3

Rester c'est exister mais voyager c'est vivre

On me demande comment ponctuer cette phrase. D'instinct, j'aurais plutôt mis la virgule entre exister et mais.

Pourtant il me semble que Rester et voyager sont des appositions : première question : est-ce bien le cas ?

Si oui, alors il faudrait ponctuer ainsi : Rester, c'est exister mais voyager, c'est vivre. Cela me gène car alors il me semble que la phrase est déséquilibrée. Il devrait y avoir une sorte de césure avant le mais.

Recherche faite, je me rends compte qu'il en faut bien une : d'après le blog Images et mots, mais est toujours précédé d'une virgule. Ouf, ça m'arrange !

Mais ce propos est nuancé par etudes-litteraires.com où l'on peut lire

On trouve, dans le Traité de la ponctuation française de Jacques Drillon :

Page 171, la virgule :

2. Avec une conjonction

On fera peu d'erreurs si l'on place une virgule avant la conjonction dès lors qu'elle relie deux termes de fonction grammaticale différente ; et si l'on n'en met pas quand les deux termes qu'elle relie sont de fonction identique.

Aïe ! il semble bien que mes deux termes sont de fonction identique, ce sont les mêmes constructions !

Autre idée, mettre un point... Oui c'est un peu la solution de facilité, j'admets : "Rester, c'est exister. Mais voyager, c'est vivre !". Grammaticalement, typographiquement, ça a l'air correct. Du point de vue du rythme par contre, c'est lourd !

Je devrais pouvoir dormir quand même, mais vos avis éclairés (ou pas) sur ces questions m'intéressent.

Merci.

2

Pas de réponse systémique.

Première impression : mais est lourdingue, sentencieux, tautologique, manque totalement de créativité, bien franchouillard.

C'est un choix selon le contexte et l'intention de l'auteur, un choix cornélien pour Emmanuel : "reste et existe, voyage et vis..." ; sans conjonction la simplicité peut être savoureuse et ôter quelques épines inutilement douloureuses.

Si on ajoute au présent après le premier verbe il n'y a pas d'incompatibilité entre deux propositions qui envoient ad patres ce mais devenu incongru, libérant la phrase du blabla pontifiant et moralisateur pour accéder au Verbe libérateur qui éclaire les sens... l'essence des mots.

  • Le jugement me semble un peu rude, mais l'idée de supprimer le mais (pourquoi n'y ai-je pas pensé ?) me parait bonne :)... (je me rends compte que la phrase qui précède est construite sur le même modèle... avec le mais ^^) – Emmanuel BRUNO Oct 14 '17 at 18:55
  • @EmmanuelBRUNO - Cela ne sera pas exactement un jugement... même pas du tout... "(1) une recherche de la puissance de l'expression poétique". Selon que vous remplacez le (1) par : -- mais, on retombe dans une nouveau jugement qui annihilera rapidement l'ouverture poétique pour la circonvenir dans le connu, -- peut-être qui ouvre la recherche d'autres points de vue ignorés à ce jour.. – cl-r Oct 14 '17 at 21:55
  • ... je suis largué là... – Emmanuel BRUNO Oct 14 '17 at 21:59
  • "la simplicité peut être savoureuse" : mais où est-elle donc ? – Emmanuel BRUNO Oct 14 '17 at 22:01
  • @EmmanuelBRUNO ... on enlève la bogue alphabétique des mots, on glisse une pensée entre les coques polysèmes, le cerneau est au centre. Ensuite, c'est une question de goûts... qui ne se discutent pas. Libre à vous de sourire de cette réponse... à la noix ! – cl-r Oct 15 '17 at 17:19

Your Answer

By clicking “Post Your Answer”, you agree to our terms of service, privacy policy and cookie policy

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.