, le jeune soliste prononce ces paroles :

aussi belle que le rêve ... plus douce que l'espérance

À mes oreilles, ces deux « que » sont prononcés d'une façon singulière. Je ne suis pas certain de ce que je perçois ni, vu que l'enregistrement a été fait il y a plus d'un demi-siècle, s'il y a même quelque chose à noter. S'agit-il de :

  1. La palatalisation, semblable à ce à quoi on s'attend dans certains accents, pour ne rien dire des autres langues romanes ?
  2. L'aspiration intensive, qui serait inattendue d'un francophone ?
  3. Quelque chose d'autre ?
  4. Le fruit de mon imagination ?

Merci !

6
  • je dirais probablement réponse 2, définitivement pas réponse 4. Quant à savoir pourquoi ? ... – Emmanuel BRUNO Oct 13 '17 at 8:01
  • @EmmanuelBRUNO Je penche pour cette réponse aussi après avoir réécouté la chanson ; il semble aspirer plusieurs consonnes, dont /t/ à 0:51 par exemple. Mais c'est irrégulier ... – Luke Sawczak Oct 13 '17 at 12:53
  • J'entends seulement quelque chose avec le que précédant l'espérance. Je n'ai malheureusement aucune connaissance en musique et je ne puis lire une partition, mais j'en ai vu une où il y a un long trait au pied de la lettre après ce que là, mais pas après celui précédant rêve, où je vois plutôt ce même genre de trait suivant belle. Je n'ai pas les connaissances pour associer ce trait à l'un (ou plusieurs) des concepts que vous présentez. Merci ! – user3177 Oct 13 '17 at 13:58
  • À mes oreilles, il semble que le /k/ dans "que le rêve" est aspiré. A relevant paper (en anglais) about some general tendencies for stop aspiration in modern French: ling.snu.ac.kr/jun/under_phono/sample_paper.pdf – sumelic Oct 13 '17 at 17:37
  • 1
    Je suis d'accord, il y a là définitivement quelque chose d'incongru à mes oreilles. Je me demande si (théorie très vague!) cela pourrait être lié à prononciation italianisante du Latin ecclésiastique, qui j'imagine devait être très présente dans les chants religieux de l'époque? – Circeus Oct 13 '17 at 20:50
2

Je dirais que c'est une aspiration du /k/ qui me rappelle l'accent parisien. Dans la même vidéo, à 0:11 on entend d'ailleurs le chef de chœur faire un peu la même chose au /k/ de "recueilli". En tout cas pas facile à dire sur un vieil enregistrement avec une diction manifestement forcée pour le chant.

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.