4

Comment appelle-t-on ce genre de maquillage blanc + rouge, typique (ou stéréotypique) de la période avant la révolution française ?

Y a-t-il un terme exact ?
Sinon, quel expression permettrait de désigner au mieux ce maquillage ?

enter image description here
(détail du film "Raid Dingue")

3

Je ne connais pas de terme spécifique autre que fard.

Le blanc était généralement du blanc de céruse et le rouge, fait à partir de craie de Briançon ou de carmin (tiré de la cochenille, une petit insecte).

Source: article décrivant le maquillage sous l'ancien régime.

2

Comme «une manière de parler sarcastique», d’après l’édition de 1735 du Dictionaire comique, satyrique, critique, burlesque, libre et proverbial de Philibert-Joseph Le Roux, via GoogleBooks, l’expression «Visage de plâtre» peut servir pour dire:

«qu'on a coûtume de donner à Paris aux vieilles personnes, qui malgré leur âge se requinquent encore & se plâtrent le visage de blanc & de rouge, pour paroître jeunes; on l'applique aussi aux jeunes qui se fardent avec excès».

Dans l’entrée pour “poudre” dans CNRTL-TLFi, il y a référence aussi à l’appellation «visage de plâtre» (sous l’item ‘c) COSMÉTOLOGIE’) où on dirait que l’effet (au moins du blanc) n’était pas forcement voulu mais plutôt le résultat de la poudre qui tombait des perruques:

En 1759 ou 1760... j'étais un «visage de plâtre» comme on surnommait alors les jeunes officiers à cause de la poudre de nos perruques qui nous inondait la figure et les épaules(ADAM, Enf. Aust.,1902, p. 349).


(Peut-être à voir aussi dans cette entrée, «poudre [de riz]» et les adjectifs [sous REM. 1.] «Poudrederisé, poudrederizé, -ée» et «Poudrerisé, poudrerizé, -ée»)

1

En complément à la réponse où on mentionne le fard, en ce qui a trait à l'emploi de la couleur rouge et de la « matière, colorant, pigment fournissant une couleur rouge » (Larousse en ligne, se mettre du rouge à joues) bien on a le rouge, c'est-à-dire l'emploi par métonymie de l'adjectif substantivé avec les emplois mettre du, son rouge; rouge à joues (TLFi) :

C'était un de ces esprits que leur fierté met dans la position d'une jeune femme qui arrive sans rouge dans un salon où l'usage du rouge est général.

[ Stendhal, Armance, 1827, p. 28, au TLFi à rouge III. A 1 b β ]

Sa rivale comptait voir une femme pâle, languissante ; la marquise avait mis du rouge, et se présenta dans tout l’éclat d’une parure qui rehaussait encore sa beauté.

[ Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832 au Wiktionnaire à rouge (nom com.) ]

Le Dictionnaire historique de la langue française (dir. A. Rey, ed. Le Robert) mentionne comme emplois métonymiques avec la couleur, 1636 pour la matière qui fournit un colorant rouge et, pour le fard : 1560 pour rouge d'Espagne, et 1690 pour rouge comme dans mettre du rouge à l'origine de l'emploi spécialisé rouge à lèvres.

Your Answer

By clicking "Post Your Answer", you acknowledge that you have read our updated terms of service, privacy policy and cookie policy, and that your continued use of the website is subject to these policies.

Not the answer you're looking for? Browse other questions tagged or ask your own question.